Conseil 2007 Flux

Un conseil municipal à Puteaux, le jeudi 13 décembre 2007

392974230_d94bdc5670Pour une fois, nous connaissons la date du prochain conseil municipal avec 2 semaines d'avance : il aura lieu le jeudi 13 décembre, à 19h. D'habitude, le maire de Puteaux ne nous informe que 5 jours avant la séance, soit à la toute dernière limité légale. Mais cette annonce précoce n'est pas un cadeau de Noël... il s'agit d'une obligation légale lorsque l'ordre du jour comporte une attribution de délégation de service public. Le conseil du 13 sera en effet appelé à choisir un exploitant pour le futur cinéma du "palais" de la Médiathèque.
Le "Central", ce sera son nom*, ouvrira "en mai ou juin", promet Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

* c'était aussi le nom du dernier cinéma de Puteaux

(photo : façade du palais de la médiathèque, Christophe Grébert sur Flickr)


La nouvelle médiathèque de Puteaux ouvrira en janvier, mais sans ses cinémas

Lors du conseil municipal de Puteaux du 6 octobre 2007, la députée-maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a annoncé que le "palais" de la médiathèque serait inauguré en janvier, soit, comme par hasard, quelques semaines avant l'élection municipale. En revanche, les 2 salles de cinéma construitent dans ce nouveau "palais" n'ouvriront que plus tard : la mairie semble avoir des problèmes pour trouver un exploitant.

Le coût de maintenance de ce "palais" est estimé par les services municipaux à 250.000 euros HT. par an. Ce marché comprend : la maintenance et l'exploitation des installations de chauffage, ventilation, climatisation, traitement d'eau, électricité courants forts et faibles, groupe froid, plomberie, pompe de relevage, sécurité incendie, vidéosurveillance, anti-intrusion, horloge, sonorisation, nettoyage vitres intérieure et extérieure, téléphonie, serrurerie et petite manutention.


Grand absentéisme au conseil municipal de Puteaux

1495163529_ca7dc23000Le conseil municipal de Puteaux compte 43 élus : 38 de la majorité (UMP) et 5 de l'opposition (3 PS et 2 indépendants). Pour délibérer, le quorum, c'est à dire au moins la motié des élus+1, soit 22 personnes, doit être atteint. Sur les derniers mois, on constate un absentéisme important :

- Lors de la séance du 22 mai 2007, le quorum est tout juste atteint, avec 22 élus présents sur 43. Le conseil peut avoir lieu uniquement en raison de la présence de 2 élus de l'opposition.

Etaient absents : Jean GRAZIANI, Patricia MARTIN, Guy LANSARDIERE, Joëlle LACONTAL, Martine TROPENAT, Martine SMADJA, Thierry STURBOIS, Jean-Philippe LEGRAS, Eric MOREUL, Silvina ANGELO, Charlotte BOREL, Mohamed MENASRIA, Dany SMATI, Emmanuelle HEURTEUX, Delphine LICHTE, Philippe COUDEYRAT, Charles CECCALDI-RAYNAUD, Corinne BERRO, Gérard BRISSET, Sydney GHENASSIA, Florence BENSAID.

- Lors de la séance du 21 juin 2007, seuls 26 élus sur 43 sont présents.

Etaient absents : Guy LANSARDIERE, Martine TROPENAT, Roselyne ILIOU, Franck CAVAYE, Thierry STURBOIS, Sophie ANDRE, Eric MOREUL, Charlotte BOREL, Mohamed MENASRIA, Dany SMATI, Emmanuelle HEURTEUX, Delphine LICHTE, Corinne Berro, Gérard BRISSET, Sydney GHENASSIA, Florence BENSAID

Sont arrivés en cours de séance : Charles CECCALDI-RAYNAUD, Thierry STURBOIS, Sophie ANDRE.

- Lors de la séance du 19 juillet, seuls 24 élus sur 43 sont présents.

Etaient absents : Gaston GARINO, Henri BOUMENDIL, Michel DUEZ, Hélène PRIEUR, Patricia MARTIN, Guy LANSARDIERE, Martine TROPENAT, Gérard BRAZON, Pascal LICHANI, Charlotte BOREL, Mohamed MENASRIA, Dany SMATI, Emmanuelle HEURTEUX, Delphine LICHTE, Philippe COUDEYRAT, Corrine Berro, Sydney GHENASSIA, Florence BENSAID, Gérard BRISSET

Est arrivé en cours de séance : Michel DUEZ

- Lors de la séance du 2 octobre 2007, seuls 20 élus sur 43 sont présents.

Le quorum n'est pas atteint : le conseil est annulé. La séance est reconvoquée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud le 6 octobre : le quorum n'est toujours pas atteint. Le conseil délibère malgré tout, comme la loi le permet. Mais des décisions importantes, engageant la ville sur plusieurs millions d'euros de dépenses, sont prises par une minorité d'élus.

Je constate que depuis des mois, voire des années, certains élus -de la majorité et de l'opposition- ne viennent plus du tout au conseil. Il y a le cas par exemple de Florence Bensaîd, avocate de Puteaux élue sur la liste socialiste et qui n'a plus siègé depuis 2002 ! Il n'y a pas de mandat impératif : si des conseillers municipaux ne veulent plus, ou ne peuvent plus, assumer leur fonction, ils n'ont qu'à démissionner. Les suivants de liste prendront leur place. Que la maire accepte cette situation montre son peu d'intérêt pour le travail collectif. Or, c'est bien l'assemblée -c'est à dire l'ensemble des élus- qui est responsable des décisions prises, pas le maire.
Christophe Grébert

(photo : Christophe Grébert sur Flickr)


Conseil municipal de Puteaux : 600.000 euros pour un jardin privatif aux Bergères

Lors du conseil municipal de Puteaux du samedi 6 octobre 2007, la députée-maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud propose la création d'un "aménagement paysager" sur l'emplacement de l'ancien marché des Bergères, sur le haut de la ville. La commune va consacrer environ 600.000 euros à ce jardin, avec une fontaine "en fonte", un "cabanon de jardin" et une aire de jeux.
L'opposition souligne que les habitants du quartier préfèreraient la création de commerces. La maire affirme être allée interroger les habitants. Selon elle, ils sont ravis d'"aller piocher près de chez eux", puisque à côté de ce jardin qui sera réservé à la résidence HLM des Fusillés, des jardins familiaux sont aussi prévus.
Joëlle Ceccaldi-Raynaud peut-elle nous dire quand elle s'est déplacée aux Bergères ? En effet, j'ai interrogé plusieurs rivrains et personne ne l'a vue jamais dans le quartier !
L'oppositon s'abstenant sur cette question, la maire conclue "vous votez contre les jardins".

Dans cette séquence de 2 minutes et 34 secondes (le temps de voter 600.000 euros de dépenses tout de même !), je vous demande de bien écouter la manière dont Josiane Abkari, la maire adjointe chargée (en principe) des commerces et des marchés, annone son texte, répétant inutilement ce que la maire vient de dire, et bafouillant sur le montant du marché : l'élue de la majorité semble découvrir le texte qui lui a été préparé par les services municipaux.
Très clairement, elle ne connait pas ce dossier. Si elle y avait passé du temps, travaillé longuement dessus, elle aurait le chiffre en tête. Le montant est assez élevé pour marquer les esprits. Elle ne se serait pas trompée en le disant. Elle n'aurait même pas eu besoin de lire pour en parler. Par ailleurs, elle aurait ajouté des commentaires et des explications sur ce projet, ce dont elle est sans doute bien incapable. D'ailleurs quand l'opposition demande des précisions, c'est le maire qui répond, pas l'adjointe censée pourtant avoir la délégation sur la question débattue.
Dans tous les conseils municipaux de France, les adjoints -parce qu'ils travaillent réellement les dossiers- ont des choses à dire. A Puteaux, ils bafouillent le texte qu'on leur met devant les yeux 5 minutes avant le début de la séance.
Cela ne peut plus durer : l'année prochaine, il nous fraudra choisir un maire, mais aussi une vraie équipe de gens compétents, responsables et engagés dans leur ville. Actuellement, nous n'avons rien de tout cela.
Christophe Grébert