Ile de Puteaux Flux

TRIBUNE : Réservons l'île de Puteaux aux promeneurs et aux sportifs

IMG_2216

Tribune du groupe Puteaux Futur au conseil municipal à paraître dans le Puteaux infos de mars 2019 :

La piste du stade de l'île de Puteaux est l'un des spots les plus fréquentés par les coureurs franciliens.

C’est ce que révèle “STRAVA”, une application qui permet aux passionnés de course de partager parcours et performance. Ces applis géolocalisées sont intéressantes, car elles nous indiquent comment les espaces public sont utilisés : dans un secteur très urbanisé, les runners viennent chercher nature et calme.

Nous avons besoin de lieux proches de notre logement ou du bureau pour nous détendre et faire du sport. L’île est parfaite pour cela.

Encore faut-il que nous la protégions de toute bétonisation. Ce n'est malheureusement pas le cas : après y avoir limité le vélo, la municipalité a décidé d’y réaliser 45 nouvelles places de parking ! Quelle est la logique, alors que nous construisons une passerelle pour venir sur l’île… sans sa voiture ?

Image009Stoppons ce chantier de nouveau parking. Réduisons l'automobile et le béton sur l’île de Puteaux, pour le plaisir des promeneurs, des cyclistes et des coureurs.

Christophe Grébert et Bouchra Sirsalane

www.puteauxfutur.com


Les runners franciliens, connectés à Strava, adorent l'ile de Puteaux

IMG_0572

Selon l'application Strava, la piste de l'ile de Puteaux est l'un des spots les plus fréquentés par les coureurs franciliens connectés.

Strava est un réseau social qui permet aux passionnés de course et de cyclisme de se connecter entre eux, de partager  leurs parcours géolocalisés et leurs performances. 

L'application vient de publier une étude sur les parcours préférés de ses utilisateurs en Ile-de-France durant l'année 2018. Dans les Hauts-de-Seine, la piste sur l'île de Puteaux est parmi les "segments" les plus fréquentés par les coureurs à la recherche d'un endroit calme pour courir et performer, dans un secteur très urbanisé.

Voilà une étude qui illustre une nouvelle fois les besoins de la population de nos villes : des endroits aménagés, proches des bureaux et des habitations, pour se détendre et faire du sport.
L'île de Puteaux est un endroit idéal pour cela.
Encore faut-il que nous préservions ce lieu de toute bétonisation. Ce n'est malheureusement pas le choix de la municipalité de Puteaux qui envisage d'y construire 45 nouvelles places de parking, tout en dépensant 12 millions d'euros pour une passerelle piétonne reliant l'ile à la ville (on cherchera la logique entre ces 2 décisions).
Si nous devenons un jour majoritaire à la mairie de Puteaux, nous ferons de l'île un lieu de nature réservé aux promeneurs, aux cyclistes... et aux runners. Ces applications utilisant la géolocalisation sont très utiles : elles montrent aux élus et aux aménageurs ce que veut la population de nos villes.
Christophe Grébert


La bétonisation de l'île de Puteaux se poursuit : la ville va y créer 45 places de parking supplémentaires

Reamenagement-du-parking-du-Palais-des-sports

La municipalité engage de nouveaux travaux sur l'ile de Puteaux, poursuivant sa bétonisation. Le parking près de la piscine va en effet être étendu, pour accueillir 45 nouvelles places pour les automobiles et 10 places supplémentaires pour les motos.

Plus de places pour les voitures, cela signifie plus de flux et de bouchons, donc plus de nuisances (pollution, bruit) et d'insécurité pour les cyclistes et les promeneurs de l'unique poumon vert de notre commune.

Plusieurs milliers de m2 d'espaces verts vont aussi être supprimés pour créer ces nouveaux stationnements.

Il est regrettable que la municipalité reste à ce point hostile à la nature en ville et ne pense qu'en terme de circulation automobile.

Rappelons qu'elle a aussi décidé d'interdire les vélos de la future passerelle qui doit relier la ville à l'ile, alors que le pont de Puteaux, une autoroute de 2 x 3 voies, est dangereux à emprunter pour les cyclistes.

Tant d'erreurs interrogent sur les capacités de l'actuelle majorité municipale à préparer le futur de Puteaux.

Je voudrais déjà commencer par dire que ce chantier de parking n'a jamais été discuté en conseil municipal. Je le découvre comme vous !
Et si au lieu de bétoniser sans fin l'ile de Puteaux, on la rendait à la nature ? Réduisons au maximum la place de l'automobile. Réalisons des parcours libre de toute circulation motorisée. Faisons de l'île un lieu de détente. Autorisons-y les piques-niques !
Dans notre projet municipal (*voir photo ci-dessous), la passerelle piétonne, en cours de construction, devait être la base d'une transformation de l'île en un lieu réservé aux promeneurs, aux coureurs et aux cyclistes.
Nous le ferons. A vous de décider.
Christophe Grébert

6a00d8341c339153ef022ad3c2906f200b-800wiArticle sur l'ile de Puteaux tiré de notre journal de campagne "Puteaux pour vous" en 2014. 


La fête des sports et des associations de Puteaux aura lieu sur l'île le dimanche 24 juin

Fete-des-sports-agenda_imageagenda

La fête des sports et des associations de Puteaux aura lieu le  dimanche 24 juin de 10h à 18h sur l’Île. Comme c'est la Coupe du monde de football, ce rendez-vous annuel sera cette fois placé sous le signe du ballon rond.

Vous pourrez y rencontrer les animateurs et des adhérents des différentes associations sportives et non sportives de la ville, avec de nombreuses animations et démonstrations.

C'est l'occasion pour vous et vos enfants de choisir de nouvelles activités et de trouver des gens avec qui partager vos passions : pour un sport, une activité humanitaire et  sociale ou artistique et culturelle.

J'espère que cette fête ne sera pas fermée et payante. Depuis plusieurs années, la mairie de Puteaux a en effet malheureusement pris l'habitude de limiter l'accès de l'île, ce jour-là, aux seuls détenteurs d'un pass municipal et de la rendre payante pour les autres. Le principe d'une association, c'est la liberté : la liberté de se retrouver autour d'un objectif ou d'une passion commune. La première liberté sera d'assurer le libre accès à l'île, le dimanche 24... et de ne pas faire payer.
Christophe Grébert