Espaces verts Flux

EELV appelle à stopper l'artificialisation de l'île de Puteaux

Capture d’écran 2019-12-04 à 13.56.48

EELV appelle, dans un communiqué, à stopper l'artificialisation de l'île de Puteaux, suite à l'annonce d'un important projet de constructions sur la partie de l'île appartenant à la ville de Paris.

La mairie de Paris, propriétaire de 11 hectares de terrain sur notre île, a en effet autorisé la Fédération Française de Tennis et la société Urban Soccer à y construire 16 terrains de foot intérieurs, 11 courts de tennis, un centre dédié au padel (un sport dérivé du tennis) avec 14 terrains, ainsi qu'un club house, une salle de fitness et une grande halle de 6.000 m2. 

Capture d’écran 2019-12-04 à 14.22.54"Les espaces naturels de notre ville continuent à être grignotés au profit de l’artificialisation", s'inquiète Europe Ecologie les Verts. Le parti écologiste demande à la mairie de Puteaux de refuser d'accorder un permis de construire pour ce projet et au contraire de prendre des mesures pour "préserver la biodiversité, la nature paysagère et naturelle de l’ile de Puteaux". 

En mars 2019, avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous avons publié une tribune dans "Puteaux infos" appelant à réserver l'île de Puteaux aux sportifs et aux promeneurs. Il n'est en effet plus possible de grignoter petit à petit le seul poumon vert de notre ville, en construisant un batiment là ou en détruisant un espace vert ici, au profit d'installations sportives imposantes qui pourraient très bien prendre place dans des espaces déjà bétonnés.
Christophe Grébert 


A Puteaux, une famille = un arbre

Arbre

Lors du prochain conseil municipal de Puteaux, mi juin, nous ferons une nouvelle proposition pour développer la nature en ville et protéger la planète : 1 famille de Puteaux = 1 arbre.

Je vous soumets 2 idées : 

1 / "Adopter un arbre" :

L'idée est que chaque famille de Puteaux (une famille ici = un ménage, un foyer ou l'occupant d'1 logement) adopte un arbre existant ou à planter dans notre ville. Les familles se verront remettre un "certificat d’adoption" indiquant où est planté leur arbre. Elles pourront venir voir leur arbre grandir au fil des années.

Cette expérience a été menée au Grand Quevilly, en Normandie.

2/ "Devenir propriétaire d'un arbre" :

La ville de Puteaux achètera et offrira à chaque habitant la propriété d'un arbre (soit une forêt de 45.000 arbres) par l'intermédiaire d'une entreprise comme EcoTree.

Celle-ci s'occupe de la plantation des arbres et de leur entretien. Chaque propriétaire peut ensuite suivre la valorisation de son arbre, la quantité de CO2 absorbé, puis il perçoit les revenus de l'exploitation de son arbre. Ces revenus devront être réinvestis pour offrir des arbres aux nouveaux putéoliens (nouveaux nés et nouveaux arrivants) ou pour développer la biodiversité dans notre ville.

Que pensez-vous de ces 2 idées ? Merci de vos retours, avant la prochaine séance du conseil municipal qui aura lieu dans 15 jours.
Christophe Grébert


A propos des espaces verts surtout bétonnés de Puteaux

47518928882_29c8be6cdd_k

Avez-vous remarqué combien les espaces dits "verts" de Puteaux sont surtout très bétonnés ? Vous trouverez dans la ville plein d'exemples de lieux supposés être des jardins... et dont les espaces sont en fait très majoritairement dallés ou  goudronnés. 

Alors que le minéral domine largement notre environnement, rien ne diffère dans les jardins municipaux. C'est le cas par exemple du "Jardin aux Camélias" (photo ci-contre), rue Roque de Fillol. Mais regardez aussi la place des Marées sur le haut de la ville, le jardin du Sud (rue Voltaire) ou bien encore le jardin du Conservatoire : 80% des surfaces sont bétonnées, contre seulement 20% d'espaces verts et bien souvent sous la forme de parterres surélevés (jardin du sud) ou d'alignement de pots en plastique (place des Marées - photo ci-dessous). Il y a peu de végétaux et peu de plantations de pleine terre.

78941374_a34731ea2d_z

Nous devons absolument inverser cette proportion. Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, au sein du groupe Puteaux Futur,  nous proposons des jardins avec 80% d'espaces verts de pleine terre, pour seulement 20% de minéral réservé aux cheminements. Ainsi, nous parviendrons à faire de Puteaux une ville nature. C'est important pour notre bien être, pour l'environnement et pour réaliser de fortes économies.
Christophe Grébert


TRIBUNE : Réservons l'île de Puteaux aux promeneurs et aux sportifs

IMG_2216

Tribune du groupe Puteaux Futur au conseil municipal à paraître dans le Puteaux infos de mars 2019 :

La piste du stade de l'île de Puteaux est l'un des spots les plus fréquentés par les coureurs franciliens.

C’est ce que révèle “STRAVA”, une application qui permet aux passionnés de course de partager parcours et performance. Ces applis géolocalisées sont intéressantes, car elles nous indiquent comment les espaces public sont utilisés : dans un secteur très urbanisé, les runners viennent chercher nature et calme.

Nous avons besoin de lieux proches de notre logement ou du bureau pour nous détendre et faire du sport. L’île est parfaite pour cela.

Encore faut-il que nous la protégions de toute bétonisation. Ce n'est malheureusement pas le cas : après y avoir limité le vélo, la municipalité a décidé d’y réaliser 45 nouvelles places de parking ! Quelle est la logique, alors que nous construisons une passerelle pour venir sur l’île… sans sa voiture ?

Image009Stoppons ce chantier de nouveau parking. Réduisons l'automobile et le béton sur l’île de Puteaux, pour le plaisir des promeneurs, des cyclistes et des coureurs.

Christophe Grébert et Bouchra Sirsalane

www.puteauxfutur.com