Mediatheque Flux

Censure à la médiathèque de Puteaux : l'association des bibliothécaires de France dénonce les pressions politiques

Logo_ABF_rose_gris


Dans un communiqué publié suite à l'affaire de la Médiathèque de Puteaux, l'Association des bibliothécaires de France dénonce les "pressions politiques" et appelle les bibliothécaires à saisir le comité d'éthique de l'association :

"Aucune pression politique, religieuse, syndicale ou sociale ne doit être acceptée qui viserait, par quelque moyen que ce soit, à influer sur les acquisitions de la bibliothèque, notamment au détriment d’une pluralité d’opinion nécessaire à l’information des citoyens (..). Aucune ingérence, même motivée par des questions budgétaires, ne pourra être acceptée lorsqu’elle contredit une démarche scientifique et professionnellement éthique. L’ABF invite tous les professionnels à consulter, à diffuser le code de déontologie du bibliothécaire, et à saisir son comité éthique (ethique[at]abf.asso.fr) pour toute situation qui relèverait d’une censure ou pression avérée".

Pour rappel des faits : la municipalité UMP de Puteaux a décidé de retirer la presse et les magazines des bibliothèques de la commune, officiellement pour réaliser des économies. Un argument qui semble une farce de la part d'une majorité municipale qui dépense sans compter en fêtes de toutes sortes. La raison est plus simple : la maire, régulièrement mise en cause dans les journaux, fait acte de censure.

LIRE MON DOSSIER SUR LA MÉDIATHÈQUE DE PUTEAUX

Christophe Grébert avec les "Jeunes Pour Puteaux" devant la médiathèque

Publié sur le site de Christophe Grébert :

8813918463_8f75e8719fCe week-end, la médiathèque de Puteaux accueille la 10e édition de son festival de BD. J'ai participé devant la médiathèque à une distribution de tracts avec les Jeunes Pour Puteaux pour demander à la municipalité de revenir sur sa décision de supprimer ses abonnements aux journaux et aux magazines. La mairie affirme qu'il s'agit de faire des économies. Une fausse excuse, quand on sait le niveau de dépenses de notre ville (il n'y a qu'à voir le gâteau géant installé devant la mairie, ci-dessous !). Tout cela n'a pas de sens. Ou plutôt si, cette décision a beaucoup de sens. J'apprécie que des jeunes se mobilisent pour défendre l'accès à l'information, quels que soient les supports, écrit et numérique.

8813882513_07fcdfbc63

(photo : Christophe Grébert avec les JPP sur Flickr)


Censure à la médiathèque de Puteaux : reportage sur LCI (vidéo)

LCI a diffusé ce week-end un reportage sur la médiathèque de Puteaux où les magazines de gauche ont disparu des rayons. La chaîne d'information rappelle qu'en 2011, la maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait fait racheter tous les exemplaires du Canard Enchaîné. Celui-ci avait publié un article révélant l'existence d'un compte caché au Luxembourg.


Censure à la médiathèque de Puteaux : La charte de déontologie des bibliothécaires

Logo_ABF_rose_gris

Alors que les magazines de gauche ont disparu des présentoirs de la médiathèque de Puteaux, il est bon de rappeler la charte de déontologie des bibliothécaires publiée sur le site de l'association des bibliothécaires de France :

Le bibliothécaire est chargé par sa collectivité publique ou privée de répondre aux besoins de la communauté en matière de culture, d’information, de formation et de loisirs. Il constitue à cette fin les collections publiques, en assure la mise en valeur et l’usage citoyens. Conscient des responsabilités qui sont les siennes et appliquant les lois et règlements en vigueur, il s’engage à respecter vis-à-vis de l’usager, des collections, de sa collectivité et de sa profession les principes qui suivent. Ce code déontologique du bibliothécaire, distinct de la charte documentaire propre à chaque établissement et de la charte des bibliothèques du Conseil supérieur des bibliothèques, les complète.

1. l’usager
Le bibliothécaire est d’abord au service des usagers de la bibliothèque. L’accès à l’information et à la lecture étant un droit fondamental, le bibliothécaire s’engage dans ses fonctions à :

  • Respecter tous les usagers ;
  • Offrir à chacun une égalité de traitement ;
  • Garantir la confidentialité des usages ;
  • Répondre à chaque demande, ou, à défaut, la réorienter ;
  • Assurer les conditions de la liberté intellectuelle par la liberté de lecture ;
  • Assurer le libre accès de l’usager à l’information sans laisser ses propres opinions interférer ;
  • Permettre un accès à l’information respectant la plus grande ouverture possible, libre, égal et gratuit, sans préjuger de son utilisation ultérieure ;
  • Garantir l’autonomie de l’usager, lui faire partager le respect du document, favoriser l’autoformation ;
  • Promouvoir auprès de l’usager une conception de la bibliothèque ouverte, tolérante, conviviale.


2. la collection
Le bibliothécaire favorise la réflexion de chacun par la constitution de collections répondant à des critères d’objectivité, d’impartialité, de pluralité d’opinion. Dans ce sens, il s’engage dans ses fonctions à :

  • Ne pratiquer aucune censure, garantir le pluralisme et l’encyclopédisme intellectuel des collections ;
  • Offrir aux usagers l'ensemble des documents nécessaires à sa compréhension autonome des débats publics, de l'actualité, des grandes questions historiques et philosophiques ;
  • Appliquer les dispositions législatives et réglementaires concernant les collections, ainsi que les décisions de la justice, sans se substituer à celle-ci, notamment celles qui interdisent la promotion de toute discrimination et de toute violence ;
  • Assurer la fiabilité des informations, œuvrer à leur mise à jour permanente et à leur conformité à l’état présent des connaissances scientifiques ;
  • Organiser l’accès aux sources d’informations pour les rendre disponibles, y compris à distance, selon les normes professionnelles en vigueur ;
  • Faire connaître et mettre en valeur les collections, les ressources, les services dans le respect de la neutralité du service public ;
  • Faciliter la libre circulation de l’information.


3. la tutelle (collectivité publique ou privée)
La tutelle définit dans son domaine de compétence une politique générale. Dans ce cadre, la définition de la politique documentaire, déléguée au bibliothécaire, est précisée dans une charte, validée par la tutelle. Le bibliothécaire en assure la mise en œuvre au quotidien dans le respect de ce code.

- Le bibliothécaire participe à la définition de la politique culturelle de sa tutelle
- Le bibliothécaire applique la politique de sa tutelle tant que celle-ci ne va pas à l’encontre des lois générales, des missions pérennes et spécifiques de l’établissement, ainsi que des valeurs définies dans ce code
- Le bibliothécaire fait valoir auprès de sa tutelle les nécessités de la formation professionnelle, comme stagiaire ou comme formateur, et plus particulièrement celles liées à sa participation aux journées d’étude, aux voyages d’étude et aux instances statutaires des associations professionnelles. Cette participation est considérée comme temps de travail
- Le bibliothécaire rend compte à sa tutelle, en les évaluant, des services et des activités de l’établissement
- Le bibliothécaire veille à ne pas céder aux groupes de pressions politiques, religieux, idéologiques, syndicaux, sociaux qui essaieraient d'influer sur les politiques d'acquisitions par imposition forcée, interdiction ou intimidation, directement ou par le biais de sa tutelle.

4. la profession
Les personnels des bibliothèques forment un corps professionnel solidaire. Au sein de ce corps, le bibliothécaire trouve aide et assistance, et apporte ses connaissances et son expérience. Dans ce cadre, le bibliothécaire :

  • Contribue à l’utilité sociale de la profession ;
  • Exerce son métier sans laisser interférer ses intérêts ou ses opinions personnelles ;
  • Développe son savoir professionnel, se forme et forme afin de maintenir un haut degré de compétence ;
  • Visite des bibliothèques, rencontre des collègues, y compris à l’étranger ;
  • S’implique dans la vie professionnelle en étant membre d’associations professionnelles, participe à des congrès (nationaux et internationaux) et en rend compte ;
  • Publie et transmet, fait avancer la réflexion autour du métier en participant à des publications, à des colloques et journées d'étude ;
  • Encourage la coopération, la mutualisation d’outils, l'appartenance à un réseau de coopération et de partage des savoirs ;
  • Recherche l’amélioration des services par l’innovation ;
  • Milite activement pour le recrutement et la promotion de personnel qualifié ;
  • Elargit les publics ;
  • S’implique professionnellement et intègre son établissement dans la vie de la cité.