Famille Flux

L'opposition de Puteaux obtient une aide pour les familles

6a00d8341c339153ef0240a4b245df200bLes familles de Puteaux doivent dépenser jusqu'à 150 euros par mois et par enfant, pour pouvoir bénéficier des différents services de la commune : cantine, garderie et activités à l'école. Un tel montant n'est pas compréhensible pour une ville aussi riche que la notre.

La raison ? La politique clientéliste développée par la municipalité coûte cher : entre des cadeaux pour ses clients et des tarifs adaptés pour toutes les familles, la majorité municipale choisit de défendre son propre intérêt. 

Depuis le début du mandat, et conseil municipal après conseil municipal, les élus de Puteaux Futur, Christophe Grébert et Bouchra Sirsalane, font des propositions pour améliorer le bien être et le pouvoir d'achat des familles de Puteaux.

En 2015, nous avons défendu un voeu prévoyant une baisse des tarifs des services communaux destinés aux enfants. La majorité municipale a voté CONTRE ce voeu ! Mais voilà qu'à 6 mois des élections municipales, la municipalité découvre que nous avons raison et que ses tarifs sont effectivement trop élevés pour les familles : Capture d’écran 2019-08-03 à 15.46.41"Toujours au plus proche des réalités de ses administrés (sic !) et plus particulièrement des familles monoparentales, Puteaux améliore sa politique tarifaire en introduisant une demi-part supplémentaire dans le calcul du quotient familial pour la tarification des activités périscolaires et extra-scolaires", annoncé la ville le 31 juillet (sic) sur son site internet.

Dommage que cette annonce de la mairie de Puteaux ne soit faite que maintenant ! L'opposition réclame cela depuis 4 ans...

Cette mesure de 1/2 part reste par ailleurs très insuffisante. Elle ne touchera qu'une faible partie des Putéoliens et pour des montants modestes par rapport aux 150 euros mensuels par enfant supportés par les familles. D'autres mesures devront donc être prises. Nous y reviendrons lors du prochain conseil municipal, à la rentrée.


Davantage d'aliments BIO dans les cantines scolaires de Puteaux grâce à l'opposition

BIOPUTEAUX

Grâce à l'intervention de l'opposition, la proportion d'aliments bio servie à nos enfants a augmenté depuis le début de l'année dans les cantines scolaires de Puteaux

En octobre 2017, je constate dans un tweet que les cantines scolaires de Puteaux ne servent pas de plat bio.

En novembre 2017, Bouchra Sirsalane, élue Modem, signe une tribune dans le journal municipal Puteaux Infos pour qu'au moins 20% d'alimentation bio soit servie dans les cantines scolaires de la ville.

Cette tribune est reprise sous forme d'un voeu de l'opposition présentée par Bouchra Sirsalane lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017 :

En séance, Joëlle Ceccaldi a refusé de soumettre ce voeu au vote des élus, car affirme-t-elle, la ville servirait déjà 30% de bio dans ses cantines. Bouchra Sirsalane lui a alors démontré que ce n'était pas le cas : le plus souvent, la ville se contente de proposer aux enfants un fruit bio, ce qui ne constitue pas la base d'un repas.

Suite à ce voeu de l'opposition, on constate qu'en ce début d'année 2018, la ville propose plus de bio dans ses cantines, sans atteindre 20% des repas et encore moins 30% comme a tenté de le faire croire la maire en séance.

Par ailleurs, dans l'enregistrement vidéo du conseil municipal, on constate que la maire de Puteaux, sans doute à bout d'argument, se montre très critique à l'égard de l'alimentation bio : "Le bio, c'est quinoa et tomate tous les jours" , se moque-t-elle. Elle affirme aussi que la viande bio ne serait pas saine (sic!).

On lui signalera que la cantine du CESE dont elle a été membre propose depuis longtemps 50% de bio et que c'est aussi l'objectif du gouvernement pour toutes les cantines scolaires de France.

C'est donc possible d'offrir de la nourriture de qualité, équilibrée et sans pesticide à nos enfants ... sauf à Puteaux, où nous restons encore, et malgré les efforts de l'opposition pour améliorer les choses, sous les 20% en moyenne mensuelle (en choix de plat, comme en calories). Nous continuerons à nous battre pour la santé et pour le bien-être de nos enfants, face à une équipe municipale aux vieilles idées et dépassée par le monde d'aujourd'hui.
Christophe Grébert


Des familles de Puteaux en précarité énergétique

Froid

A Puteaux, des dizaines de familles modestes ont du mal à payer leur électricité. Les factures sont trop élevées au regard de leurs revenus et en raison de la mauvaise isolation de leur habitation.

Les logements vétustes et insalubres sont en effet de véritables passoires thermiques et sont impossibles à chauffer correctement.

La précarité énergétique est l'une des conséquences du mal logement

Cette porosité énergétique des bâtiments mal isolés est une réalité dans notre commune pourtant si riche : des personnes âgées et des familles avec des enfant en bas âge souffrent en ce moment même du froid et de l'humidité.

Signalons que la trêve hivernale, qui empêche les expulsions de locataires en situation d'impayés, a été étendue à ceux qui sont en impayés d'énergie. Ils ne peuvent subir de coupure d'électricité et de gaz entre le 1er novembre et le 31 mars.

Si vous avez des difficultés à régler votre facture d’énergie, nous vous invitons à vous rendre au CCAS de Puteaux*, où vous pourrez solliciter le "Fonds de Solidarité Energie" auprès des assistantes sociales.

Si vous avez des revenus modestes, vous pouvez également bénéficier à compter du 1er janvier 2018 du nouveau chèque énergie accordé par l'Etat.

Si vous connaissez à Puteaux des personnes isolées ou des familles en difficulté durant l'hiver, alertez-nous pour que nous puissions saisir le CCAS : 

Christophe Grébert
Administrateur du CCAS de Puteaux
grebert@gmail.com

Bouchra Sirsalane
Conseillère municipale de Puteaux
bouchra_sirsalane@hotmail.com

* Centre Communal d’Action Sociale
Pôle Assistantes sociales
102 bis rue de la République
92800 Puteaux
Tel : 01 46 92 92 83
E-mail : ccas@mairie-puteaux.fr


Pour une campagne de prévention contre les punaises de lit à Puteaux

25198439128_9085c728c7_kLors du conseil de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017, la conseillère municipale Bouchra Sirsalane a proposé de lancer une campagne de prévention contre les punaises de lit, suite à plusieurs cas signalés par des habitants. Cette demande a été repoussée par la majorité. 

En octobre dernier, nous avons interpellé le maire de Puteaux au sujet de la présence de punaises des lits dans un immeuble situé avenue du Président Wilson. Par la suite, les services municipaux sont intervenus et ont constaté que plusieurs logement étaient infestés.

Toutefois, il y a quelques semaines d’autres habitants d’immeubles situés dans le haut et le bas de Puteaux, notamment dans des résidences HLM (Lorilleux et Les Rosiers), nous ont signalé la présence de punaises de lit dans leur logement et des difficultés qu’ils éprouvent à se débarrasser de ces insectes.

Les punaises de lit sont des insectes piqueurs qui se nourrissent de sang. Ils sont une nuisance au quotidien et peuvent entraîner des conséquences importantes sur la qualité de vie et la santé. Ils ne font de différence entre les habitations et s’installent partout : des hôtels de luxe aux hôpitaux, des logements du parc HLM aux logements privés.

Il ne s’agit pas d’un problème à considérer à la légère. Les punaises des lits peuvent devenir un danger pour l’avenir, comme vecteur possible de pathogènes et de transmission de maladies.

Pour toutes ces raisons, nous avons demandé au conseil municipal, en séance du 14 décembre, de lancer une campagne d’information et de prévention pour lutter contre les punaises de lit, et que soient traités d’urgence les immeubles infestés.

Contre toute attente, le maire et son équipe ont voté contre. N’est ce pas le rôle d’un maire de prendre les mesures préventives nécessaires pour éviter qu’une telle situation sanitaire ne survienne ?

17159320_10154542828942736_3518486583865045928_oBouchra Sirsalane

Lire les recommandations du ministère de la santé