Histoire de Puteaux Flux

Passerelle François Coty à Puteaux : protestation de Laurent Joly, historien de l'antisémitisme

Vichy-petain-antisemitisme-occupation-laurent-joly

L'historien Laurent Joly, spécialiste de l'antisémitisme des années 30 et auteur de plusieurs livres sur le sujet, m'a fait parvenir le texte ci-dessous.
Il proteste contre la décision du maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud d'avoir baptisé "François Coty" la nouvelle passerelle sur la Seine, puis d'avoir relayé, face aux critiques, le message de l'arrière-petite-fille de l’intéressé

La mise à l’honneur par la ville de Puteaux de François Coty, millionnaire qui s’était lancé dans l’activisme d’extrême droite, pro-fasciste et antisémite, après la Grande Guerre, paraît difficilement justifiable.

Que l’arrière-petite-fille de l’intéressé ait à cœur de réhabiliter son aïeul, c’est son droit le plus strict. Mais que la maire de Puteaux relaye sa prose contraire à toute vérité historique n’est pas responsable.

Les travaux des historiens (Fred Kupferman, Ralph Schor, Pierre Milza, etc.) sont unanimes : Coty, homme de presse et homme politique, ne reculait devant aucune démagogie pour défendre ses idées extrémistes et ses ambitions mégalomaniaques.

Il a fait perdre au Figaro 90 % de ses lecteurs en raison de ses outrances et de son admiration inconditionnelle pour Mussolini. Il a lancé l’un des groupuscules fascistes (« Solidarité française ») les plus virulents au moment de l’émeute antiparlementaire du 6 février 1934.

Pire encore, il a donné à l’activisme antisémite une audience extraordinaire grâce à la force de frappe de L’Ami du Peuple – intense campagne de presse de 1932 animée par Urbain Gohier, Henry Coston ou Jacques Ditte qui séviront sous l’Occupation.

Au plan national, François Coty s’est avéré un acteur politique à la fois nocif (il a popularisé l’antisémitisme et la xénophobie comme personne à son époque, grâce à son argent et à son empire de presse) et extrêmement mal avisé (il s’est ruiné, a échoué). Le remettre ainsi à l’honneur est tout simplement insensé.

Laurent Joly


Puteaux : Joëlle Ceccaldi refuse de condamner l'antisémitisme de Francois Coty

Capture d’écran 2020-01-05 à 17.45.56

La maire de Puteaux a fait publier un texte dans le journal municipal de janvier 2020 pour défendre Francois Coty, après la publication d'un article du Canard Enchaîné rappelant l'antisémitisme de ce dernier. 

"Passerelle François COTY. Son arrière-arrière-petite-fille et Présidente de l'Association François Coty souhaite rétablir LA VÉRITÉ", écrit Joëlle Ceccaldi sur son compte twitter.

Laurent Joly, historien et directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l'antisémitisme en France, lui répond sur sa page facebook, dénonçant une "scandaleuse mise à l'honneur d'un chef de file du fascisme et de l'antisémitisme français des années 1930 par la mairie de Puteaux" : 

Scandaleuse mise à l'honneur d'un chef de file du fascisme et de l'antisémitisme français des années 1930 par la mairie de Puteaux. Une passerelle de la commune a été récemment baptisée du nom de François Coty, millionnaire qui s'était lancé dans l'activisme d'extrême droite, pro-fasciste et antisémite, après la Grande Guerre. Que l'arrière-petite-fille de l'intéressé ait à cœur de réhabiliter son aïeul, c'est son droit le plus strict. Mais que la maire de Puteaux relaye sa prose mensongère et délirante (Coty "n'était pas un extrémiste", il avait de "nombreux collaborateurs de confession juive", c'était un "visionnaire" qui, "le premier", proposa le vote des femmes !, etc.) dans son bulletin municipal et sur twitter en parlant de "VERITE" est proprement irresponsable. Ou quand l'inconséquence politique vient alimenter le négationnisme historique !

Laurent Joly est l'auteur de plusieurs livres sur l'antisémitisme en France dans les années 30 et sous l'occupation. Il a écrit cet article sur l'Ami du Peuple, journal antisémite fondé par François Coty.
Capture d’écran 2020-01-05 à 22.20.12

Canard Enchaîné du mercredi 18 décembre 2019 : 
EMTZztJXUAE9YTU


La terrible condition ouvrière dans l'usine François Coty de Puteaux

Coty_01

La municipalité de Puteaux a décidé d'honorer François Coty en donnant son nom à la passerelle de l'ile. François Coty est un industriel du siècle dernier qui a fait fortune dans la parfumerie. Dans les années 30, il a fondé et financé des journaux antisémites et xénophobes.

C'est parce qu'il avait des usines à Suresnes et à Puteaux que la maire de Puteaux a choisi de retenir son nom pour baptiser la passerelle.

Voulant en savoir plus sur ce personnage, je suis tombé sur un article du journal L'Humanité du 17 avril 1929. Cet article contient des témoignages d'ouvrières travaillant dans l'usine Coty de Puteaux. Ces récits illustrent les terribles conditions de travail de l'époque. François Coty exploitait ses ouvrières, les payant 4 fois moins que les hommes. Nous sommes bien loin de l'image de "créateur de la parfumerie moderne" qu'on cherche uniquement à retenir aujourd'hui. C'était il y a 90 ans seulement : 

Capture d’écran 2019-12-21 à 19.49.54

Capture d’écran 2019-12-21 à 19.41.19

On pourrait dire que c'est le récit d'une époque révolue et que les conditions de travail se sont heureusement améliorées grâce au progrès et aux combats sociaux... Pour autant, fallait-il que Puteaux, sur décision de son maire et sans aucune consultation, honore ce personnage en donnant son nom à notre passerelle ? Les questions sociales ou d'égalité femmes-hommes - en plus des menaces xénophobes et antisémites - appartiennent-elles au passé ?
Christophe Grébert

A LIRE : FRANÇOIS COTY UN PASSÉ ENCOMBRANT sur le site des Amis de la Résistance en Corse du sud


Passerelle François Coty de Puteaux, un admirateur du fascisme

IMG_2761

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 février 2019, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud et sa majorité ont décidé de baptiser "François Coty" la nouvelle passerelle piétonne qui relie la ville à l'île de Puteaux.

François Coty (1874-1934) est un industriel et ancien sénateur corse aux idées d'extrême-droite.

Il a fondé, à la fin des années 20, l'Ami du Peuple, journal xénophobe et antisémite. Ce journal, qui tirait à un million d'exemplaires, a mené des campagnes violentes contre les juifs et contre les étrangers. Certains membres de son équipe ont fini par collaborer avec l'occupant allemand, note l'historien Laurent Joly. Celui-ci a écrit un article sur la convergence entre fascisme et antisémitisme dans la France des années 30 dans lequel il est question de François Coty.

En Corse, François Coty fonde le journal L’Eveil qui multiplie les phrases admiratives pour les réussites du fascisme et du nazisme.  Dans un article publié dans ce journal en mars 1933, à propos des allemands antinazis ayant trouvé refuge en France, il propose de les "parquer dans un camp de concentration où l’on pourrait surveiller de près cette vermine".

EMQFTM6XUAs5j6NUN "MUSSOLINI FRANÇAIS"

François Coty vouait une admiration sans bornes pour Mussolini qu’il finançait et auquel il aimait se comparer. Il est reçu chez le "Duce" en mars 2023. "Chez Mussolini", titre Le Figaro, dont il était propriétaire.

En 1933, il fonde un parti politique "Solidarité française", dont les militants portent chemises bleues, short gris, bottes, ceinturons et font le salut fasciste. Ce mouvement est dirigé par Jean Renaud, admirateur d'Hitler (photo ci-contre).

Les positions antisémites de ses journaux valent à François Coty de devoir émigrer à New York, écrit Le Monde.

A lire aussi : Un Portrait de François Coty dans Les Echos

Il n'est pas compréhensible que la municipalité de Puteaux ait choisi ce personnage controversé pour dénommer la passerelle piétonne

Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous avons refusé de voter cette délibération défendue devant le conseil municipal de Puteaux par l'UDI Robert Bernasconi :Capture d’écran 2019-12-14 à 10.06.14

Capture d’écran 2019-12-17 à 15.30.01