Sécurité à Puteaux : parler moins, agir plus

SECURITE2

Voici le tribune du groupe Puteaux Futur qui sera publiée dans le Puteaux infos du mois d'octobre. Elle est consacrée à la sécurité, après le lancement par la municipalité d'une pétition pour conserver le commissariat au sein de l'Hôtel-de-Ville, alors que dans le même temps la maire a refusé toutes nos propositions pour assurer une présence policière de proximité dans notre ville :

La municipalité ne parle plus que de sécurité en ce moment. Mais dans ce domaine, plutôt que des discours et des promesses, mieux vaut agir.

Devant le conseil municipal, nous avons fait des propositions pour la sécurité des Putéoliens :



- Pour remplacer les locaux vétustes du commissariat, dont la commune est propriétaire, nous avons proposé la construction d’un nouvel Hôtel de Police sur le boulevard Richard Wallace. Regroupant les polices Nationale et Municipale, cet équipement modèle aurait incité le ministère de l’intérieur à conserver un commissariat de pleine activité à Puteaux.


- Pour assurer la sécurité sur le haut de la ville, nous avons proposé la création d’un commissariat de Police Municipale sur l’avenue du Général de Gaulle. Il ne s’agira pas d’une annexe, mais d’un véritable commissariat avec une équipe dédiée. Le nouveau quartier des Bergères rend cet équipement encore plus nécessaire.

BIXvqxkDRznEzsv-800x450-noPad

Mais la maire a rejeté ces 2 propositions. Conséquences : le ministère de l’intérieur réduit sa présence à Puteaux et le sentiment d’insécurité augmente sur le haut de la ville. A la place d’une pétition qui prouve surtout son échec, la maire devrait écouter les demandes des Putéoliens.

Christophe Grébert & Bouchra Sirsalane


Les parents d'élèves de l'école Jacotot à Puteaux refusent la fermeture d'une classe

Capture d’écran 2019-09-06 à 11.22.14

Plusieurs dizaines de parents d'élèves de l'école communale Marius Jacotot, sur le haut de Puteaux, étaient rassemblés devant l'établissement ce vendredi matin. 4 jours après la rentrée, ils ont appris qu'une classe allait être fermée. Ils s'organisent pour obtenir son maintien.

Aucun représentant de la municipalité n'était là. Seule Bouchra Sirsalane, conseillère municipale Modem, était présente pour discuter avec les parents inquiets.

Cette fermeture de classe bouscule toute l'organisation mise en place dans l'établissement : plusieurs jours après la rentrée, les enfants vont devoir être répartis dans d'autres classes dont les effectifs vont augmenter d'autant.

Il s'agit de "déshabiller Paul pour habiller Jacques", font remarquer les parents. En effet, cette classe à Jacotot est fermée, ainsi qu'une autre à l'école de la Rotonde, pour permettre l'ouverture de 2 classes dans la nouvelle école des Bergères si chère à la maire de Puteaux.

"La maire a donné de nombreuses dérogations pour les Bergères. Voilà le résultat. Nos enfants ne doivent pas pâtir de cette désorganisation", affirment les parents d'élèves de Jacotot, qui n'entendent pas en rester là.


La municipalité de Puteaux domicilie une personne âgée dans un parking souterrain

Refus-domiciliation

Après avoir perdu son logement il y a presque 1 an, Marie, 72 ans, dort dans sa voiture dans un parking souterrain de Puteaux.

Se retrouvant sans adresse, elle a demandé une domiciliation au CCAS, afin de pouvoir recevoir son courrier.

Cette demande vient de lui être refusée dans un courrier signé par le maire adjoint Michel Duez, au motif qu'elle a déjà une adresse : celle du parking souterrain où est garée sa voiture !

Faut-il qu'elle installe une boite aux lettres à la portière de son auto  ?

La mairie sait pourtant parfaitement bien que cette personne âgée n'a pas de domicile. La preuve : cette lettre "remise en main propre"

Pour la municipalité de Puteaux, un parking souterrain peut être l'adresse d'une dame âgée de 72 ans !

Voilà où nous en sommes 😢😢😢

EN LIRE PLUS SUR L'ACHARNEMENT DE LA MUNICIPALITÉ DE PUTEAUX CONTRE UNE PERSONNE ÂGÉE


Une rentrée des classes sous stress à Puteaux

IMG_3567

Nous sommes à la veille du retour des enfants dans les écoles communales. La municipalité de Puteaux a la responsabilité de bien les accueillir et pas seulement en leur distribuant des bonbons.

En effet, plusieurs faits nous préoccupent :



• Des écoles de Puteaux ne semblent pas prêtes à recevoir les enfants dans de bonnes conditions. Ce week-end, il y avait encore des chantiers à Voltaire (photo ci-contre : des ouvriers sont toujours présents dans la nouvelle école à l’heure où nous diffusons cet article), Felix Pyat, Rotonde et les Deux coupoles…


• Certaines classes seront probablement surchargées ou supprimées, notamment aux Bergères et à Jean Jaurès…  


• Aux Bergères, des classes maternelles sont provisoirement ouvertes, avant l’accord définitif de l’inspection académique.


• La fermeture provisoire de Petitot, au coeur du quartier des Rosiers, est-elle définitive ? Lire notre tribune dans le “Puteaux infos” de septembre.




Tout cela n’a pas empêché la majorité municipale d’organiser, samedi matin, sa distribution stéréotypée des fournitures scolaires : les cartables étaient encore roses pour les filles et “bleu, blanc, rouge” pour les garçons. En cette année de coupe du monde féminine de foot, ne pouvait-on pas évoluer ?



Capture d’écran 2019-08-31 à 12.42.21

Parce que Puteaux ne figure pas encore dans les meilleurs classements pour l’éducation, plutôt que des opérations clientélistes, notre ville devrait se concentrer sur l’essentiel : le bien-être des enfants, leur réussite et leur épanouissement.



Grebert-sirsalaneAu conseil municipal, nous faisons régulièrement des propositions en ce sens, comme : innover en matière d’enseignement, essayer les nouvelles méthodes pédagogiques, mettre en place un vrai enseignement des langues dès la maternelle… Pour cela, la majorité n’agit pas.

Nous espérons que la municipalité de Puteaux saura au moins régler les problèmes urgents qui se présenteront en cette semaine de rentrée. Nous vous tiendrons informés.


Nous souhaitons une bonne rentrée aux familles de Puteaux et une bonne année scolaire aux écolières et écoliers. 

Bouchra Sirsalane et Christophe Grébert
Conseillers municipaux Puteaux Futur