L'alimentation BIO reste trop limitée dans les cantines de Puteaux

Ecoles_sem_14Nous n’avons pas forcément le même point de vue sur les aliments issus de l’agriculture biologique, mais nous savons qu’ils sont bons pour nos enfants et pour l’environnement.

Malgré des progrès réalisés grâce à nos propositions faites en conseil municipal, la part de nourriture BIO dans les cantines scolaires de Puteaux reste très faible.

Selon les menus affichés devant les écoles (voir photo ci-contre-, le BIO se limite à :
• des carottes râpés ou des concombres, 

• des carottes poêlées ou des haricots verts ou des épinards à la crème, 

• un yaourt ou un fruit, et parfois un fromage.


Ce sont les mêmes aliments - certains industriels - qui sont servis alternativement chaque mois.

Pour la municipalité, servir du BIO dans les cantines consiste à introduire 1 aliment pour compléter un repas, mais la mairie n’a aucune volonté de composer globalement des menus BIO et sains.

Selon nous, s’engager à offrir à nos enfants une alimentations de qualité, c’est aller vers du 100 % BIO et local, en favorisant les producteurs franciliens plutôt que les grands groupes industriels.

La question du bien-être de nos enfants doit devenir une priorité. C’est pourquoi nous proposons :

• la création d’une ferme BIOLOGIQUE dans notre domaine de la Falaise (Yvelines), afin de fournir les cantines de Puteaux en produits sains et locaux,
• de parvenir rapidement vers une nourriture 100% BIO et non industrielle dans nos cantines.

EN LIRE PLUS : https://www.monputeaux.com/bio/

Bouchra Sirsalane


Vieille église de Puteaux en danger : Bolloré et Havas aidez-nous !

Capture d’écran 2019-04-19 à 11.28.04

Fermée depuis maintenant 4 ans, la vieille église de Puteaux a besoin de 700.000 euros de travaux. La municipalité - pourtant propriétaire et responsable - ne veut pas payer. Je vais écrire à Bolloré et Havas pour leur demander de participer au financement de ce chantier de restauration.

Les sièges de ces 2 sociétés se trouvent en effet à quelques dizaines de mètres seulement de la vieille église. 

Je rappelle que la vieille église a été dégradée par la municipalité : en janvier 2015, la maire a décidé de repeindre en rouge et violet les murs intérieurs de cet édifice classé du 16e siècle ! Elle n'avait pas prévenu le curé et n'avait demandé aucune autorisation aux services du ministère de la culture. Ce dernier a exigé que la peinture soit retirée. Les murs ont été grossièrement grattés, ce qui a encore plus abimé le monument

La ville de Puteaux, qui refuse donc d'assumer les dégâts et le coût de la restauration, a lancé une souscription (sur le modèle de celle lancée pour Notre Dame). Mais après 1 an et demi de souscription, seuls 2.740 euros (sur les 700.000 nécessaires) ont été recueillis. A ce rythme, il faudra plus d'un siècle pour financer ce chantier !!!

Ce n'est pas la peine d'attendre quoi que ce soit de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Comme d'habitude, la maire refuse de reconnaître son erreur et ne fera rien.

Lors du conseil municipal du 4 avril 2019, elle a démontré son désintérêt pour la sauvegarde du patrimoine architectural de notre ville

Nous allons donc écrire à Bolloré et à Havas. Les 2 groupes ont leur siège sur les quais, à proximité de la vieille église. Ils seront certainement intéressés de financer la restauration de ce monument historique.
Christophe Grébert


A propos des espaces verts surtout bétonnés de Puteaux

47518928882_29c8be6cdd_k

Avez-vous remarqué combien les espaces dits "verts" de Puteaux sont surtout très bétonnés ? Vous trouverez dans la ville plein d'exemples de lieux supposés être des jardins... et dont les espaces sont en fait très majoritairement dallés ou  goudronnés. 

Alors que le minéral domine largement notre environnement, rien ne diffère dans les jardins municipaux. C'est le cas par exemple du "Jardin aux Camélias" (photo ci-contre), rue Roque de Fillol. Mais regardez aussi la place des Marées sur le haut de la ville, le jardin du Sud (rue Voltaire) ou bien encore le jardin du Conservatoire : 80% des surfaces sont bétonnées, contre seulement 20% d'espaces verts et bien souvent sous la forme de parterres surélevés (jardin du sud) ou d'alignement de pots en plastique (place des Marées - photo ci-dessous). Il y a peu de végétaux et peu de plantations de pleine terre.

78941374_a34731ea2d_z

Nous devons absolument inverser cette proportion. Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, au sein du groupe Puteaux Futur,  nous proposons des jardins avec 80% d'espaces verts de pleine terre, pour seulement 20% de minéral réservé aux cheminements. Ainsi, nous parviendrons à faire de Puteaux une ville nature. C'est important pour notre bien être, pour l'environnement et pour réaliser de fortes économies.
Christophe Grébert


Tribune : Les Seniors de Puteaux ne sont pas des encombrants

Seniors2Voici la tribune de notre groupe Puteaux Futur qui sera publiée dans le Puteaux infos du mois de mai 2019. Elle est consacrée aux Séniors :

Marie, 71 ans, dort dans sa voiture. Mina, 68 ans, vit dans un immeuble en ruine. Ces habitantes de Puteaux, dont nous avons révélé la situation sur www.monputeaux.com/logement, ne sont pas des exceptions. Dans notre ville, beaucoup de personnes âgées, surtout des femmes, vivent mal : petites retraites, loyers très chers, isolement…

Que fait Joëlle Ceccaldi pour ces femmes âgées ? Après 25 ans de mandat, sa politique sociale pour les Seniors se montre inefficace, voire inexistante. La maire sait-elle que la pauvreté des personnes âgées est une réalité ? A-t-elle oublié qu'elle est elle-même une personne âgée ?

Tout le monde ne possède pas une maison ou n’aura pas les moyens d’aller dans l’EHPAD de son choix. A Puteaux, il n'est pas acceptable que des Seniors rencontrent des difficultés pour se loger, soient privés de leurs réseaux sociaux et de soins, ou soient déracinés de leur ville. Nous devons favoriser le relogement local des personnes âgées.

Les Seniors ne sont pas des encombrants. Puteaux a besoin d'eux, de leur savoir et de leurs expériences qui représentent une richesse pour les générations à venir.

Christophe Grébert 

& Bouchra Sirsalane