Legislative 2005 Flux

Législative 2005 : l'UMP se réjouit de la victoire de Nicolas Sarkozy

L'UMP se félicite de la "brillante réélection" dimanche de Nicolas Sarkozy à l'Assemblée nationale, lors de l'élection législative partielle sur la circonscription de Puteaux-Neuilly, estimant qu'"une voix forte revient dans l'hémicycle".
Au cours du point presse hebdomadaire de l'UMP à Paris, sa porte-parole Valérie Pécresse a relevé que M. Sarkozy avait réalisé dimanche son "meilleur résultat depuis 1988", l'année où il a brigué pour la première fois le siège de député de la 6ème circonscription des Hauts-de-Seine.
Le président de l'UMP a été élu au premier tour avec 70,74% des suffrages. Il devient pour la 6ème fois député de la circonscription, dans un département qu'il préside.
Mme Pécresse s'est également félicitée du bon taux de participation (41,37%), alors qu'"en général, il y a une faible participation pour les élections partielles". "C'est l'incontournable effet Sarkozy dans les Hauts-de-Seine", a-t-elle assuré.

(Source : L'internaute.com/AFP)


Législative 2005 : "M. Sarkozy réélu député" (Le Monde)

Le Monde, dans son édition datée de mardi, résume en quelques lignes seulement l'élection de Nicolas Sarkozy au premier tour de la législative partielle sur la circonscription de Puteaux-Neuilly :

"(..) L'ancien ministre de l'économie a amélioré son score des législatives de juin 2002 de deux points, en recueillant 70,74% des voix. Il était opposé à 8 autres candidats. Avec 5,56% des voix, le FN n'a jamais fait un score aussi bas dans la circonscription. Par contre, le PCF enregistre une poussée dans les quartiers populaires de Puteaux. Le résultat du candidat des Verts, Thierry Hubert, témoigne d'un ancrage des idées écologistes dans une environnement très urbanisé".


Législative 2005 : un vote sanction contre Joëlle Ceccaldi-Raynaud ? (réaction UDF)

Alors qu'à Neuilly, Nicolas Sarkozy a obtenu dimanche plus de 83% des suffrages... à Puteaux, il doit se contenter d'un plus modeste score : 55,82%.
Pour le militant UDF Franck Lévêque, qui appelait à voter Nicolas Sarkozy, les électeurs putéoliens ont voulu "sanctionner" Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la suppléante du président de l'UMP :

"Les putéoliens n'ont pas voulu voter pour Nicolas Sarkozy à cause de sa suppléante. Faute d'avoir pu voter pour un second candidat à droite, les voix se sont reportées sur le parti socialiste, les verts et le PC.
Je pense qu'il est indispensable pour les élections municipales de Mars 2008 d'avoir une équipe de droite indépendante face à Madame Ceccaldi. C'est la raison pour laquelle, je renouvelle mes appels à volontaire. Contactez moi afin que nous montions cette alternative de droite. Faute de quoi, je crains que ce ne soit la gauche qui ne prenne la mairie aux prochaines municipales".


Législative 2005 : Sarkozy passe sur Puteaux à 114 voix près

Si on s'en tient aux seuls résultats de la commune de Puteaux, en faisant abstraction du plébiscite incroyable de Nicolas Sarkozy sur Neuilly (près de 11.000 voix sur 13.000 votants !), on obtient un résultat plus mitigé pour le président de l'UMP et pour la droite.

Notons pour commencer que la participation sur Puteaux pour cette élection partielle au résultat attendu approche tout de même les 50% (47,62%) : alors que la victoire de Nicolas Sarkozy était déjà annoncée dans tous les médias, 1 électeur putéolien sur 2 s'est tout de même déplacé aux urnes (contre 1 sur 3 à Neuilly, où seule la droite semble aller voter).

Le pourcentage de votes nuls n'est pas si élevé pour Puteaux : 4,18% (487 sur 11.627 votants). Au moment des dépouillements, on a vu beaucoup d'enveloppes vides... et quelques bulletins sarkozy rageusement barrés (des chiraquiens ?).

Nicolas Sarkozy obtient 55,82% des suffrages putéoliens, soit 6.218 voix. Le quorum (25% des inscrits) était de 6.104 voix. Sur Puteaux seul, Nicolas Sarkozy passe donc au 1er tour à 114 voix près ! Je fais ce petit calcul juste pour la démonstration. Il n'a pas d'autre valeur. Car c'est le résultat global de la circonscription qui comptait.

Par rapport à la précédente législative de 2002, son score sur Puteaux en pourcentage n'évolue pas beaucoup : ll avait fait 56%. Mais c'est difficile de comparer, le profil du scrutin était très différent : élections nationales (contre partielle cette fois), participation plus élevée (70 contre 47%), plus de candidats (17 contre 9).

S'agissant de la gauche, on constate en pourcentage une légère baisse du résultat du PS (18,97% contre 20,4 en 2002). Il faut dire que les socialistes présentaient une candidate complètement inconnue face au leader de la droite, et que celle-ci en s'affichant avec Henri Emmanuelli en plein débat sur le traité européen a peut-être déconcerté un certain nombre d'électeurs de gauche, les tenants du non préférant voter pour le PC. C'est une analyse comme une autre. J'attends de vous lire sur cette question.

Mais ce recul du PS est plus que compensé par la forte progression du vote Vert, qui passe de 3,2% à 8,16% ! En nombre de voix, Thierry Hubert parvient à faire mieux que Brigitte Cassigneul lors de la cantonale de mars 2004 : 909 voix contre 877, mais avec 47,62% de participation cette fois contre 71,3% lors de la cantonale ! La véritable surprise de ce scrutin est donc ce suffrage VERT qui prend solidement pied sur Puteaux.

Avec 521 voix et 4,68% des suffrages sur Puteaux, le parti communiste progresse de 150 voix et double son score en pourcentage par rapport à 2002, mais échoue dans son objectif de dépasser la barre des 5% sur notre commune. Ce maigre résultat est obtenu malgré une très forte mobilisation du parti sur la circonscription. Le PC présentait en effet son secrétaire départemental et n'avait pas lésiné en terme d'affichage et de tractage sur les marchés. Notons aussi la quasi absence de l'extrème gauche à ce scrutin qui a pu profiter au PC (pas de candidat LO/LCR).

Globalement la gauche (PS-PCF) et les Verts représentent près de 32% des voix. C'est un score qui est en progression d'élection locale en élection locale depuis 3 ans, même si on pourrait espérer largement mieux !

Enfin, avec 7,21% et 803 suffrages, le FN réalise son plus mauvais score sur la commune depuis des années : Bruno Ligonie avait fait 9,4% en 2002 et 8,5% lors de la cantonale de mars 2004.

Si vous voyez d'autres choses à signaler, si vous voulez me corriger... n'hésitez pas : j'attends vos commentaires...