Logement Flux

6 adjoints au maire de Puteaux sur 12 sont logés en HLM, selon une enquête M6

Capture d’écran 2018-12-06 à 17.47.32

"Comment se fait-il que des logements sociaux soient attribués à des personnes qui ont des revenus bien supérieurs au plafond autorisé ?"

Joëlle Ceccaldi-Raynaud interpellée lors d'une réunion publique par Bernard de La Villardière. La maire de Puteaux refuse de répondre aux questions du journaliste sur l'attribution clientéliste des logements sociaux. La scène a été diffusée mercredi soir sur M6.

VOIR L'EMISSION EN REPLAY SUR LE SITE D'M6 (PUTEAUX A PARTIR DE LA 48 EME MINUTE)

Selon le reportage réalisé dans le cadre d'une soirée spéciale sur les inégalités, 6 adjoints sur 12 de la mairie de Puteaux sont logés en HLM, alors que l'un à un salaire de 8.000 euros nets et qu'un autre est propriétaire de plusieurs appartements dans la ville !

Dans le même temps, M6 a montré des familles pauvres de Puteaux qui vivent dans des logements insalubres et dangereux, mais dont les demandes de HLM sont systématiquement repoussées.

Pour obtenir un logement HLM à Puteaux, mieux vaut connaître le maire, selon l'enquête de Bernard de La Villardière. Au cours du reportage, plusieurs témoins racontent comment fonctionne le système clientéliste putéolien, en dehors de toute morale républicaine.


Logement : la pétition de soutien à Marie de Puteaux recueille 103.000 signatures

870x489_img_4653

Cela fait maintenant près d'un mois que Marie, 71 ans, dort dans sa voiture, faute de logement. 103.000 personnes ont signé la pétition lancée sur change.org pour réclamer qu'un logement social lui soit attribué.

Malheureusement, malgré les promesses faites à différents médias par l'office communal HLM présidé par la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Marie n'a jusqu'ici reçu aucune bonne nouvelle... et d'ailleurs, aucune nouvelle du tout, que ce soit de la part de l'OPH ou de la mairie.

Plusieurs articles ont été publiés sur le triste sort réservé à Marie  :

-  Puteaux : une vieille dame de 71 ans est obligée de dormir dans sa voiture, sur France Bleu.

- Puteaux. À 71 ans, Marie est obligée de dormir dans sa voiture, dans Ouest France.

Puteaux : Marie, 71 ans, vit dans sa voiture en attendant un logement social, dans Le Figaro.

Hauts-de-Seine: mobilisation pour aider une septuagénaire expulsée et contrainte de vivre dans sa voiture, sur BFM TV.

(photo : France Bleu)


50.000 personnes signent la pétition en faveur de Marie de Puteaux qui attend un logement HLM depuis 14 ans

Capture d’écran 2018-11-15 à 13.52.25Je viens d'avoir Marie au téléphone. Cette dame de 71 ans, seule et à la rue, est toujours dans l'attente d'un logement HLM à Puteaux. Elle campe encore dans le hall de la mairie de Puteaux.

Elle y reste jusqu'à ce que la maire la fasse expulser à la fermeture des bureaux. Ce soir et ce week-end, elle dort chez des amis. "Mais lundi soir, je serai à nouveau à la rue. Je suis de plus en plus fatiguée. A mon âge, c'est dur", me dit-elle.

Marie me dit de transmettre ses remerciements aux nombreux signataires de la pétition diffusée sur change.org pour la soutenir dans sa démarche. Ils sont plus de 50.000 !

Nous demandons à la mairie de Puteaux et à la préfecture des Hauts-de-Seine de tout faire pour lui obtenir un logement HLM dans sa ville. A 71 ans, cette dame ne mérite pas - comme d'ailleurs personne ne mérite - de dormir dehors.


Tribune : des immeubles vétustes risquent de s'effondrer à Puteaux

IMG_9852A Marseille, 8 personnes sont mortes dans l’effondrement de 3 immeubles. Un drame qui pourrait se produire à Puteaux. Dans notre ville, des dizaines de familles sont logées dans des bâtiments menaçant ruine. Par exemple, dans cet immeuble de la rue Agathe (photo ci-contre).

La loi donne les pouvoirs au maire pour assurer la sécurité des habitants :
- Article L. 2212-2 du Code des collectivités : le maire a pour responsabilité la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques.
- Article L.2212-4 : en cas de danger, le maire fait exécuter les mesures de sûreté.
- Articles L. 521-1 et suivants du Code de la construction et de l’habitation : en cas de carence d'un propriétaire, le maire doit héberger ou reloger les occupants d'un immeuble en péril.

La législation existe donc. Nous avons les moyens financiers. Ne manque que la volonté d’agir pour mettre à l’abris ces familles en danger

En tant qu'élus de l'opposition, notre rôle est d'alerter. Nous faisons aussi des propositions sur l’habitat. Vous pouvez les consulter ici : www.monputeaux.com/logement

Grebert-sirsalane
En cette fin d'année de fêtes, notre pensée particulière va à tous les Putéoliens mal logés.



Christophe Grébert
et
Bouchra Sirsalane

CETTE TRIBUNE DU GROUPE PUTEAUX FUTUR SERA PUBLIÉE DANS LE MAGAZINE MUNICIPAL "PUTEAUX INFOS" DE DÉCEMBRE 2018