Education Flux

Tribune : La sécurité dans les écoles de Puteaux

Ecole-securite

Voici la tribune du groupe Puteaux Futur qui sera publiée dans le journal municipal du mois de novembre :

La municipalité de Puteaux parle beaucoup de la sécurité. Pour une commune, la première sécurité est celle qu’elle doit assurer aux enfants dans ses écoles.

La nouvelle école Voltaire accueille des enfants depuis septembre alors que son chantier n’est pas achevé. Des câbles électriques pendent à l’entrée. Les peintures intérieures ne sont pas terminées. Un échafaudage d’un chantier voisin donne directement sur la cour de récréation... 


L’école des Bergères a été construite au bord d’une autoroute urbaine, la RD913 : les enfants sont exposés au bruit et aux gaz d'échappement. La cour de récréation, située en hauteur sur le toit terrasse, est elle exposée au vent et au soleil : pour offrir de l’ombre aux enfants, des tentes de marché y ont été installées. Dans cette même cour, le revêtement en plastique se désagrège...


25299742_169991523603608_2902928268095761826_o copieEn conseil municipal, nous avons demandé à pouvoir nous rendre dans ces établissements afin de constater la situation. Le maire a refusé cette simple visite. Nous regrettons ce manque de transparence et, plus globalement, le manque de soin apporté à la sécurité des écoliers.

Bouchra Sirsalane
& Christophe Grébert
PuteauxFutur.com


La sécurité des enfants est-elle assurée à l'école de Bergères de Puteaux ?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.56La maire de Puteaux a voulu que son école soit la plus belle d'Ile-de-France : 30 millions d'euros ont été dépensés pour construire l'établissement communal des Bergères.
Le bâtiment en met plein la vue, c'est certain... même si la nouvelle école a été construite au bord de la route départementale D913 et que les enfants se retrouvent donc exposés au bruit et aux gaz d'échappement. Mais il n'y a pas que ça.

Sur le toit terrasse se trouve la cour de récréation des primaires. A 6 niveaux au-dessus du sol, il ne faut pas que les enfants aient le vertige, surtout avec cette parois en verre :

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.11.51

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.12.40

La cour est exposée aux 4 vents et au soleil, mais la mairie n'a pas pensé à offrir un abri aux enfants. 1 an après l'ouverture de l'école, la municipalité a donc ajouté des tentes.

Il est peu rassurant de savoir que les enfants jouent et courent autour de ces pieds métalliques. Et quand il y a des rafales de vent, cela donne quoi sur cette terrasse exposée ?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.11.18 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.10.44

1 an après l'ouverture de l'école, le revêtement en plastique de la cour commence à se défaire. Les enfants ne risquent pas de se prendre les pieds dans ces plaques qui dépassent. Et que deviennent ces morceaux de plastique qui se désagrègent?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.10.18 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.25 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.00
La première de nos responsabilités, en tant que commune, c'est de garantir la sécurité des enfants que nous accueillons dans nos locaux. Est-ce le cas aux Bergères ?
Lors du conseil municipal, jeudi 10 octobre 2019, nous interrogerons la maire sur cette situation. Nous espérons qu'elle nous donnera - pour une fois - des explications claires.

Christophe Grébert


Mobilisation des parents d'élèves de l'école des Bergères de Puteaux

Capture d’écran 2019-09-16 à 18.07.14

Après les parents d'élèves de l'école communale Jacotot, c'est au tour des parents d'élèves de l'école des Bergères, sur le haut de Puteaux, de se mobiliser. Selon eux, leurs enfants sont "sacrifiés" depuis le début de l'année scolaire. Ils pointent l'absence de professeurs titulaires et des classes surchargées. Ils appellent à un rassemblement devant l'établissement jeudi 19 septembre à 8h15.

Voici leur communiqué : 

Surcharge des effectifs en classes, absence de poste pérenne en classes : nos enfants sacrifiés aux Bergères !

PARENTS D’ELEVES, REJOIGNEZ-NOUS JEUDI 19 MATIN A  8:15 
POUR DEMANDER DES CONDITIONS DIGNES DE SCOLARITE POUR NOS ENFANTS !

Une nouvelle école a ouvert à Puteaux en septembre 2018 avec environ 230 élèves pour 9 classes (26 élèves par classe en moyenne). Un an après, plus de 100 élèves supplémentaires sont inscrits en élémentaires et 80 en maternelle dans cette école. Cette explosion des effectifs a de multiples origines : modification de la carte scolaire, nombre de dérogations importantes demandées par des parents d’élèves et acceptées par la mairie, arrivée progressive d’habitants dans la nouvelle ZAC des Bergères…

L’académie avait en fin d’année dernière prévu 11 classes en élémentaire et 2 classes en maternelle, ce qui aurait porté la moyenne en classe à plus de 33 en élémentaires et 39 en maternelles ! Face à cette situation intenable pour nos enfants et le personnel enseignant, deux classes ont été ouvertes à titre provisoire (une en maternelle, une en élémentaire dans une classe double niveau CE1/CM2) sans qu’il n’y ait de poste de titulaires prévu à la rentrée. Le surcroit d’effectif était pourtant tout à fait attendu. L’Académie elle-même l’admet.

Trois semaines ont passé depuis la rentrée et, à ce jour, force est de constater que la situation est plus que préoccupante pour les enfants. Même si elle acté leur existence définitive, l’académie n’a toujours pas indiqué aux parents d’élèves de solution pour les élèves d’une des deux classes ouvertes sans affectation pérenne de postes. Une autre classe dont la création avait été entérinée par l’académie dès l’année dernière se retrouve également sans professeur titulaire. Les effectifs dans les autres classes sont par ailleurs extrêmement importants avec de nombreuses sections à 30 élèves.

Les élèves se retrouvant dans la classe élémentaire sans titulaire ont le sentiment d’être complètement abandonnés par l’institution scolaire. Ils se retrouvent démobilisés dans un contexte où aucun projet pédagogique ne peut être porté en l’absence de titulaire à ce poste. Comment leur expliquer que la classe dans laquelle il se trouve demeure toujours dans une situation transitoire tandis que les autres classes s'inscrivent davantage dans une situation "au fil de l'eau"? 

Les parents d’élèves demandent dès maintenant l’affectation de professeurs titulaires dans les classes concernées. Au-delà, l’arrivée probable de nouveaux arrivants sur la ZAC au cours de l’année rend indispensable la création d’une nouvelle classe pour cette année dans un contexte où les classes sont déjà surchargées. Ils lancent une mobilisation et pétitions afin que leurs enfants puissent poursuivre leur scolarité dans des conditions acceptables.

Des parents d’élèves de l’école des Bergères à Puteaux

Contact : PE.ecole.bergeres@gmail.com

VOIR MON DOSSIER SUR LES ECOLES DE PUTEAUX


Les parents d'élèves de l'école Jacotot à Puteaux refusent la fermeture d'une classe

Capture d’écran 2019-09-06 à 11.22.14

Plusieurs dizaines de parents d'élèves de l'école communale Marius Jacotot, sur le haut de Puteaux, étaient rassemblés devant l'établissement ce vendredi matin. 4 jours après la rentrée, ils ont appris qu'une classe allait être fermée. Ils s'organisent pour obtenir son maintien.

Aucun représentant de la municipalité n'était là. Seule Bouchra Sirsalane, conseillère municipale Modem, était présente pour discuter avec les parents inquiets.

Cette fermeture de classe bouscule toute l'organisation mise en place dans l'établissement : plusieurs jours après la rentrée, les enfants vont devoir être répartis dans d'autres classes dont les effectifs vont augmenter d'autant.

Il s'agit de "déshabiller Paul pour habiller Jacques", font remarquer les parents. En effet, cette classe à Jacotot est fermée, ainsi qu'une autre à l'école de la Rotonde, pour permettre l'ouverture de 2 classes dans la nouvelle école des Bergères si chère à la maire de Puteaux.

"La maire a donné de nombreuses dérogations pour les Bergères. Voilà le résultat. Nos enfants ne doivent pas pâtir de cette désorganisation", affirment les parents d'élèves de Jacotot, qui n'entendent pas en rester là.