Histoire de Puteaux Flux

Vieille église de Puteaux en danger : Bolloré et Havas aidez-nous !

Capture d’écran 2019-04-19 à 11.28.04

Fermée depuis maintenant 4 ans, la vieille église de Puteaux a besoin de 700.000 euros de travaux. La municipalité - pourtant propriétaire et responsable - ne veut pas payer. Je vais écrire à Bolloré et Havas pour leur demander de participer au financement de ce chantier de restauration.

Les sièges de ces 2 sociétés se trouvent en effet à quelques dizaines de mètres seulement de la vieille église. 

Je rappelle que la vieille église a été dégradée par la municipalité : en janvier 2015, la maire a décidé de repeindre en rouge et violet les murs intérieurs de cet édifice classé du 16e siècle ! Elle n'avait pas prévenu le curé et n'avait demandé aucune autorisation aux services du ministère de la culture. Ce dernier a exigé que la peinture soit retirée. Les murs ont été grossièrement grattés, ce qui a encore plus abimé le monument

La ville de Puteaux, qui refuse donc d'assumer les dégâts et le coût de la restauration, a lancé une souscription (sur le modèle de celle lancée pour Notre Dame). Mais après 1 an et demi de souscription, seuls 2.740 euros (sur les 700.000 nécessaires) ont été recueillis. A ce rythme, il faudra plus d'un siècle pour financer ce chantier !!!

Ce n'est pas la peine d'attendre quoi que ce soit de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Comme d'habitude, la maire refuse de reconnaître son erreur et ne fera rien.

Lors du conseil municipal du 4 avril 2019, elle a démontré son désintérêt pour la sauvegarde du patrimoine architectural de notre ville

Nous allons donc écrire à Bolloré et à Havas. Les 2 groupes ont leur siège sur les quais, à proximité de la vieille église. Ils seront certainement intéressés de financer la restauration de ce monument historique.
Christophe Grébert


La bétonisation de Puteaux entraîne la destruction de notre patrimoine

PatrimoineCe week-end, la France célèbre partout son patrimoine. A Puteaux, la bétonisation accélérée et le désintérêt de la municipalité pour notre histoire collective entraînent la disparition d'une grande partie de la mémoire architecturale de la ville.

Ainsi en février dernier,  la municipalité de Puteaux a fait détruire l'un des derniers ateliers d'usine de la ville, au 3 rue Ampère (photo ci-contre). Ce bâtiment, qui appartenait à la commune, possédait une magnifique verrière témoignage de l'architecture industrielle des 19e et 20e siècles.
Nous proposions de le rénover pour en faire un lieu d'activités pour de jeunes créateurs d'entreprises.

La municipalité prévoit aussi de détruire le vieux cinéma de Puteaux construit en 1895 au 3 bis rue Gerhard (photo ci-dessous). Cette salle a été fréquentée par les habitants de Puteaux et les ouvriers qui travaillaient dans les nombreuses usines qui couvraient alors notre ville. Ont été données ici les 1ères projections cinématographiques, quelques années seulement après l'invention des frères Lumières. Nous proposons de transformer cet ancien cinéma en lieu culturel et artistique dédié aux enfants des écoles de la ville.

IMG_9262

6a00d8341c339153ef01b7c93c07d5970b-800wi

Autre preuve du désintérêt de la municipalité pour le patrimoine de notre ville : des dégradations ont été causées à la vieille église de Puteaux (photo ci-contre). 

En janvier 2015, le curé de Puteaux, de retour de congés, a la surprise de découvrir l'intérieur de la vieille église peint en rouge et violet ! La mairie a réalisé ces travaux durant son absence sans le prévenir et sans demander d'autorisation au service des monuments historiques. Alerté, le ministère de la culture a ordonné la remise en état de ce monument classé du 16e siècle.

Au lieu de reconnaître ses torts et de payer les réparations, la municipalité a lancé une souscription pour faire supporter les travaux par des donateurs extérieurs ! Au moins 700.000 euros sont nécessaires. A ce jour, seuls 2.000 euros ont été recueillis... 
Nous proposons que la municipalité, fautive et responsable, assure le financement intégral de ces réparations.

Le patrimoine ancien de Puteaux est en danger. C'est notre mémoire collective. Celle qui nous rappelle d'où l'on vient et où nous voulons aller. A nous de sauver cette histoire en interpellant les élus responsables en notre nom de gérer ces bâtiments anciens.
Vous pouvez déjà compter sur nous.
Christophe Grébert 


Un Trésor gaulois découvert à Puteaux (Histoire de Puteaux)

6a

120 pièces d'or dans un pot. En novembre 1950, au cours de travaux d'élargissement d'une rue de Puteaux, des ouvriers font cette extraordinaire découverte : un Trésor enterré là depuis 2000 ans.

Ces pièces superbes (dont vous pouvez voir un exemple en photo ci-contre) appartiennent en effet aux Parisii, la tribu gauloise qui occupait la région parisienne 300 ans avant notre ère.

Puteaux n'est loin de Nanterre qui, depuis les découvertes archéologiques réalisées au début des années 2000, est considéré comme le possible oppidum des Parisii, autrement dit la véritable Lutèce gauloise que Cesar aurait faussement situé sur l'île de la Cité.6r

Ce trésor de 800 grammes d'or en témoigne : le territoire de notre future commune était déjà fréquenté par de riches Gaulois il y a plus de 2000 ans. Cela fait partie de l'Histoire de Puteaux.

Sources : 


Le peintre Kupka, putéolien d'adoption, au Grand Palais

IMG_8076

Je vous recommande d'aller voir une fabuleuse exposition au Grand Palais à Paris : une retrospective de l'oeuvre du peintre François Kupka, putéolien d'adoption et pionnier de la peinture abstraite.

PHOTO : KUPKA DANS SON ATELIER À PUTEAUX

Originaire d’Opočno (dans l'actuelle République Tchèque), l'artiste s'installe en France en 1896, d'abord à Montmartre, puis à Puteaux, dans une maison située au 7 rue Lemaître (cette rue a aujourd'hui disparu sous le parvis de la Défense).

BallonAu moment où la photographie et le cinéma se développent, les artistes peintres de cette époque se demandent si leur art a encore une raison d'être. Kupka est un illustrateur talentueux et un peintre figuratif. C'est aussi un chercheur. Il va tenter de trouver une solution.

En 1908, il peint une enfant en train de jouer avec un ballon. Il se demande comment représenter leur mouvement, comme pourrait le faire un cinéaste avec sa caméra. Petit à petit, ébauche après ébauche, il représente cette jeune fille et son ballon en simplifiant de plus en plus le trait, pour n'en conserver que l'énergie. D'une image figurative, on passe à une abstraction pure. Et en 1912, au Salon d'Automne à Paris, il expose cette oeuvre, aboutissement de ses recherches : 

IMG_8079
Vous reconnaissez une jeune fille en train de jouer au ballon ? Cette peinture est tout simplement la première oeuvre abstraite jamais exposée. Moins connu que Mondrian ou Kandinsky, Kupka est pourtant un artiste qui a fait progresser énormément l'art, comme Picasso. Et tout cela, il l'a fait dans son petit atelier de Puteaux.

Rendons hommage à cet artiste putéolien si injustement méconnu. Si on rebaptisait le "palais de la culture" de Puteaux en "Maison de la culture Kupka" ?
Christophe Grébert

IMG_8077 IMG_8097