Loisirs Flux

TRIBUNE : Réservons l'île de Puteaux aux promeneurs et aux sportifs

IMG_2216

Tribune du groupe Puteaux Futur au conseil municipal à paraître dans le Puteaux infos de mars 2019 :

La piste du stade de l'île de Puteaux est l'un des spots les plus fréquentés par les coureurs franciliens.

C’est ce que révèle “STRAVA”, une application qui permet aux passionnés de course de partager parcours et performance. Ces applis géolocalisées sont intéressantes, car elles nous indiquent comment les espaces public sont utilisés : dans un secteur très urbanisé, les runners viennent chercher nature et calme.

Nous avons besoin de lieux proches de notre logement ou du bureau pour nous détendre et faire du sport. L’île est parfaite pour cela.

Encore faut-il que nous la protégions de toute bétonisation. Ce n'est malheureusement pas le cas : après y avoir limité le vélo, la municipalité a décidé d’y réaliser 45 nouvelles places de parking ! Quelle est la logique, alors que nous construisons une passerelle pour venir sur l’île… sans sa voiture ?

Image009Stoppons ce chantier de nouveau parking. Réduisons l'automobile et le béton sur l’île de Puteaux, pour le plaisir des promeneurs, des cyclistes et des coureurs.

Christophe Grébert et Bouchra Sirsalane

www.puteauxfutur.com


Les runners franciliens, connectés à Strava, adorent l'ile de Puteaux

IMG_0572

Selon l'application Strava, la piste de l'ile de Puteaux est l'un des spots les plus fréquentés par les coureurs franciliens connectés.

Strava est un réseau social qui permet aux passionnés de course et de cyclisme de se connecter entre eux, de partager  leurs parcours géolocalisés et leurs performances. 

L'application vient de publier une étude sur les parcours préférés de ses utilisateurs en Ile-de-France durant l'année 2018. Dans les Hauts-de-Seine, la piste sur l'île de Puteaux est parmi les "segments" les plus fréquentés par les coureurs à la recherche d'un endroit calme pour courir et performer, dans un secteur très urbanisé.

Voilà une étude qui illustre une nouvelle fois les besoins de la population de nos villes : des endroits aménagés, proches des bureaux et des habitations, pour se détendre et faire du sport.
L'île de Puteaux est un endroit idéal pour cela.
Encore faut-il que nous préservions ce lieu de toute bétonisation. Ce n'est malheureusement pas le choix de la municipalité de Puteaux qui envisage d'y construire 45 nouvelles places de parking, tout en dépensant 12 millions d'euros pour une passerelle piétonne reliant l'ile à la ville (on cherchera la logique entre ces 2 décisions).
Si nous devenons un jour majoritaire à la mairie de Puteaux, nous ferons de l'île un lieu de nature réservé aux promeneurs, aux cyclistes... et aux runners. Ces applications utilisant la géolocalisation sont très utiles : elles montrent aux élus et aux aménageurs ce que veut la population de nos villes.
Christophe Grébert


La ville de Puteaux construit une passerelle qui sera interdite aux vélos

Parisien-passerelle-2-18

Dans une interview publiée jeudi 1er février 2018 dans le Parisien des Hauts-de-Seine, la mairie de Puteaux annonce que la future passerelle, qui doit relier en 2019 le bas de Puteaux à son île sur la Seine, sera interdite aux vélos.

"Il n'y a pas de pistes cyclables prévues aux abords, mais la passerelle elle-même ne comporte pas de piste cyclable, puisqu'il s'agit d'un équipement exclusivement piéton", explique le maire de Puteaux par l'intermédiaire de son cabinet.

UN NON SENS À 10 MILLIONS D'EUROS

La ville de Puteaux va donc dépenser plus de 10 millions d'euros (8,5 millions HT) pour relier le bas de la ville à son poumon vert, mais sans possibilité d'accès pour les vélos.

Parisien3Alors qu'il y a de plus en plus d'utilisateurs de vélo dans nos villes, et qu'il y aura encore plus demain, cette décision apparait comme un non sens.

Le Parisien rappelle que lorsque l'opposition a proposé la création de cette passerelle, il s'agissait de compléter un réseau de pistes cyclables entre le haut de la commune et le bois de Boulogne, en passant par l'île.

J'interviendrai au conseil municipal pour réclamer des explications au maire et lui demander de changer les plans de la passerelle pour bien évidemment permettre son accessibilité aux vélos. Il est encore temps de corriger cette énorme faute.
Christophe Grébert   


Nous réclamons des terrains de sport pour les jeunes. Le maire de Puteaux refuse

27366688921_7625613ef1_oLors du conseil municipal de Puteaux du 25 septembre 2017, j'interpelle la maire sur le peu de terrains de sport accessibles librement aux jeunes de la commune : les jeunes réclament des terrains de foot et de basket notamment.

Aux Etats-Unis, les municipalités ont bien remarqué que l'ouverture de terrains de baskets autogérés avait nettement participé à l'amélioration de la tranquillité dans les quartiers et fait baisser la délinquance. C'est avant tout un lieu d'échanges, de discussions et de rencontres.

A Puteaux, la ville propose de nombreuses activités encadrées. Mais si cette formule est idéale pour les très jeunes, elle ne répond pas aux besoins d'autonomie d’adolescents devenant de jeunes adultes.

A la question de Joseph, un jeune putéolien de 21 ans, sur le manque de terrains de sport librement accessibles, la maire me répond : "Il n'a envie de rien faire votre jeune" (VOIR la vidéo ci-dessous). Ce manque d’écoute et de respect est bien regrettable. Joëlle Ceccaldi a ensuite un argument choc : "Nous n'avons pas de forêt" où les jeunes pourraient « s’ ébattre ». Effectivement, c’est imparable…

Sauf que justement, plus une ville est densifiée, plus ses habitants ont besoin d'espaces de ce type pour se détendre. Leur développement devrait donc être une priorité de la municipalité.

(PHOTO : terrain de sport fermé rue André Leclerc, vieux Puteaux, Flickr)