Solidarites Flux

50.000 personnes signent la pétition en faveur de Marie de Puteaux qui attend un logement HLM depuis 14 ans

Capture d’écran 2018-11-15 à 13.52.25Je viens d'avoir Marie au téléphone. Cette dame de 71 ans, seule et à la rue, est toujours dans l'attente d'un logement HLM à Puteaux. Elle campe encore dans le hall de la mairie de Puteaux.

Elle y reste jusqu'à ce que la maire la fasse expulser à la fermeture des bureaux. Ce soir et ce week-end, elle dort chez des amis. "Mais lundi soir, je serai à nouveau à la rue. Je suis de plus en plus fatiguée. A mon âge, c'est dur", me dit-elle.

Marie me dit de transmettre ses remerciements aux nombreux signataires de la pétition diffusée sur change.org pour la soutenir dans sa démarche. Ils sont plus de 50.000 !

Nous demandons à la mairie de Puteaux et à la préfecture des Hauts-de-Seine de tout faire pour lui obtenir un logement HLM dans sa ville. A 71 ans, cette dame ne mérite pas - comme d'ailleurs personne ne mérite - de dormir dehors.


Expulsée de chez elle, à 71 ans, Marie campe devant la mairie de Puteaux pour obtenir un logement HLM

Print

Depuis plusieurs jours, une petite dame campe le soir devant la mairie de Puteaux. Expulsée par son propriétaire, Marie, 71 ans, espérait obtenir un logement HLM dans sa ville. Cela fait 14 ans qu'elle en fait la demande. En vain. La maire refuse même de la recevoir !

Cela fait 30 ans qu'elle habite Puteaux. Marie y a toutes ses connaissances, ses médecins, ses commerçants... A son âge, elle ne se voit pas recommencer une vie ailleurs.
Et puis en 3 décennies à Puteaux, Marie a vu de très nombreuses personnes obtenir un logement HLM de la ville. Des personnes bien plus riches qu'elle. Marie, qui vit seule avec une petite retraite, se pensait prioritaire. Son dossier loi Dalo avait d'ailleurs été validé par la préfecture des Hauts-de-Seine. Malgré cela, elle s'est retrouvée à la rue, expulsée par un huissier et des policiers.

Depuis, sa voiture et un box, où elle a stocké ses meubles, sont ses domiciles. Chaque jour, Marie passe à la mairie pour réclamer un rendez-vous de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Mais la maire Les Républicains de Puteaux refuse même de la recevoir. Marie est priée de sortir de l'Hôtel-de-ville et de rester dans le froid. Et quand le Parisien publie un article pour raconter son histoire, une personne de la municipalité l'avertit que "cela aggrave un peu plus son cas". Son "cas" ?

Puteaux, la ville la plus riche de France ; Puteaux où un ami du maire peut obtenir un logement HLM en seulement 5 jours ;  Puteaux, la ville des cadeaux ; ce Puteaux là ne veut pas de Marie. Trop pauvre, trop âgée, trop seule, pas assez Ceccaldiste ?

Ce n'est pas l'image que nous nous faisons de notre communauté. Puteaux mérite mieux que cette indifférence municipale pour les personnes isolées.
Mon soutien à Marie et à tous les Putéoliens rejetés par un système froid et injuste.
Christophe Grébert

Par solidarité, un habitant de Suresnes a lancé une pétition sur Change.org pour un logement pour Marie de Puteaux. MERCI À LUI


Nous proposons que la ville de Puteaux débloque une aide de 50.000 euros pour les sinistrés de l'Aude

Village-Puicheric-lAudeles-fortes-pluies-15-octobre-2018_0_728_485

Plus de 200 communes du département de l'Aude ont été touchées par les terribles inondations survenues il y a 2 semaines. Des routes, des ponts et des équipements publics ont été fortement endommagés. Les habitants ont aussi été durement frappés. Certains ont tout perdu : maison et voiture. Les assureurs ont dénombré 16.000 sinistrés, pour au moins 200 millions d'euros de dégâts. Le bilan humain est tout aussi terrible : 14 morts et plus de 70 blessés.

Soyons solidaires ! L'Etat et les assurances ne pourront pas tout prendre en charge.

Lors du prochain conseil municipal de Puteaux, nous proposerons de débloquer sur le budget de notre ville une enveloppe exceptionnelle de 50.000 euros (soit l'équivalent d'environ 1 euro par Putéolien) pour venir en aide aux communes et aux habitants de l'Aude.
Christophe Grébert & Bouchra Sirsalane

(Source photo : Le village de Puichéric, dans l’Aude, après les fortes pluies, le 15 octobre 2018. Cliché aérien de Sylvain Thomas/AFP publié sur le site du journal La Croix)


Le CCAS de Puteaux subventionne l'école des chiens guides de Paris

IMG_9809

J'ai assisté au conseil d'administration du Conseil communal d'action sociale (CCAS) de Puteaux, le jeudi 18 octobre 2018. J'ai notamment approuvé le déblocage de 7.000 euros pour soutenir l'action de l'Ecole des chiens guides de Paris.

Cette association éduque et remet gratuitement des chiens guides à des personnes aveugles ou malvoyantes, afin de les aider dans leur vie de tous les jours. Il faut savoir que le coût de formation d'un tel chien est de 25.000 euros.

Une habitante de Puteaux vient de recevoir un chien guide : "Monday", c'est son nom, est célèbre, puisqu'elle apparait dans une campagne de publicité de la SNCF.

Autres décisions prises lors de ce CA du CCAS : 

- Une révision à la hausse des tarifs de la complémentaire santé proposée aux agents et retraités de la mairie et du CCAS, causée par de l'augmentation des dépenses de santé prises en charge par les mutuelles. 

- La signature d'une convention entre le CCAS et le Centre Hospitalier Rives de Seine pour améliorer la prise en charge des résidents de la maison de retraite communale du boulevard Richard Wallace. 

Dossier du CA du CCAS de Puteaux du 18 octobre 2018

Monday-3