Ecole Flux

La nouvelle école Voltaire de Puteaux ouverte alors que le chantier n'est pas achevé

IMG_3926En septembre, la nouvelle école Voltaire, dans le bas de Puteaux, a été ouverte alors même que le chantier n’était pas achevé. 

Des câbles électriques pendent à l’entrée de l’établissement ; à l’intérieur, les peintures ne sont pas terminées ; un échafaudage d’un chantier contiguë donne directement sur la cour de récréation... 

Malgré cela, depuis 1 mois, plus de 100 enfants sont reçus quotidiennement dans cet établissement. Bénéficient-ils des meilleures conditions et notamment de sécurité ? 

Nous avons demandé une visite de ce nouvel équipement communal, afin de constater la situation. La maire a refusé toute visite avant le mois de novembre :

Capture d’écran 2019-10-06 à 12.23.48

Nous regrettons ce manque de dialogue et de transparence. Et nous renouvelons notre demande de pouvoir visiter l’école Voltaire.

Christophe Grébert et Bouchra Sirsalane
Puteauxfutur.com


A Puteaux, un enfant peut-il se rendre à l’école à vélo en toute sécurité ?

IMG_2126A Puteaux, un enfant peut-il se rendre à l’école à vélo en toute sécurité ? Quand on pense le réaménagement d’une ville, c’est le genre de questions que nous devons nous poser. 

Ces 15 dernières années, de nombreuses rues de Puteaux ont été refaites. Ces travaux ont mobilisé une part importante de notre budget d’investissement. Or, chacun peut constater que circuler dans Puteaux n’est pas très facile. Etre un piéton putéolien n’est pas spécialement agréable. Faire du vélo dans notre ville est globalement dangereux.

Pour le moment, j'aurais du mal à conseiller pas à un parent putéolien de laisser son enfant de 10 ans enfourcher un vélo pour aller à l’école chaque matin.

Alors que devons-nous faire pour que cela soit possible ?

Mettre les rues en “zone 30” ne suffit pas, si les automobilistes circulent dans des rues encore conçues comme des autoroutes, et si les mobilités actives (piétons et cyclistes) passent toujours au second rang.

Depuis 2 mandats, nous avons proposé la piétonnisation de la rue Jean Jaurès, au niveau du Monoprix. Nous avons aussi proposé la piétonnisation partielle du vieux Puteaux, autour de la vieille église et du Théâtre.

6a00d8341c339153ef01bb087fa4ff970d-800wi

Nous proposons que sur le haut de Puteaux, le réaménagement en cours de l’avenue Charles de Gaulle, entre le nouveau quartier des Bergères et le quartier de la Défense, soit pensé pour les piétons et les vélos.

IMG_2096Une “Zone 30”, cela signifie notamment que les cyclistes ont la possibilité de prendre les rues à contresens. Nos rues en sens unique doivent donc être réaménagées en fonction de cela.

Nous devons aussi créer pour les Putéoliens des pistes cyclables et des cheminements piétons sécurisés, pour aller des Bergères à l’île de Puteaux et de Suresnes à la Défense. 

Nous devons également créer des sas vélo à chaque feu. Ces sas permettent de sauver des vies, en sécurisant aussi bien les cyclistes que les piétons.

Ce sont tous ces aménagements qui rendront agréable la mobilité pour tous dans notre ville. 

Christophe Grébert


Mobilisation des parents d'élèves de l'école des Bergères de Puteaux

Capture d’écran 2019-09-16 à 18.07.14

Après les parents d'élèves de l'école communale Jacotot, c'est au tour des parents d'élèves de l'école des Bergères, sur le haut de Puteaux, de se mobiliser. Selon eux, leurs enfants sont "sacrifiés" depuis le début de l'année scolaire. Ils pointent l'absence de professeurs titulaires et des classes surchargées. Ils appellent à un rassemblement devant l'établissement jeudi 19 septembre à 8h15.

Voici leur communiqué : 

Surcharge des effectifs en classes, absence de poste pérenne en classes : nos enfants sacrifiés aux Bergères !

PARENTS D’ELEVES, REJOIGNEZ-NOUS JEUDI 19 MATIN A  8:15 
POUR DEMANDER DES CONDITIONS DIGNES DE SCOLARITE POUR NOS ENFANTS !

Une nouvelle école a ouvert à Puteaux en septembre 2018 avec environ 230 élèves pour 9 classes (26 élèves par classe en moyenne). Un an après, plus de 100 élèves supplémentaires sont inscrits en élémentaires et 80 en maternelle dans cette école. Cette explosion des effectifs a de multiples origines : modification de la carte scolaire, nombre de dérogations importantes demandées par des parents d’élèves et acceptées par la mairie, arrivée progressive d’habitants dans la nouvelle ZAC des Bergères…

L’académie avait en fin d’année dernière prévu 11 classes en élémentaire et 2 classes en maternelle, ce qui aurait porté la moyenne en classe à plus de 33 en élémentaires et 39 en maternelles ! Face à cette situation intenable pour nos enfants et le personnel enseignant, deux classes ont été ouvertes à titre provisoire (une en maternelle, une en élémentaire dans une classe double niveau CE1/CM2) sans qu’il n’y ait de poste de titulaires prévu à la rentrée. Le surcroit d’effectif était pourtant tout à fait attendu. L’Académie elle-même l’admet.

Trois semaines ont passé depuis la rentrée et, à ce jour, force est de constater que la situation est plus que préoccupante pour les enfants. Même si elle acté leur existence définitive, l’académie n’a toujours pas indiqué aux parents d’élèves de solution pour les élèves d’une des deux classes ouvertes sans affectation pérenne de postes. Une autre classe dont la création avait été entérinée par l’académie dès l’année dernière se retrouve également sans professeur titulaire. Les effectifs dans les autres classes sont par ailleurs extrêmement importants avec de nombreuses sections à 30 élèves.

Les élèves se retrouvant dans la classe élémentaire sans titulaire ont le sentiment d’être complètement abandonnés par l’institution scolaire. Ils se retrouvent démobilisés dans un contexte où aucun projet pédagogique ne peut être porté en l’absence de titulaire à ce poste. Comment leur expliquer que la classe dans laquelle il se trouve demeure toujours dans une situation transitoire tandis que les autres classes s'inscrivent davantage dans une situation "au fil de l'eau"? 

Les parents d’élèves demandent dès maintenant l’affectation de professeurs titulaires dans les classes concernées. Au-delà, l’arrivée probable de nouveaux arrivants sur la ZAC au cours de l’année rend indispensable la création d’une nouvelle classe pour cette année dans un contexte où les classes sont déjà surchargées. Ils lancent une mobilisation et pétitions afin que leurs enfants puissent poursuivre leur scolarité dans des conditions acceptables.

Des parents d’élèves de l’école des Bergères à Puteaux

Contact : PE.ecole.bergeres@gmail.com

VOIR MON DOSSIER SUR LES ECOLES DE PUTEAUX


Les parents d'élèves de l'école Jacotot à Puteaux refusent la fermeture d'une classe

Capture d’écran 2019-09-06 à 11.22.14

Plusieurs dizaines de parents d'élèves de l'école communale Marius Jacotot, sur le haut de Puteaux, étaient rassemblés devant l'établissement ce vendredi matin. 4 jours après la rentrée, ils ont appris qu'une classe allait être fermée. Ils s'organisent pour obtenir son maintien.

Aucun représentant de la municipalité n'était là. Seule Bouchra Sirsalane, conseillère municipale Modem, était présente pour discuter avec les parents inquiets.

Cette fermeture de classe bouscule toute l'organisation mise en place dans l'établissement : plusieurs jours après la rentrée, les enfants vont devoir être répartis dans d'autres classes dont les effectifs vont augmenter d'autant.

Il s'agit de "déshabiller Paul pour habiller Jacques", font remarquer les parents. En effet, cette classe à Jacotot est fermée, ainsi qu'une autre à l'école de la Rotonde, pour permettre l'ouverture de 2 classes dans la nouvelle école des Bergères si chère à la maire de Puteaux.

"La maire a donné de nombreuses dérogations pour les Bergères. Voilà le résultat. Nos enfants ne doivent pas pâtir de cette désorganisation", affirment les parents d'élèves de Jacotot, qui n'entendent pas en rester là.