Enfance Flux

L'alimentation BIO reste trop limitée dans les cantines de Puteaux

Ecoles_sem_14Nous n’avons pas forcément le même point de vue sur les aliments issus de l’agriculture biologique, mais nous savons qu’ils sont bons pour nos enfants et pour l’environnement.

Malgré des progrès réalisés grâce à nos propositions faites en conseil municipal, la part de nourriture BIO dans les cantines scolaires de Puteaux reste très faible.

Selon les menus affichés devant les écoles (voir photo ci-contre-, le BIO se limite à :
• des carottes râpés ou des concombres, 

• des carottes poêlées ou des haricots verts ou des épinards à la crème, 

• un yaourt ou un fruit, et parfois un fromage.


Ce sont les mêmes aliments - certains industriels - qui sont servis alternativement chaque mois.

Pour la municipalité, servir du BIO dans les cantines consiste à introduire 1 aliment pour compléter un repas, mais la mairie n’a aucune volonté de composer globalement des menus BIO et sains.

Selon nous, s’engager à offrir à nos enfants une alimentations de qualité, c’est aller vers du 100 % BIO et local, en favorisant les producteurs franciliens plutôt que les grands groupes industriels.

La question du bien-être de nos enfants doit devenir une priorité. C’est pourquoi nous proposons :

• la création d’une ferme BIOLOGIQUE dans notre domaine de la Falaise (Yvelines), afin de fournir les cantines de Puteaux en produits sains et locaux,
• de parvenir rapidement vers une nourriture 100% BIO et non industrielle dans nos cantines.

EN LIRE PLUS : https://www.monputeaux.com/bio/

Bouchra Sirsalane


VIDEO Sur LCI, la pollution de l'air autour de l'école des Bergères à Puteaux

Capture d’écran 2019-04-07 à 12.31.48

LCI a diffusé dimanche un reportage sur la pollution de l'air autour des écoles, en prenant pour exemple la nouvelle école des Bergères à Puteaux.

L'association Respire a publié un rapport inédit sur la pollution de l’air dans les écoles d’Ile-de-France. Des actions locales peuvent être menées pour lutter contre cette pollution, notamment en réduisant la circulation automobile autour des écoles. Nous avons présenté des solutions devant le conseil municipal, avec ma collègue Bouchra Sirsalane.

Mais le problème est qu'à Puteaux, la municipalité a décidé de construire une toute nouvelle école... au bord de la D913, une 2x3 voies qui relie la Défense à Rueil-Malmaison. C'est l'un des principaux axes autoroutiers de la ville ! La cour de récréation de l'école se trouve sur le toit de l'immeuble. Elle est donc exposée au bruit et aux gaz des voitures et des camions.

Nous avions proposé, au moment de la création de la ZAC des Bergères, d'enterrer la D913 à cet endroit.

D'autres terrains plus isolés étaient disponibles sur cette ZAC, mais ils ont été vendus aux promoteurs immobiliers. Ces derniers ont eu le premier choix et le terrain avec le plus de nuisances a été réservé à l'école. Cet établissement scolaire communal doit accueillir à terme 580 élèves.

VOIR LE REPORTAGE ICI : 


La nouvelle carte scolaire de Puteaux

IMG_0667

Lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 21 février 2019, la nouvelle carte scolaire de la commune a été dévoilée. Présentation succincte, puisque, la majorité municipale s'est contentée de présenter en séance 2 cartes placées sur des chevalets, l'une pour les écoles élémentaires, l'autre pour les maternelles. 

Il a fallu que les élus de l'opposition réclament des documents plus détaillés. Des documents que j'ai reçu par courriel 2 jours après le conseil ! C'est pourtant sur la base de ces 2 simples tableaux, qui étaient illisibles de nos places, que les élus de la majorité ont approuvé la nouvelle carte scolaire valable pour la rentrée 2019. C'est dire leur sérieux.

Selon cette nouvelle sectorisation, les habitants du quartier Boieldieu devront scolariser leurs enfants dans la nouvelle école des Bergères qui est très éloignée. Une incohérence que la maire, en séance, n'a pu que confirmer.

Aux Bergères, les élèves feront leur seconde rentrée dans une école toujours en travaux ! Pareil pour la nouvelle école Voltaire, dans le nouveau Quartier des Arts : la mairie prévoit d'y effectuer la rentrée d'une classe de maternelle et de 2 classes en élémentaire. Les pauvres enfants vont passer l'année dans les pollutions : poussières, gaz, bruit...

Voici les effectifs prévus dans chaque école et maternelle de la ville : 

Capture d’écran 2019-02-26 à 16.01.32 Capture d’écran 2019-02-26 à 16.00.59
Les cartes et documents (en pdf) : 

Téléchargement Plan puteaux 2019 zone scolaire elementaire

Téléchargement Plan puteaux 2019 zone scolaire maternelles

Téléchargement CM21fev19-question16

Téléchargement Carte-scolaire-puteaux-2019


La mairie de Puteaux encore condamnée par la justice

Puteaux-colonies

La municipalité de Puteaux, dirigée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, passe régulièrement devant la justice. Cette fois, la commune est condamnée par le Tribunal administratif de Cergy-Pointoise, annonce Le Parisien des Hauts-de-Seine. L'affaire est intéressante. Elle montre que les avantages offerts par la ville - en l'occurence ici des colonies de vacances subventionnées - ne sont pas distribués aux habitants selon des critères transparents et justes.

En mars 2014, un couple de Putéoliens inscrit ses 2 enfants à des séjours en vacances. Le service jeunesse reçoit les dossiers le jour d'ouverture des inscriptions. Mais les 2 demandes sont rejetées. 

Comme le père a été candidat sur la liste de gauche lors de l'élection municipale de mars 2014, il se demande si ses 2 enfants n'ont pas été écartés par la mairie Les Républicains/UDI pour des raisons politiques.

Il demande à la municipalité des explications sur l'attribution de ces séjours. La mairie refuse. Il doit passer par la CADA pour les obtenir. Alors que la municipalité affirme que la règle est de privilégier "systématiquement les demandes de ceux dont les enfants ne sont pas encore partis, ou sont partis il y a quelque temps déjà", il apparait qu'une proportion importante des enfants ayant bénéficié de ces vacances était déjà partie l'année précédente et encore l'année d'avant (6 enfants sur 10 pour le 1er séjour et 2 sur 10 pour le second). 

Ses 2 enfants - qui n'avaient pas bénéficié de vacances de la ville les 3 années précédentes - ont donc été injustement écartées. La ville, qui n'a pas respecté ses propres règles, ne parvient pas à justifier son refus.

Dans son jugement rendu le 10 janvier 2019,  le tribunal administratif de Cergy-Pontoise donne donc raison à ce parent :  la commune est condamnée à verser 1.000 euros en "réparation du préjudice moral subi" par les 2 parents et par leurs enfants pour "refus illégaux". Le tribunal estime que la commune "n’a pas appliqué à la situation de ces 2 enfants des règles semblables à celles dont ont bénéficié les autres participants aux séjours organisés". La ville est aussi condamnée à verser 1.500 euros aux plaignants pour leurs frais de justice.

A Puteaux, tout le monde pense que pour bénéficier des services de la mairie, mieux vaut ne pas être un opposant et être plutôt un adhérent au parti Les Républicains. Combien de Putéoliens m'ont assuré qu'ils "avaient pris la carte" uniquement pour faire avancer leur dossier, pour une demande de HLM, pour une place en crèche ou même pour un parking municipal. Ce jugement semble venir confirmer cette croyance.

Ce clientélisme local enfreint la règle d'égalité à laquelle une majorité de français aspire au niveau national.

Je rappelle que ces colonies de vacances, comme tous les services offerts par la ville, sont largement payées par les impôts des Putéoliens, sans exception. Les attribuer à la tête du client, en écartant certaines familles pour des motifs illégaux, c'est rompre avec cette égalité républicaine. C'est aussi détourner les impôts de tous au bénéfice de quelques uns.

Cette nouvelle condamnation de la justice ne fera malheureusement pas reculer la majorité municipale. Ces pratiques clientélistes injustes sont vieilles et bien ancrées. Ce sont vos votes qui peuvent changer les choses, en mettant en place une nouvelle équipe municipale qui veillera à utiliser les impôts de manière juste.

Christophe Grébert