Musees Flux

Un non sens, Puteaux détruit son cinéma centenaire, mais dépense 6 millions pour transformer un pavillon en musée

Paulbert-cinema

La majorité municipale de Puteaux a décidé d'acheter et de totalement réaménager un pavillon, au 5 rue Paul Bert, pour en faire un musée. Coût de l'opération : 6 millions d'euros, dont 3,6 millions rien que pour les travaux de réaménagement.

J'ai déjà parle de ce projet de musée qui ne repose sur aucune logique.

PHOTO : A GAUCHE, le pavillon de la rue Paul Bert qui doit devenir un musée. A DROITE, le vieux cinéma de Puteaux destiné à être détruit !

La mairie va donc se lancer dans des travaux énormes pour transformer un vieux pavillon en lieu public... alors que dans le même temps elle va détruire un lieu public, son vieux cinéma, pour en faire un lieu fermé : une cantine scolaire !

Allez comprendre la logique.

Sur son site, à propos de ce projet de musée, la conseillère municipale de Puteaux Nadine Jeanne s'interroge

Ne serait-il pas plus logique d'utiliser pour ce faire un bâtiment ayant déjà une histoire ? On pourrait aussi imaginer un musée qui soit un lieu ouvert avec plusieurs activités culturelles.

On le sait la mairie a acquis (le vieux cinéma) pour agrandir l'école Parmentier ce qui est nécessaire. Mais il existe des alternatives : la mairie dispose d'autres terrains à côté de l'école, elle n'est donc pas obligée de détruire le bâtiment. 


La ville de Puteaux va créer un musée sur son histoire. Ce sera le 3e...

Bert1

Elle ne sait pas trop encore ce qu'on y trouvera et quelles périodes ou quels thèmes y seront traités, mais la maire de Puteaux veut un nouveau musée sur l'histoire de la ville. Ce 3e musée sera réalisé "probablement" au 5 rue Paul Bert, dans une maison rachetée par la municipalité et dans laquelle des travaux de démolition vont commencer.

Lors du conseil municipal du 8 avril, il a en effet été décidé d'engager la démolition d'une partie des bâtiments annexes de cette propriété située dans le bas de Puteaux (question 10 de l'ordre du jour) :

Bert2

Ce sera la 3e "musée" ouvert par Joëlle Ceccaldi, après la maison de Camille consacrée aux artistes de Puteaux et le musée de Dion Bouton, rue Parmentier. Mais ces 2 structures, qui coûtent des millions d'euros à la ville, sont le plus souvent fermées au public. Quelques visites seulement y sont organisées de temps en temps. Qui peut dire qu'il a déjà visité ces 2 musées de Puteaux ? Moi, oui. Mais vous ?
Ce 3e "musée" sera-t-il aussi l'occasion des dépenser des millions d'euros pour rester portes closes la plupart du temps ? Je le crains.

6a00d8341c339153ef01bb08eef463970d-800wi6a00d8341c339153ef01b8d1d52386970c-800wi

J'avais suggéré en 2004 la création d'un musée sur l'histoire industrielle de Puteaux. Il aurait pu être installé dans un ancien atelier d'usine, mais ces vieux bâtiments, ultimes traces du passé industriel de Puteaux, ont quasiment tous été démolis par les promoteurs avec l'aval de la ville. Il manque de la logique dans les décisions de l'actuelle majorité de Puteaux. Peut-être une pensée, tout simplement. Or, un musée n'est pas qu'un lieu de mémoire. Il doit être aussi un lieu de réflexion pour le présent et le futur. C'est justement ce qui manque à Puteaux.
Christophe Grébert


L'artothèque de Puteaux désormais fermée au public

21810804422_1bd0fcd29f_zC'était un beau projet culturel : la ville de Puteaux a investi plusieurs millions d'euros pour créer un musée-artothèque dédié au mécène putéolien Camille Renault. Une maison ancienne a été rachetée, rue Benoît Malon, et réaménagée entièrement pour en faire un espace d'expositions et de prêts de peintures et de sculptures contemporaines. Hélas, faute d'activité, le lieu a été fermé au public.

Il n'est plus possible en effet d'aller visiter librement la "Maison de Camille" pour y découvrir les dizaines d'oeuvres acquises année après année par la municipalité et pouvant être louées par les habitants afin de les exposer chez eux. Une affiche sur la porte de l'artothèque nous signale qu'il faut désormais prendre rendez-vous au "palais" de la culture pour accéder à la collection. Un simple numéro de téléphone est donné. Ce qui montre que les Putéoliens amateurs d'art ne se sont jamais en réalité accaparés ce lieu.

On se dit qu'investir autant d'argent, pour un espace de culture restant fermé et pour des oeuvres d'art qui ne profitent finalement à personne, est bien triste.

Comme toujours, la municipalité s'est saisie d'une belle idée et à construit pour cela un décor beau et cher mais n'a pas su faire vivre réellement ce lieu. La même chose se déroule actuellement au conservatoire. C'est une accumulation de boites vides de sens.

Nous soutenions pour notre part ce projet et avons souvent exprimé notre volonté de faire vivre la culture à Puteaux.

21822612165_c0912a9f85_z

Participer à la cagnotte en ligne

Visite de l'artothèque de Puteaux et présentation des élèves de théâtre

Publié sur le site de Christophe Grébert :

020 - Visite de la Maison de Camille - 08 juin 2013

Samedi après-midi, avec des membres de l'équipe Pour Puteaux, nous avons visité la maison de Camille, l'artothèque de Puteaux, réalisée en hommage à Camille Renault. Cet ancien restaurateur putéolien a été un grand mécène. Les peintres du "groupe de Puteaux", comme Jacques Vilon et Kupka, lui offraient des toiles en échange de repas gratuits. Camille Renault s'est ainsi constitué une collection exceptionnelle, dont une petite partie a été rachetée par la commune. Ces oeuvres et d'autres sont présentées à la maison de Camille.

001 - Visite de la Maison de Camille - 08 juin 2013

L'artothèque permet surtout aux Putéoliens d'emprunter des tableaux aussi simplement qu'on emprunte des livres dans une bibliothèque. On a pu admirer la richesse des installations de la maison de Camille. Le restaurant est ainsi reconstitué, avec une vraie salle et une vraie cuisine ! En revanche, les oeuvres à emprunter reposent par terre contre les murs ! Comme toujours, la municipalité s'est saisie d'une belle idée, mais, pour sa réalisation, a seulement construit le décor...

8989313387_0532ca9b91_z

En soirée, avec Séverine Zollinger, nous nous rendons au palais de la culture pour une présentation de fin d'année des élèves des cours d'art dramatique du conservatoire de Puteaux dirigés par Sylvie Montlahuc. Je salue le travail de tous ces élèves. J'ai particulièrement apprécié les scènes inspirées de la chorégraphe Pina Bausch présentées par les élèves du cycle 2.

La culture constituera une partie importante du projet Pour Puteaux. Quand on en a les moyens, comme c'est le cas de notre ville, on se doit de supporter la création cuturelle, d'être un mécène. Nous voulons faire de Puteaux une ville qui rayonne grâce à son action en faveur de la culture.
Christophe Grébert

(photos : Guillaume Helié)