ZAC Charcot Flux

La litanie des expropriations à Puteaux (Sylvie Cancelloni)

Publié sur le blog de Sylvie Cancelloni :

2208441951_8e224bd65a Elle est longue à Puteaux la liste de ceux à qui la dure loi de l’expropriation impose de quitter les lieux où ils habitent… de gré ou de force

Puteaux change vite, la pression urbaine est forte et la voracité de l’EPAD sur les territoires disponibles implacable. Face à des impératifs d’ »utilité publique », comme dans le cas de l’aménagement d’une ZAC, l’expropriation est présentée comme légitime. Elle est encadrée et donne lieu à une procédure légale,  objectivée par une proposition des Domaines, faisant  parfois place à des renégociations plus favorables.

Il ne s’agit donc pas de s’opposer aux expropriations. C’est, osons le dire, un « mal nécessaire » difficile à endiguer à Puteaux puisque le Grand Paris (qui, rappelons-le, n’a pas encore d’institutions) nous impose, comme aux autres villes de la première couronne, une densification à pas forcés. Qu’on soit de droite ou de gauche, pour ou contre Jean Sarkozy, on ne peut échapper à cette évolution

Mais on peut les humaniser. Et à Puteaux, d’évidence, il y a des efforts à faire.

Le passé est lourd : combien de conflits, joués dans l’ombre, n’ont-ils pas opposé les habitants à la toute-puissance de leur ville ? A entendre les témoignages  des 20 dernières années, beaucoup évoquent la froide détermination de leur ville et les pressions subies, jusqu’à l’intrusion dans leur vie privée. ..

Depuis 10 ans, les ZAC Bergères et Charcot s’édifient lentement à coups d’expropriations. On en arrive au bout. Pendant toutes ces années, les conseils municipaux ont délibéré de cas de refus ou de résistances sans imaginer derrière la réalité des conditions humaines en jeu. C’est le pot de terre contre le pot de fer : que peut un simple habitant, propriétaire d’une parcelle souvent en mauvais état, dévalorisée de longue date par l’annonce de la ZAC,  doté la plupart du temps de faibles moyens, de faibles soutiens et rarement tout jeunes ! Bien sûr, ils reçoivent une compensation. Mais compte-tenu de la dévalorisation de leur foncier, ils ne touchent souvent pas de quoi se reloger. Au Conseil du 26 Septembre, l’évocation dramatique de l’un de ces cas, en l’occurrence une vieille dame, n’a pas ému les foules…

Demain, ce sera le tour de la ZAC Cœur de ville. Le mot « cœur » est associé à celui de la ville. N’en manquons pas. Nous ne relogerons pas dans les 36 logements sociaux à venir tous ceux qui seront expulsés sans toucher de quoi se reloger. Mais, à partir e notre Centre d’Action sociale dont je rappelle qu’il a l’un des plus gros budgets d’Ile de France, nous pouvons pourtant mettre en place un service d’accompagnement. Qui ne tourne pas le dos aux vieilles dames paniquées, aux couples sans soutien, aux indigents… qui quittent la place pour la seule raison... qu'il faut que notre ville soit plus belle.

Bientôt, le tour des immeubles de la Défense ? Car ne soyons pas dupes : les immeubles d’habitation ne rapportent rien à l’EPAD ! Les convertir en bureaux est bien plus lucratif...

L'EPAD réussira-t-il à faire des "droits à construire des bureaux" un impératif d'"utilité publique"? Je n'ai presque plus de doutes la dessus...

Sylvie Cancelloni
Conseillère MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)

La ZAC Charcot à Puteaux : lancement des travaux en 2011

ZaccharcotSitué à l’extrémité Ouest de Puteaux et au Nord du rond-point des Bergères, entre la rue des Rosiers, la rue des Fontaines et l’avenue Georges Clémenceau, le quartier Charcot (en orange sur la carte ci-contre) se trouve dans le périmètre d'aménagement de La Défense (limité en bleu).

2,5 hectares de terrain sur lesquels l'EPAD va réaliser 70.000 m2 de logements, afin de répondre au cahier des charges du plan de renouveau de La Défense, qui prévoit la construction de 100.000 m2 de logements (les 30.000 autres devant être réalisés sur Courbevoie).

Pour cette ZAC Charcot, l'objectif affiché par l'aménageur public est de réaliser un quartier résidentiel de 700 logements, dont 20% de logements sociaux, sur des hauteurs R+7/R+8, des commerces sur 2.200 m2 et des équipements publics : un groupe scolaire (maternelle/primaire) est annoncé ; des crèches, une résidence universitaire et un gymnase sont aussi évoqués. Des surfaces de bureau sont aussi projetées.

Il s'agira d'un "éco-quartier" : les immeubles d'habitation seront BBC (bâtiment basse consommation) et les équipements publics seront classés "bâtiments passifs" à très basse consommation.

Charcot Les travaux devraient se dérouler en 2 phases : la partie nord du quartier, près des rosiers, déjà largement préemptée, sera aménagée en premier, à partir de 2011. L'autre partie, au sud, où de nombreux immeubles sont encore habités, le sera à l'issue des opérations de rachat et d'expulsion.

Au sud du rond-point, la ville de Puteaux développe de son côté son projet de ZAC des Bergères. L'EPAD et la ville promettent de se concerter.

Une consultation des habitants sur ce projet de ZAC Charcot est organisée jusqu'au 13 novembre, avec une exposition à la mairie de Puteaux et au Point info de La Défense.

Le dossier de création de la ZAC sera finalisé en décembre.
Le dossier sera soumis au CA de l'EPAD au 1er semestre 2010.
Le dossier de réalisation sera élaboré au 2nd semestre 2010.
Engagement des travaux : courant 2011.

Présentation du projet sur le site de l'EPAD/EPASA.

(image : EPAD)


1.400 logements seront construits aux Bergères à Puteaux d'ici 2013

Publié sur le blog de Christophe Grébert :

2209230126_46cc3e2e72 Lors du conseil municipal du 27 mars 2009, les élus étaient appelés à donner leur avis sur les objectifs de la « Zac Charcot » située sur la partie nord du rond point des Bergères à Puteaux (question 30 de l'ordre du jour).

Ce projet signifie la densification de notre commune.  La construction de centaines de milliers de M2 de bureaux supplémentaires à La Défense aura pour conséquence mécanique la réalisation d'ici 2013 de 1.400 logements dans ce quartier des Bergères, 700 au nord et 700 au sud du rond point. La ZAC Charcot, situé au nord, sera gérée par l'EPAD.

En séance, le groupe Alternance Puteaux, qui rassemble les élus MoDem et Verts, a présenté l'amendement suivant :

Dans ce projet présenté par l’EPAD, il est prévu une vague concertation de la population. Nous souhaitons, pour nos part, et c'est l'objet de notre amendement, que cette concertation avec la population deviennent la priorité, le fait majeur. Qu’un large débat citoyen soit engagé, à l’image de la consultation menée sur l’Agenda 21. Qu'une consultation par référendum soit organisée :  quelle ville voulons-nous ? quels services publics ? quels modes de déplacements ? quel habitat ?

La majorité municipale ceccaldiste a refusé de voter cet amendement. Par conséquent, le groupe ALTERNANCE PUTEAUX a décidé de s'ABSTENIR sur cet avis. Nous ne pouvons soutenir un aussi vaste projet d'aménagement qui ne prévoit pas une consultation importante des populations concernées. Par ailleurs, nous regrettons que la majorité municipale rejette systématiquement tous les amendements d'Alternance Puteaux, alors qu'à travers ceux-ci nous montrons notre volonté de dialogue et de propositions constructives. Ce faisant, la majorité prouve son absence d'écoute et d'esprit de concertation.
Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)