Expulsée de chez elle, à 71 ans, Marie campe devant la mairie de Puteaux pour obtenir un logement HLM

Print

Depuis plusieurs jours, une petite dame campe le soir devant la mairie de Puteaux. Expulsée par son propriétaire, Marie, 71 ans, espérait obtenir un logement HLM dans sa ville. Cela fait 14 ans qu'elle en fait la demande. En vain. La maire refuse même de la recevoir !

Cela fait 30 ans qu'elle habite Puteaux. Marie y a toutes ses connaissances, ses médecins, ses commerçants... A son âge, elle ne se voit pas recommencer une vie ailleurs.
Et puis en 3 décennies à Puteaux, Marie a vu de très nombreuses personnes obtenir un logement HLM de la ville. Des personnes bien plus riches qu'elle. Marie, qui vit seule avec une petite retraite, se pensait prioritaire. Son dossier loi Dalo avait d'ailleurs été validé par la préfecture des Hauts-de-Seine. Malgré cela, elle s'est retrouvée à la rue, expulsée par un huissier et des policiers.

Depuis, sa voiture et un box, où elle a stocké ses meubles, sont ses domiciles. Chaque jour, Marie passe à la mairie pour réclamer un rendez-vous de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Mais la maire Les Républicains de Puteaux refuse même de la recevoir. Marie est priée de sortir de l'Hôtel-de-ville et de rester dans le froid. Et quand le Parisien publie un article pour raconter son histoire, une personne de la municipalité l'avertit que "cela aggrave un peu plus son cas". Son "cas" ?

Puteaux, la ville la plus riche de France ; Puteaux où un ami du maire peut obtenir un logement HLM en seulement 5 jours ;  Puteaux, la ville des cadeaux ; ce Puteaux là ne veut pas de Marie. Trop pauvre, trop âgée, trop seule, pas assez Ceccaldiste ?

Ce n'est pas l'image que nous nous faisons de notre communauté. Puteaux mérite mieux que cette indifférence municipale pour les personnes isolées.
Mon soutien à Marie et à tous les Putéoliens rejetés par un système froid et injuste.
Christophe Grébert

Par solidarité, un habitant de Suresnes a lancé une pétition sur Change.org pour un logement pour Marie de Puteaux. MERCI À LUI


Procès en appel du 1er maire adjoint de Puteaux mardi 13 novembre

IMG_0061

Condamné le 6 mars dernier à 12.000 euros de dommages et de frais par le tribunal de Nanterre pour m'avoir diffamé, le 1er maire adjoint de Puteaux Michel Duez a fait appel de ce jugement. L'audience devant la cour d'appel de Versailles aura lieu le mardi 13 novembre 2018 à 14h.

En janvier 2016, la municipalité de Puteaux avait publié un texte dans son journal "Puteaux infos" qui annonçait que j'avais été condamné par la justice. C'était totalement faux. La municipalité a cherché à me nuire en publiant cette fake news. Michel Duez étant le directeur de publication de "Puteaux infos", c'est lui qui a été poursuivi, jugé et condamné.

En 1ère instance, l'adjoint de Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été condamné à me verser 3.000 euros de dommages et intérêts, ainsi que 3.000 euros pour mes frais d'avocat. Il a aussi été condamné à 6.000 euros de publication légale dans Le Parisien des Hauts-de-Seine et à 1.500 euros d'amende avec sursis.

A noter qu'il n'assume pas lui même les frais de cette condamnation :  ils sont supportés par le budget de la ville, suite à un vote des élus Les Républicains /UDI en conseil municipal.

Lors de ce nouveau procès devant la cour d'appel, je demanderai aux juges de Versailles de confirmer cette condamnation du tribunal de Nanterre.

Pour la petite histoire, à Versailles, Michel Duez sera jugé par  l'ex-juge antiterroriste Marc Trévidic. Puteaux quoi !

TOUT SAVOIR SUR LE PROCÈS DE MICHEL DUEZ


Puteaux Futur : pour des écoles végétalisées

Capture d’écran 2018-10-30 à 17.36.53Pour lutter contre les pollutions, diminuer les effets des canicules et pour assurer le bien être de nos enfants... lors du dernier conseil de Puteaux, la conseillère Bouchra Sirsalane a présenté un voeu du groupe Puteaux Futur en faveur de la végétalisation des écoles de la commune.

La majorité municipale a malheureusement et encore voté contre notre proposition.

Voici le texte de l'intervention de Bouchra Sirsalane :

"La nature est essentielle pour notre développement et notre bien être. Avec les constructions en cours, notre ville se "bétonise" laissant peu de place aux arbres, aux plantes, aux pelouses... aux verts. Nous sommes favorables au développement de la nature en ville.

C’est pourquoi nous demandons que la ville s’engage à :
• Végétaliser les façades et toitures des écoles,
• Préférer les pelouses aux sols en matériaux non naturels,
• Créer des jardins potagers bio.

Les avantages de la végétalisation sur la biodiversité sont reconnus. De plus, elle permet de retenir les eaux pluviales et améliore l’isolation thermique".

EN LIRE PLUS SUR LE SUJET : A Paris, des cours de récréation végétalisées pour que les enfants jouent au frais


Nous proposons que la ville de Puteaux débloque une aide de 50.000 euros pour les sinistrés de l'Aude

Village-Puicheric-lAudeles-fortes-pluies-15-octobre-2018_0_728_485

Plus de 200 communes du département de l'Aude ont été touchées par les terribles inondations survenues il y a 2 semaines. Des routes, des ponts et des équipements publics ont été fortement endommagés. Les habitants ont aussi été durement frappés. Certains ont tout perdu : maison et voiture. Les assureurs ont dénombré 16.000 sinistrés, pour au moins 200 millions d'euros de dégâts. Le bilan humain est tout aussi terrible : 14 morts et plus de 70 blessés.

Soyons solidaires ! L'Etat et les assurances ne pourront pas tout prendre en charge.

Lors du prochain conseil municipal de Puteaux, nous proposerons de débloquer sur le budget de notre ville une enveloppe exceptionnelle de 50.000 euros (soit l'équivalent d'environ 1 euro par Putéolien) pour venir en aide aux communes et aux habitants de l'Aude.
Christophe Grébert & Bouchra Sirsalane

(Source photo : Le village de Puichéric, dans l’Aude, après les fortes pluies, le 15 octobre 2018. Cliché aérien de Sylvain Thomas/AFP publié sur le site du journal La Croix)