Conseil 2018 Flux

Nouvelle censure de l'opposition au conseil municipal de Puteaux

IMG_0726

Le conseil municipal de Puteaux était réuni ce matin à l'Hôtel-de-ville. J'ai décidé de le quitter, après avoir été encore une fois censuré.

La maire Joëlle Ceccaldi a en effet annoncé en séance qu’elle ne répondrait à aucune de mes questions, ni à mes voeux, sous le faux prétexte que je ne lui ai pas transmis préalablement ces questions et voeux sur la bonne adresse mail : celle de la mairie au lieu de son secrétariat (sic).

Je suis encore une fois censuré 🤬.

Il n'y aura donc aucune discussion sur le sort de Marie qui dort dans sa voiture ou sur les hausses incompréhensibles des taxes locales.

Aucune réponse sur les étranges attributions de HLM à des amis de la maire.

Il n'y aura pas non plus de réponse du maire à vos questions.

La démocratie représentative va à sa perte avec des élus comme cela. Ils détournent l’argent public. Ils méprisent l’opposition et donc les citoyens. Et la justice les laisse faire et même les protège.
Pourquoi se battre et faire comme si nous étions en République ?

Christophe Grébert


STOP aux augmentations systématiques des taxes et des impôts locaux à Puteaux

IMG_9420Lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 13 décembre, je demanderai à la majorité d'arrêter d'augmenter systématiquement chaque année les taxes et impôts locaux. Je demanderai aussi que les tarifs des services municipaux (piscine, palais de la culture, conservatoire...) restent stables en 2019.

Voici le texte de mon intervention :

En avril dernier, nous avons alerté sur le fait que la taxe d’habitation et la taxe foncière de Puteaux allaient encore augmenter de 500.000 euros cette année, soit une hausse moyenne des prélèvements de 23 euros par famille putéolienne.
Ce mois-ci (en décembre), nous avons demandé aux Putéoliens, qui ont reçu leurs avis d’impôts, comment avait effectivement évolué leurs taxes locale cette année. Plusieurs nous disent qu’ils doivent payer 5 euros, 15 euros, 50 euros et même l’un nous dit payer 250 euros de plus, pour la seule taxe d’habitation.
Il n’est pas normal que dans une ville aussi riche que Puteaux qui dépense sans compter, qui gaspille tant, on demande en même temps aux habitants - mais pas seulement : les commerçants, les artisans, les entrepreneurs sont aussi frappés - de supporter année après année des augmentations systématiques des impôts et des taxes locales.
A l’approche du vote du budget 2019 de la ville de Puteaux, nous appelons la majorité municipale à cesser cette politique d’augmentation systématiques des taxes et des impôts.
Pour 2019, nous appelons à une baisse de toutes les taxes locales fixées par la municipalité. Nous appelons aussi à ce qu’aucun tarif (comme à la piscine, au palais de la culture ou au conservatoire de Puteaux) n’augmente.
Si des économies doivent être faites, nous proposons de réduire d’autant le budget du service communication de la ville et celui du cabinet du maire, ce qui représente une marge de plusieurs millions d’euros.

Christophe Grébert


Vos questions au maire de Puteaux, pour le conseil municipal du 13 décembre 2018

IMG_9940Lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 13 décembre, comme d'habitude, je consacrerai une partie de mon temps de parole aux questions que vous souhaitez poser au maire de Puteaux.

Voici les questions déjà reçus sur mon adresse grebert@gmail.com

Suzanne : Qu’en est il des bancs supprimés soi-disant pour vétusté ? Cela fait des années qu’ils ont été supprimés rue Jean Jaurès, aux abords de l’église sainte Mathilde, rue Chantecoq, le dernier boulevard Richard Wallace avant le théâtre... La ville continue de supprimer toutes les possibilités de s’asseoir dans les rues. Dernier exemple : la pose inutile et surement très chère de balustrades de verre devant l’entrée du conservatoire (verre gravé…), ce qui empêche de s’asseoir. Il faut être jeune et en bonne santé pour vivre à Puteaux ?

Cédric : Rue Voltaire, côté vieux Puteaux, un point de collecte des ordures est aménagé. Il est particulièrement mal placé et mal conçu. C’est moche (PHOTO)

Pierre : Depuis 3 ans, les ascenseurs entre la rue Bellini et le parvis de la Défense sont régulièrement en panne. Au cours de l’année 2018, les 2 ascenseurs sont restés à l’arrêt pendant plusieurs mois. Cela conduit les habitants à grimper les 64 marches de l’escalier. Ne pourriez-vous pas demander un contrôle plus sérieux de l'ascensoriste ?

BB : Concernant les travaux autour du rond-point des bergères, la mairie ne communique plus ou ne donne plus que des dates très imprécises et éloignées. En particulier, l'ouverture du parc central semble avoir été repoussée aux calendes grecques (nous sommes apparemment passés d'une ouverture partielle fin 2018 à une ouverture en 2020). Serait-il possible de disposer d'un planning d'ensemble actualisé et précis de livraison des chantiers dans ce quartier ? Serait-il possible de le consulter sur le site de la ville, ce qui nous éviterait de visiter chaque chantier pour tenter d'en savoir plus ? Nous subissons les nuisances chaque jour (bruit, poussière, boue, camions, rues fermées...) sans même savoir quand nous en aurons la jouissance... Je pense surtout aux enfants de l'école des Bergères qui subissent pollution sonore et pollution tout court des chantiers dans le sein-même de l'école et alentours (le projet "Sublime" étant carrément au pied de l'école !).

Sur la Mutuelle communale : Une habitante de Puteaux me signale avoir adhéré à la mutuelle communale pensant bénéficier d’une protection sociale complémentaire de qualité à un prix intéressant. Or, elle s’est aperçue, à l’occasion d’un problème aux dents, que cette mutuelle proposée par la ville ne remboursait que 1.000 euros sur un devis de 4.500 euros. Elle se trouve dans l’impossibilité de se soigner. Est-ce bien raisonnable de proposer aux Putéoliens - bien souvent parmi les plus âgés - une mutuelle aussi peu protectrice ?

Je tenterai à nouveau d'interroger le maire sur l'arrêt du chantier de la crèche du quartier des Arts. Lors du conseil municipal de septembre, elle avait refusé de me répondre.


Et si la ville de Puteaux créait sa propre ferme pour alimenter les enfants dans les cantines ?

Capture d’écran 2018-12-10 à 16.07.02Lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 13 décembre, je ferai une proposition de création d’une ferme bio sur le domaine putéolien de La Falaise, dans les Yvelines, afin de fournir les cantines scolaires et les restaurants municipaux de la commune en légumes et fruits locaux, sains et de qualité.

Le domaine la Falaise est la propriété de la ville de Puteaux depuis 1952. Dans les années 1960-70, le château de La Falaise a accueilli des enfants pensionnaires venant en car de Puteaux ainsi que durant plusieurs décennies plusieurs centres de loisirs de la ville. Durant l'été, pendant les vacances scolaires ou à l'occasion de classes vertes, enfants et adolescents se rendaient sur le domaine du château de la Falaise. Les enfants dormaient sous de grandes tentes et participaient à des activités de loisirs durant la journée (piscine, sports, balades, chasses au trésor, travaux manuels…). Ponctuellement d'autres événements y étaient organisés, comme des Guinguettes.
Malgré d'important travaux de réaménagement financés par la ville de Puteaux (1.468.000 euros en septembre 2005), le domaine n'est plus utilisé depuis 2013. 

(extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Falaise)

Nous proposons de transformer le domaine de La Falaise en ferme bio, sur le modèle de la ferme du Bec Hellouin rendue célèbre par le film "Demain", avec un potager en permaculture permettant de produire des légumes et des fruits qui fourniront en alimentation saine, de qualité et locale les cantines scolaires et les restaurants municipaux de Puteaux.