Crue-2018 Flux

Crue de la Seine : Puteaux reconnue en état de catastrophe naturelle

39347018805_150f8ed78c_k

Suite à la crue de la Seine survenue en janvier, et comme en juin 2016, la ville de Puteaux est reconnue en état de catastrophe naturelle.

La reconnaissance en état de catastrophe naturelle ouvre droit à la garantie des assurés contre les effets des catastrophes naturelles sur les biens qui ont été assurés.

A Puteaux, une partie de l'île a été inondée. Les dégâts sont importants dans le parc Lebaudy, dont les installations avaient été refaites après la crue de 2016. 

Sur les quais de Seine, côté ville, des sous-sols d'immeubles ont aussi été inondés.

Mon message au maire envoyé dès le 23 janvier a permis une plus grande réactivité de la municipalité : La ville a multiplié les messages d'avertissement sur les réseaux sociaux. C'est une bonne chose, mais c'est insuffisant. Des pompes auraient pu être ainsi pré-positionnées par les services communaux afin d'éviter l'inondation de parkings et de caves de particuliers.
La prévention n'est donc pas suffisante. Pourtant Puteaux est particulièrement exposée. Nous en avons la démonstration. Le constat est aussi que si une catastrophe plus importante survenait, notre municipalité n'est pas du tout prête à y faire face.

Christophe Grébert

VOIR MES NOTES SUR

(photo : le parc Lebaudy après la décrue de la Seine, Flickr)


La crue de la Seine se stabilise à Puteaux

IMG_5997Après 2 semaines de lente progression, le niveau de la Seine ne monte plus à Puteaux. Au barrage de Suresnes, en amont de notre ville, le niveau du fleuve a atteint la nuit dernière un pic à 7 m 83, soit 9 cm en dessous des 7 m 92 enregistrés lors de la crue de juin 2016.

Ce matin, le niveau a légèrement baissé, à 7m 80. La décrue sera lente. Il faudra compter plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Comme il y a 1 an et demi, le parc Lebaudy, sur l'île de Puteaux, a été presque complètement inondé. Des infiltrations ont aussi été constatées dans le parking souterrain de la résidence de l'Arsenal, sur les quais de Dion Bouton.

Des infiltrations se sont aussi produites sur la voie automobile passant sous le pont de Puteaux (photo).

Selon les spécialistes, les crues de la Seine seront de plus en plus fréquentes et intenses. Pourtant, après la crue de juin 2016, la municipalité de Puteaux n'a rien fait pour alerter les habitants exposés et prévenir une prochaine crise. Nous sommes à nouveau passés à côté d'une catastrophe.
J'interrogerai donc la municipalité, lors du prochain conseil, sur les actions qu'elle compte mener pour prévenir et protéger notre ville, après cette nouvelle inondation de l'île et ces infiltrations dans les souterrains le long des quais.

Christophe Grébert


Des coupures d'éclairage public à Puteaux

CoupureelectriciteCes derniers jours, des coupures d'éclairage public se sont produites dans le bas de Puteaux. Ainsi, mardi 23 janvier, plusieurs rues situées entre le pont de Puteaux et Suresnes étaient plongées dans le noir. Selon la mairie, qui est responsable du réseau de l'éclairage public, ces coupures sont "dues aux remontées d'humidité" causées la pluie.

Cette humidité, explique la municipalité, a "pénétré dans les chambres souterraines Haute tension et a occasionné des défauts électriques sur des connectiques".

ENEDIS, filiale d'EDF chargée de la gestion et de l'aménagement du réseau de distribution d'électricité, a mis en place une équipe pour surveiller le réseau.

Suite à mon alerte, des travaux de rénovation des chambres haute tension vont être réalisés afin de fiabiliser le réseau, indique la municipalité.


Crue de la Seine à Puteaux : prévisions revues à la baisse

IMG_5786

Le soulagement ! La préfecture de police de Paris a annoncé ce matin que les prévisions pour la crue de la Seine dans la capitale étaient revues à la baisse. Le niveau de la crue de juin 2016 ne devrait finalement pas être atteint.

A Puteaux, aucun nouvel incident n'a été signalé. La situation est toujours difficile pour les péniches sur les quais de l'île. Et un parking en sous-sol de la résidence de l'Arsenal, quai de Dion Bouton, a été partiellement inondé.