Ecole Flux

Une pétition pour demander la réouverture de l'école Petitot à Puteaux

Capture d’écran 2019-11-22 à 12.48.57

L'élue de Puteaux Bouchra Sirsalane a lancé sur Change.org une pétition pour réclamer la réouverture de l'école Petitot sur le haut de Puteaux.

La municipalité a fermé cette école en 2018 en promettant sa réouverture en septembre 2019 après rénovation. Or, lors du dernier conseil municipal en octobre, la maire a laissé entendre que cette école primaire pourrait finalement être définitivement fermée.

Les enfants doivent désormais se rendre à l'école des Bergères. Pour cela, ils doivent traverser l'avenue du Général de Gaulle qui est une véritable autoroute urbaine.

Bouchra Sirsalane demande "la réouverture, comme cela a été promis, de l’école Petitot : pour prévenir les accidents, ne pas exposer les enfants aux gaz d’échappement et leur offrir une scolarité paisible".

L'élue propose "d’en faire un établissement modèle : planté d’arbres, certifié développement durable et à la pédagogie innovante, pour le bien-être des enfants et en faire des citoyens responsables".

POUR SIGNER CETTE PETITION : www.change.org/p/ville-de-puteaux-pour-la-r%C3%A9ouverture-de-l-%C3%A9cole-petitot-%C3%A0-puteaux


Pour la réouverture de l'école Petitot à Puteaux

IMG_9344

Lors du conseil municipal de Puteaux du 10 octobre 2019, l'élue Modem Bouchra Sirsalane a demandé la réouverture de l'école Petitot, sur le haut de la ville, comme l'avait promis la majorité municipale. En séance, la maire a renvoyé sa réponse à la réalisation d'une étude.

Rappel de la situation :

L’école Eugène Petitot, rue Edgar Quinet, a été fermée l’an dernier pour “rénovation”. Les enfants de cet établissement communal ont été accueillis “provisoirement” dans la nouvelle grande école des Bergères. Ce changement a été perturbant pour les habitants du quartier des Rosiers attachés à leur école à taille humaine.

En mars 2017, la municipalité a annoncé que l’école allait être rénovée pour améliorer sa performance énergétique,

En septembre 2017, la mairie a ensuite affirmé que cette rénovation a débuté en janvier 2016 et qu’elle s’achèvera en 2019,

En juillet 2018, la mairie a ensuite prétendu que le chantier se fera entre l’été 2018 et l’été 2019…

Or, la rentrée scolaire s'est effectué sans l'école Petitot.

(références : https://www.monputeaux.com/2019/08/ecole-petitot-puteaux.html)

Cette fermeture est très pénalisante pour les familles et pour les enfants qui doivent traverser quotidiennement l’avenue du Général de Gaulle, une autoroute urbaine, pour se rendre à l'école des Bergères.

Nous demandons la réouverture de l’école Petitot, et sa transformation en école écologique : un bâtiment à énergie positive construit avec des matériaux sains, équipés de panneaux solaires, d’une toiture végétalisée, d’un jardin bio pédagogique… une école innovante labellisée développement durable.

En lire plus : www.monputeaux.com/ecole/


Tribune : La sécurité dans les écoles de Puteaux

Ecole-securite

Voici la tribune du groupe Puteaux Futur qui sera publiée dans le journal municipal du mois de novembre :

La municipalité de Puteaux parle beaucoup de la sécurité. Pour une commune, la première sécurité est celle qu’elle doit assurer aux enfants dans ses écoles.

La nouvelle école Voltaire accueille des enfants depuis septembre alors que son chantier n’est pas achevé. Des câbles électriques pendent à l’entrée. Les peintures intérieures ne sont pas terminées. Un échafaudage d’un chantier voisin donne directement sur la cour de récréation... 


L’école des Bergères a été construite au bord d’une autoroute urbaine, la RD913 : les enfants sont exposés au bruit et aux gaz d'échappement. La cour de récréation, située en hauteur sur le toit terrasse, est elle exposée au vent et au soleil : pour offrir de l’ombre aux enfants, des tentes de marché y ont été installées. Dans cette même cour, le revêtement en plastique se désagrège...


25299742_169991523603608_2902928268095761826_o copieEn conseil municipal, nous avons demandé à pouvoir nous rendre dans ces établissements afin de constater la situation. Le maire a refusé cette simple visite. Nous regrettons ce manque de transparence et, plus globalement, le manque de soin apporté à la sécurité des écoliers.

Bouchra Sirsalane
& Christophe Grébert
PuteauxFutur.com


La sécurité des enfants est-elle assurée à l'école de Bergères de Puteaux ?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.56La maire de Puteaux a voulu que son école soit la plus belle d'Ile-de-France : 30 millions d'euros ont été dépensés pour construire l'établissement communal des Bergères.
Le bâtiment en met plein la vue, c'est certain... même si la nouvelle école a été construite au bord de la route départementale D913 et que les enfants se retrouvent donc exposés au bruit et aux gaz d'échappement. Mais il n'y a pas que ça.

Sur le toit terrasse se trouve la cour de récréation des primaires. A 6 niveaux au-dessus du sol, il ne faut pas que les enfants aient le vertige, surtout avec cette parois en verre :

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.11.51

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.12.40

La cour est exposée aux 4 vents et au soleil, mais la mairie n'a pas pensé à offrir un abri aux enfants. 1 an après l'ouverture de l'école, la municipalité a donc ajouté des tentes.

Il est peu rassurant de savoir que les enfants jouent et courent autour de ces pieds métalliques. Et quand il y a des rafales de vent, cela donne quoi sur cette terrasse exposée ?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.11.18 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.10.44

1 an après l'ouverture de l'école, le revêtement en plastique de la cour commence à se défaire. Les enfants ne risquent pas de se prendre les pieds dans ces plaques qui dépassent. Et que deviennent ces morceaux de plastique qui se désagrègent?

Capture d’écran 2019-10-08 à 17.10.18 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.25 Capture d’écran 2019-10-08 à 17.09.00
La première de nos responsabilités, en tant que commune, c'est de garantir la sécurité des enfants que nous accueillons dans nos locaux. Est-ce le cas aux Bergères ?
Lors du conseil municipal, jeudi 10 octobre 2019, nous interrogerons la maire sur cette situation. Nous espérons qu'elle nous donnera - pour une fois - des explications claires.

Christophe Grébert