Economie Flux

Le projet de ZAC des Bergères entrainerait aussi la disparition d'emplois à Puteaux

Le projet de ZAC, aux Bergères à Puteaux, entraîneraient des disparitions d'emplois, sans que la mairie ne s'en émeuve. L'affaire est révélée sur son blog par la conseillère municipale socialiste Nadine Jeanne :

"Trois entreprises situées en bordure de la ZAC des Bergères devraient bientôt fermer leurs portes :
- 19 rue rue du moulin : la société ARPEM (atelier de rectification de pièces électriques)
- 7/9 rue du moulin : la société INOX ASPECT (étude et fabrication par fluage des métaux et des plastiques), une dizaine de salariés
- 57 rue Bernard Palissy : la société AMERICO Automobile : atelier de réparation/ carosserie de voitures de luxe (Rolls-Royce, Bentley, Rover, Jaguar). Très connu des amateurs et des collectionneurs".

"Apparemment, écrit Nadine Jeanne, la municipalité ne semble pas vouloir proposer d'autres locaux à ces entreprises qui devront donc s'installer ailleurs. Puteaux serait-il à terme condamné à n'offrir que des emplois tertiaires ?"

Puteaux se vide de ses emplois. Et si un jour il ne restait plus que les bureaux de La Défense ? et si un jour le quartier d'affaires ne nous rapportait plus autant d'argent ? alors Puteaux serait une ville sans ressources et sans entreprises !

Avec ses énormes moyens, la ville de Puteaux devrait tout au contraire encourager la création d'entreprises et d'emplois, dans le secteur des Hautes Technologies par exemple ? Mais aussi de l'artisanat ! Car, c'est bien beau de construire des immeubles de grand standing, mais s'il faut alller jusque dans les Yvelines pour trouver un plombier...


La ville de Puteaux embauche à tour de bras

Difficulté à fidéliser les employés ? Départs après le changement de maire ? Chasse aux sorcières ? Multiplicaton des opérations "poudre aux yeux" nécessitant l'emploi de précaires ? Depuis quelques semaines, la mairie de Puteaux multiplie les annonces d'embauche. Une trentaine, des plus diverses, sont actuellement en ligne :

- BE Métier de la forme  
- Technicien Environnement  
- PROFESSEUR DE BRIDGE  
- PROFESSEUR DE BILLARD  
- ATTACHE TERRITORIAL - AFFAIRES FONCIERES  
- CUISINIER EN CRECHE  
- CONDUCTEUR OFFSET 2 couleurs  
- ANIMATEUR POUR LE NATUROSCOPE  
- TECHNICIEN BATIMENT  
- RESPONSABLE FLUIDES ET ENERGIES  
- BILLETTISTE  
- INGENIEUR PILOTE D'OPERATIONS  
- MAQUETTISTE
- ADJOINT AU RESPONSABLE DE LA RESTAURATION
- TECHNICIEN CLIMATIQUE  
- CHAUFFEUR TRANSPORT EN COMMUN  
- Auxiliaire de Puericulture
- TECHNICIEN TERRITORIAL VOIRIE  
- Responsable administrative  
- PROFESSEUR DE FORMATION MUSICALE ET JARDIN MUSICAL  
- PIANISTE ACCOMPAGNATEUR DE CLASSE DE DANSE  
- JARDINIER  
- Rédacteur pour la Direction des Affaires Financières  
- AGENT D'ENTRETIEN- MOTO 
- Animateur tennis  
- Attaché à la Culture 
- INGENIEUR ARCHITECTE  
- Serveur la Clusaz 
- MAITRE NAGEUR SAUVETEUR en BRETAGNE 

Rappelons qu'avec près de 2.000 employés pour 40.000 habitants, la mairie de Puteaux fait figure de mastodonte. Notre ville compte plus de personnel que le conseil régional d'Ile-de-France ! Et le double de Nanterre !


Pourquoi certains gardent Puteaux comme un trésor ?

Pourquoi tant de tension à Puteaux ? Pourquoi un tel acharnement contre un simple citoyen qui fait un site internet critiquant la gestion de la municipalité ? Pourquoi le maire Charles Ceccaldi, et maintenant sa fille qui vient de lui succéder, font tout pour conserver cette ville et ne supportent aucune opposition ? Pourquoi surtout l'UMP laisse faire, malgré les casseroles et les affaires ?

La réponse dans cet extrait d'un article ("La France, record d'Europe des disparités de richesse entre les communes") publié le 24 janvier 2002 dans le journal LE MONDE :

"Puteaux versus Garges-lès-Gonesse. Entre les deux villes, de 40 000 habitants chacune, le match est joué d'avance. L'une est ensevelie sous la pauvreté. L'autre croule sous ses richesses. Les deux municipalités partagent la bannière RPR, mais une "frontière de classe" les divise... Le budget annuel de Puteaux dépasse 152 millions d'euros ; celui de Garges atteint à peine 61 millions. Puteaux a un "potentiel fiscal" par habitant (critère classique de mesure du niveau de vie d'une ville) de 3 697 euros par habitant. Garges dispose de 310 euros pour chaque citoyen. L'écart est de 1 à 10. 
Depuis trente ans, la Défense est la poule aux oeufs d'or de Puteaux. La commune abrite sur son sol les deux tiers des bureaux du petit Manhattan français. Elle engrange chaque année 65 millions d'euros de taxe professionnelle. Maire RPR de Puteaux depuis trente-trois ans, sénateur des Hauts-de-Seine, Charles Ceccaldi-Raynaud reçoit dans un confortable fauteuil. Même à l'abri des lourdes portes dorées de son bureau, il préfère taire ce que la ville "place en bons du Trésor" avec les surplus qu'elle dégage. L'excédent budgétaire de Puteaux est de 30 millions d'euros. "Ici, on paye tout cash, les finances sont secondaires. On peut tout faire", explique Claude Toutin, directeur adjoint chargé des finances au cabinet".

Voilà... vous avez tout compris... Puteaux est l'une des villes les plus riches de France.

(article lu sur www.puteaux92.com)


Réunion du Medef à Puteaux le 24 mai

Le Medef de Suresnes/St Cloud/Puteaux organise régulièrement des réunions de travail avec les chefs d'entreprise du secteur. La prochaine de ces réunions aura lieu à Puteaux le lundi 24 mai à 18h au Club AISP (14-16 rue Victor Hugo) et aura pour thème le "Patrimoine".
"Le chef d’entreprise se concentrant sur son activité professionnelle n’a que très peu de temps à consacrer à la saine gestion de son patrimoine personnel. Cet état de fait annule une partie du fruit de ses efforts, efforts qui se font, bien souvent, aux détriments de sa santé et de sa vie de famille. Or, s’il est correctement conseillé durant son activité et, pas seulement au moment de la cession de son entreprise, pour placer les liquidités générées et gérer son acquis, il pourra améliorer de façon très importante sa situation personnelle et celle de son entourage".
Pour toute information, contactez le groupe local du MEDEF : sur son site, au tél. 01 46 97 21 07 ou par mail contact@medef92-spsc.com