Passerelle Flux

Passerelle François Coty de Puteaux, un admirateur du fascisme

IMG_2761

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 février 2019, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud et sa majorité ont décidé de baptiser "François Coty" la nouvelle passerelle piétonne qui relie la ville à l'île de Puteaux.

François Coty (1874-1934) est un industriel et ancien sénateur corse aux idées d'extrême-droite.

Il a fondé, à la fin des années 20, l'Ami du Peuple, journal xénophobe et antisémite. Ce journal, qui tirait à un million d'exemplaires, a mené des campagnes violentes contre les juifs et contre les étrangers. Certains membres de son équipe ont fini par collaborer avec l'occupant allemand, note l'historien Laurent Joly. Celui-ci a écrit un article sur la convergence entre fascisme et antisémitisme dans la France des années 30 dans lequel il est question de François Coty.

En Corse, François Coty fonde le journal L’Eveil qui multiplie les phrases admiratives pour les réussites du fascisme et du nazisme.  Dans un article publié dans ce journal en mars 1933, à propos des allemands antinazis ayant trouvé refuge en France, il propose de les "parquer dans un camp de concentration où l’on pourrait surveiller de près cette vermine".

EMQFTM6XUAs5j6NUN "MUSSOLINI FRANÇAIS"

François Coty vouait une admiration sans bornes pour Mussolini qu’il finançait et auquel il aimait se comparer. Il est reçu chez le "Duce" en mars 2023. "Chez Mussolini", titre Le Figaro, dont il était propriétaire.

En 1933, il fonde un parti politique "Solidarité française", dont les militants portent chemises bleues, short gris, bottes, ceinturons et font le salut fasciste. Ce mouvement est dirigé par Jean Renaud, admirateur d'Hitler (photo ci-contre).

Les positions antisémites de ses journaux valent à François Coty de devoir émigrer à New York, écrit Le Monde.

A lire aussi : Un Portrait de François Coty dans Les Echos

Il n'est pas compréhensible que la municipalité de Puteaux ait choisi ce personnage controversé pour dénommer la passerelle piétonne

Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous avons refusé de voter cette délibération défendue devant le conseil municipal de Puteaux par l'UDI Robert Bernasconi :Capture d’écran 2019-12-14 à 10.06.14

Capture d’écran 2019-12-17 à 15.30.01


Plagiat et mensonge de la municipalité de Puteaux sur le projet de passerelle

IMG_9499

Le projet de passerelle entre la ville et l'île de Puteaux est celle d'un plagiat et d'un mensonge de la majorité municipale. Le plagiat d'une idée qui n'est pas la sienne et le mensonge d'une "passerelle pour piétons et cyclistes" qui sera en réalité interdite aux vélos.

Ce plagiat et ce mensonge s'étalent dans le magazine "Puteaux Infos" du mois de novembre. La municipalité présente son projet sur 2 pages. A bien y regarder, le vocabulaire employé et le projet tel qu'il est présenté est une copie de notre projet "Puteaux pour vous" pour l'élection municipale de 2014.

A vous de juger. Il suffit de regarder les 2 doubles plages ci-dessous.

La 1ère image est tirée de notre journal de campagne "Puteaux pour vous" publiée en 2014. La seconde est tirée du "Puteaux infos" de novembre 2018 distribuée dans votre boite aux lettres (cliquez dessus pour les voir en grand).Ppv

Puteauxinfos

Pour nous, le principal est que ce projet de passerelle se réalise. La majorité municipale peut bien récupérer nos idées et nous plagier. Nous y voyons la confirmation de l'utilité de notre action en faveur de tous les habitants de Puteaux. Mais au moins que la mairie nous copie correctement : notre passerelle, pour ne pas être qu'un gadget, devait accueillir les piétons ET les cyclistes, et devenir le point d'accès d'un réseau de pistes cyclables. Ce n'est pas le cas ici : la passerelle sera interdite aux vélos, aucune piste cyclable n'est prévue et la ville de Puteaux fait la chasse aux 2 roues.
Christophe Grébert


Puteaux va dépenser 12 millions d'euros pour une passerelle interdite aux cyclistes

Passerelle-lumiere

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 juin, le maire a annoncé une dépense de 700.000 euros pour illuminer la future passerelle de l'île. Au total, la ville va dépenser 12 millions d'euros pour ce nouvel équipement. Je suis intervenu en séance du conseil pour suggérer qu'une partie de l'argent de "'mise en lumière" soit plutôt employée pour rendre accessible cette passerelle aux vélos. Joëlle Ceccaldi a alors confirmé que les cyclistes n'auraient pas le droit de rouler sur la passerelle et qu'elle refuserait de modifier son projet.

Voici le texte de mon intervention en séance : 

"Vous faites dépenser à la ville 700.000 euros pour la “mise en lumière” de la future passerelle piétonne de l’île. 
Nous préférerions que cet argent soit utilisé autrement : pour permettre l’accès de cette passerelle aux cyclistes. En effet, selon le projet actuel, non seulement l’accès à la passerelle depuis les quais de Puteaux sera très difficile aux vélos, mais en plus les cyclistes ne pourront rouler dessus : ils seront obligés de descendre de leur vélo et de traverser la passerelle à pied en poussant leurs 2 roues. 
Notre ville doit faciliter la circulation à vélo. Cette passerelle ­ qui représente un investissement de 12 millions d’euros ­ doit évidemment être au niveau de l’évolution des déplacements en ville. 
Etes-­vous favorable à une modification de votre projet pour s’adapter à l’usage de plus en plus grand du vélo ? Acceptez­-vous de consacrer un peu moins d’argent au décorum et plus à l’amélioration de l’accès de la passerelle, notamment pour permettre aux cyclistes d’y circuler sans poser le pied au sol ?"


Passerelle de Puteaux : un accès peu pratique et une rampe inaccessible

Passerelle

La ville de Puteaux va réaliser une passerelle piétonne pour rejoindre l'ile depuis le centre ville. Mais l'emplacement choisi pour construire cette passerelle est peu pratique. Je vous montre le parcours ...

C'est un cheminement plutôt compliqué, dans des rues de service des tours de bureau du front de Seine. Par ailleurs, faute de dégagement, la passerelle ne sera accessible côté ville que par un ascenseur... Une rampe existera mais côté quai de Seine. Il faudra donc traverser la 2x3 voies pour la rejoindre. Vraiment pas pratique...

IMG_7857
Alors que l'emplacement que nous proposions, dans le prolongement de la rue Godefroy, aurait permis de réaliser une rampe directement depuis cette rue pour rejoindre directement l'ile sans descendre de son vélo... et pour les piétons sans prendre d'ascenseur...