Les Ceccaldi ont fait Flux

Quand les Ceccaldi faisaient un scandale au commissariat de Puteaux... pour un PV

Lp1422003En février 2003, Joëlle Ceccaldi-Raynaud débarque furieuse au commissariat de police de Puteaux : "il y a un problème politique ici", lance-t-elle aux policiers médusés, les menaçant d'avertir Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur (voir ci-contre l'article du Parisien des Hauts-de-Seine).

Que s'était-il passé pour que la députée UMP fasse un tel scandale ? Quelques minutes plus tôt, son fils avait découvert un PV sur sa voiture ! Tout simplement ! Joëlle Ceccaldi-Raynaud n'a pas supporté l'affront.

Alliancetract0203_2Son père non plus : Charles, alors maire et sénateur, arrive à son tour au commissariat et accuse les policiers présents d'être des "socialistes". "Ce n'est pas une insulte", réagira plus tard un responsable du syndicat de police Alliance (pourtant proche de la droite), dénonçant dans un tract (ci-contre) l'attitude des 2 élus putéoliens.

Les médias s'emparent de cette affaire. Puteaux, une fois de plus, est montré du doigt de par la faute de notre famille régnante, qui cette fois là n'avait pas accepté d'être traitée... comme tout le monde.


Sur France Inter :


Téléchargement franceinter14-2-2003.mp3

Sur RTL :


Téléchargement rtl-14-2-2003.mp3


La mise en examen de Charles Ceccaldi-Raynaud dans Libération

Main_logo_329x101
Libération consacre aujourd'hui une pleine page à la mise en examen de Charles Ceccaldi- Raynaud, "l’ex-suppléant de Sarkozy à l’Assemblée", titre le journal. Extrait :

"Une nouvelle affaire pénale menace le Sarkoland, le département des Hauts-de-Seine, présidé par l’actuel locataire de l’Elysée d’avril 2004 jusqu’à sa récente élection à la présidence de la République (1). Elle vise son ancien suppléant à l’Assemblée nationale, Charles Ceccaldi-Raynaud, qui a récemment transmis ses mandats de député-maire de Puteaux à sa fille, Joëlle. Ceccaldi-Raynaud père, 79 ans, inamovible élu UMP du 9-2 depuis 1969, réfugié au Sénat puis au conseil général, a été mis en examen fin juillet par un juge d’instruction de Nanterre, Richard Pallain, pour favoritisme et corruption passive. Les présumés corrupteurs actifs sont soupçonnés d’avoir versé une commission de 750.000 euros au Luxembourg, à l’occasion du renouvellement du contrat de chauffage de La Défense, 3 millions de m2 de bureaux près de Paris".

LA SUITE SUR LE SITE DE LIBERATION


Législative 2007 à Puteaux-Neuilly : L'inter-LGBT appelle à faire battre Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Logointerlgbt2 L'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), qui rassemble une cinquantaine d'associations, appelle à faire battre les candidats aux législatives qui se sont montrés "hostiles" aux "personnes LGBT" et qui "se sont fait remarquer par des positions homophobes réitérées publiquement".
L'Inter-LGBT en dresse une liste sur son site internet, dans laquelle figure la candidate UMP de Puteaux-Neuilly, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, condamnée pour avoir insinué qu'un opposant socialiste était pédophile.
Dans cette liste figure aussi 7 autres candidats UMP des Hauts-de-Seine : Manuel Aeschlimann, Jacques Kossowski, Patrick Balkany, Patrick Ollier, Jean-Jacques Guillet, Pierre-Christophe Baguet et Philippe Pémezec.


Joëlle Ceccaldi-Raynaud assigne l'église évangélique de Puteaux en justice

AssignationLa députée-maire UMP de Puteaux (Hauts-de-Seine), Joëlle Ceccaldi-Raynaud assigne l'église évangélique de Puteaux devant le tribunal de Nanterre, en vue d'une expulsion. L'audience aura lieu le mercredi 13 juin 2007 à 9h30. La maire va jusqu'à demander des dommages et intérêts à la communauté pour occuper des locaux qui lui appartiennent !

"Ce que ne dit pas la mairie, c'est que l'administrateur était désigné avant la vente et que le maire était informé de la crise depuis le mois de mai et non en novembre comme indiqué dans l'assignation. Deux actions en justice sont d'ailleurs en cours", réagit un fidèle de l'église évangélique locale.

A télécharger l'assignation faite par le cabinet d'Arnaud Claude et de Nicolas Sarkozy (pdf)

En mars dernier, devant le Conseil municipal, Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait annoncé cette procédure pour obtenir la propriété de ces locaux, contre la volonté des fidèles. En décembre 2006, l'opposition socialiste en avait appelé au préfet des Hauts-de-Seine. En référé, le tribunal de Nanterre a en effet jugé que l'église n'aurait pas du être vendue. En novembre, je publiais des documents qui montrent que Joëlle Ceccaldi-Raynaud savait depuis plusieurs mois que les conditions de la vente de l'église n'étaient pas claires.

Depuis le début, l'attitude de Joëlle Ceccaldi-Raynaud est étrange. Pourquoi la maire de Puteaux veut absolument récupérer ce bâtiment contre la volonté d'une communauté religieuse et alors que des procédures judiciaires sont en cours qui pourraient remettre en cause l'acte de vente ? Cette affaire est révélatrice des méthodes de la députée-maire UMP. Seule sa volonté doit compter. Ce n'est pas comme cela qu'un élu doit agir !
Christophe Grébert