Pollution Flux

Luttons contre la pollution de l'air dans les écoles de Puteaux

IMG_1376Lors du conseil municipal du jeudi 4 avril 2019, avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous présenterons un voeu pour lutter contre un grave danger qui touche nos enfants : la pollution de l’air dans les écoles de Puteaux.

Voici le texte de ce voeu qui sera soumis au vote de l'assemblée municipale :

L’association Respire a publié un rapport sur la pollution de l’air dans les écoles d’Ile-de-France. Cette étude montre que les enfants, qui sont beaucoup plus vulnérables aux particules fines que les adultes, sont exposés à cette pollution au sein même des établissements scolaires.
A Puteaux, de nombreux parents s’inquiètent et nous aussi, comme par exemple du trafic routier intense autour de la nouvelle école des Bergères.
Considérant les risques graves pour la santé de nos enfants, nous demandons la création de zones piétonnes autour des écoles communales et la mise en place de Zones à Faibles Émissions.

Nous avions déjà fait des propositions pour réduire la pollution de l'air à Puteaux. Une action locale est en effet possible. Pour le coup, nous regrettons que la municipalité ne reprennent pas nos idées pour assurer notre bien être et celui de nos enfants, comme elle en a souvent l'habitude.
Christophe Grébert


VIDEO Remplacer des véhicules diesel polluants ou envoyer une carte de voeux ? La maire de Puteaux a choisi

Capture d’écran 2019-02-22 à 14.47.36

Faut-il  de préférence remplacer des véhicules diesel polluants qui tournent toute la journée dans les rues de notre ville ou envoyer une carte de voeux aux habitants ? La maire LR de Puteaux a choisi la seconde solution.

Lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 21 février 2019, Joëlle Ceccaldi a annoncé le remplacement d'utilitaires diesel des services communaux par des véhicules électriques, pour un montant de 117.000 euros HT.

Quand je lui demande pourquoi a-t-elle attendu la fin de son mandat de 6 ans pour changer ces véhicules polluants, la maire me répond "mais cela a un coût !".

117.000 euros, en effet. Pourtant chaque année, la maire de Puteaux dépense 130.000 euros pour envoyer une carte de voeux aux habitants (une carte elle-même polluante !).

La politique c'est faire des choix.... Le choix ici a été dépenser pour cette carte au lieu de prendre une décision qui diminuerait la pollution de l'air dans les rues de Puteaux.

Il y a pourtant nécessité à agir : A Puteaux, le taux de particules fines dans l'air dépasse les recommandations de l'OMS.


La bétonisation de l'île de Puteaux se poursuit : la ville va y créer 45 places de parking supplémentaires

Reamenagement-du-parking-du-Palais-des-sports

La municipalité engage de nouveaux travaux sur l'ile de Puteaux, poursuivant sa bétonisation. Le parking près de la piscine va en effet être étendu, pour accueillir 45 nouvelles places pour les automobiles et 10 places supplémentaires pour les motos.

Plus de places pour les voitures, cela signifie plus de flux et de bouchons, donc plus de nuisances (pollution, bruit) et d'insécurité pour les cyclistes et les promeneurs de l'unique poumon vert de notre commune.

Plusieurs milliers de m2 d'espaces verts vont aussi être supprimés pour créer ces nouveaux stationnements.

Il est regrettable que la municipalité reste à ce point hostile à la nature en ville et ne pense qu'en terme de circulation automobile.

Rappelons qu'elle a aussi décidé d'interdire les vélos de la future passerelle qui doit relier la ville à l'ile, alors que le pont de Puteaux, une autoroute de 2 x 3 voies, est dangereux à emprunter pour les cyclistes.

Tant d'erreurs interrogent sur les capacités de l'actuelle majorité municipale à préparer le futur de Puteaux.

Je voudrais déjà commencer par dire que ce chantier de parking n'a jamais été discuté en conseil municipal. Je le découvre comme vous !
Et si au lieu de bétoniser sans fin l'ile de Puteaux, on la rendait à la nature ? Réduisons au maximum la place de l'automobile. Réalisons des parcours libre de toute circulation motorisée. Faisons de l'île un lieu de détente. Autorisons-y les piques-niques !
Dans notre projet municipal (*voir photo ci-dessous), la passerelle piétonne, en cours de construction, devait être la base d'une transformation de l'île en un lieu réservé aux promeneurs, aux coureurs et aux cyclistes.
Nous le ferons. A vous de décider.
Christophe Grébert

6a00d8341c339153ef022ad3c2906f200b-800wiArticle sur l'ile de Puteaux tiré de notre journal de campagne "Puteaux pour vous" en 2014. 


Toutes les villes favorisent le recyclage des textiles... sauf Puteaux

Capture d’écran 2019-01-24 à 15.54.20

Poursuivons notre enquête pour faire de Puteaux une ville Zéro Déchet, Zéro Gaspillage. Dans n'importe quelle ville, vous pouvez recycler vos vêtements et textiles en les déposant dans des conteneurs gérés par des associations. Sauf à Puteaux.

Le site www.lafibredutri.fr/je-depose recense tous les conteneurs permettant de déposer des textiles. Quand on y inscrit le code postal de Puteaux, le résultat est... vide (photo-ci-contre).

On peut constater que toutes les communes voisines proposent une solution de proximité pour recycler ses textiles. Pas la nôtre.

La municipalité de Puteaux n'en veut pas pour une simple raison esthétique : la maire trouve ces conteneurs "pas jolis". La déchèterie mobile permet peut-être de déposer les vieux vêtements, mais les horaires ne conviennent pas à des actifs.

Il y a bien des aspects critiquables sur la politique "déchets" de Puteaux : conteneurs de verre peu développés, collecte trop fréquence des encombrants (nous sommes les champions de France !). Cette politique a une stratégie très claire : celle d'évacuer les déchets le plus vite possible (et dans des conditions très mauvaises) pour ne pas que les usagers les voient. Cela a un coût économique : 5,7 millions d’euros cette année au budget communal, soit 260 euros par ménage putéolien. Mais le coût environnemental et social est lui aussi très important, entre la masse de textile recyclable qui termine dans les ordures ménagères et l'absence de soutien à des entreprises d'insertion.

Consulter notre dossier ZERO DECHET à Puteaux

EN SAVOIR PLUS : En France, 600.000 tonnes de vêtements sont mises sur le marché chaque année. Seules 210.000 tonnes sont annuellement collectées dans l'un des 40.000 points d’apport du territoire. Par personne, cela fait 9 kilos de vêtements achetés par an, pour 3 kilos collectés et triés. Les 2 tiers disparaissent donc dans la nature... et plus encore à Puteaux. 

MISE A JOUR SAMEDI 9 FÉVRIER 19 : Comme régulièrement, la ville de Puteaux répond à mon article via les réseaux. Elle affirme que 1.300 kilos de vêtements ont été récupérés dans les écoles communales en 2018.
Cela représente 0,3% de la masse des vêtements achetés sur une année par l'ensemble des Putéoliens.

Les habitants de Puteaux achètent 400 tonnes (400.000 kilos) de vêtements par an (9 kilos par personne en moyenne). 1.300 kilos récupérés, c'est infime.