Bio Flux

L'alimentation BIO reste trop limitée dans les cantines de Puteaux

Ecoles_sem_14Nous n’avons pas forcément le même point de vue sur les aliments issus de l’agriculture biologique, mais nous savons qu’ils sont bons pour nos enfants et pour l’environnement.

Malgré des progrès réalisés grâce à nos propositions faites en conseil municipal, la part de nourriture BIO dans les cantines scolaires de Puteaux reste très faible.

Selon les menus affichés devant les écoles (voir photo ci-contre-, le BIO se limite à :
• des carottes râpés ou des concombres, 

• des carottes poêlées ou des haricots verts ou des épinards à la crème, 

• un yaourt ou un fruit, et parfois un fromage.


Ce sont les mêmes aliments - certains industriels - qui sont servis alternativement chaque mois.

Pour la municipalité, servir du BIO dans les cantines consiste à introduire 1 aliment pour compléter un repas, mais la mairie n’a aucune volonté de composer globalement des menus BIO et sains.

Selon nous, s’engager à offrir à nos enfants une alimentations de qualité, c’est aller vers du 100 % BIO et local, en favorisant les producteurs franciliens plutôt que les grands groupes industriels.

La question du bien-être de nos enfants doit devenir une priorité. C’est pourquoi nous proposons :

• la création d’une ferme BIOLOGIQUE dans notre domaine de la Falaise (Yvelines), afin de fournir les cantines de Puteaux en produits sains et locaux,
• de parvenir rapidement vers une nourriture 100% BIO et non industrielle dans nos cantines.

EN LIRE PLUS : https://www.monputeaux.com/bio/

Bouchra Sirsalane


Et si la ville de Puteaux créait sa propre ferme pour alimenter les enfants dans les cantines ?

Capture d’écran 2018-12-10 à 16.07.02Lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 13 décembre, je ferai une proposition de création d’une ferme bio sur le domaine putéolien de La Falaise, dans les Yvelines, afin de fournir les cantines scolaires et les restaurants municipaux de la commune en légumes et fruits locaux, sains et de qualité.

Le domaine la Falaise est la propriété de la ville de Puteaux depuis 1952. Dans les années 1960-70, le château de La Falaise a accueilli des enfants pensionnaires venant en car de Puteaux ainsi que durant plusieurs décennies plusieurs centres de loisirs de la ville. Durant l'été, pendant les vacances scolaires ou à l'occasion de classes vertes, enfants et adolescents se rendaient sur le domaine du château de la Falaise. Les enfants dormaient sous de grandes tentes et participaient à des activités de loisirs durant la journée (piscine, sports, balades, chasses au trésor, travaux manuels…). Ponctuellement d'autres événements y étaient organisés, comme des Guinguettes.
Malgré d'important travaux de réaménagement financés par la ville de Puteaux (1.468.000 euros en septembre 2005), le domaine n'est plus utilisé depuis 2013. 

(extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Falaise)

Nous proposons de transformer le domaine de La Falaise en ferme bio, sur le modèle de la ferme du Bec Hellouin rendue célèbre par le film "Demain", avec un potager en permaculture permettant de produire des légumes et des fruits qui fourniront en alimentation saine, de qualité et locale les cantines scolaires et les restaurants municipaux de Puteaux.


VIDEO Vers 100% d'alimentation BIO dans les écoles : la mairie de Puteaux n'en veut pas

Bouchra

"Un fruit lavé et pelé est sain", selon la maire de Puteaux ! Lors du conseil municipal du 5 mars 2018, Joëlle Ceccaldi et les élus de sa majorité ont donc voté contre une proposition de Bouchra Sirsalane, conseillère municipale Modem, en faveur d'une alimentation bio et non transformée dans les écoles de notre ville.

En séance, Bouchra Sirsalane a expliqué qu'il n'y avait pas 30% d'aliments bio dans les écoles de Puteaux, contrairement à ce qu'annonce la mairie. Les produits servis pour le goûter des enfants sont uniquement industriels. Et le pain distribué dans les écoles de Puteaux est du pain congelé !

Selon la mairie, c'est "utopique" de vouloir servir du bio aux enfants. "Vos enfants ne mangent jamais de Kinder ?", a-t-elle lancé à l'élue Modem.


Versions courtes :


Davantage d'aliments BIO dans les cantines scolaires de Puteaux grâce à l'opposition

BIOPUTEAUX

Grâce à l'intervention de l'opposition, la proportion d'aliments bio servie à nos enfants a augmenté depuis le début de l'année dans les cantines scolaires de Puteaux

En octobre 2017, je constate dans un tweet que les cantines scolaires de Puteaux ne servent pas de plat bio.

En novembre 2017, Bouchra Sirsalane, élue Modem, signe une tribune dans le journal municipal Puteaux Infos pour qu'au moins 20% d'alimentation bio soit servie dans les cantines scolaires de la ville.

Cette tribune est reprise sous forme d'un voeu de l'opposition présentée par Bouchra Sirsalane lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 14 décembre 2017 :

En séance, Joëlle Ceccaldi a refusé de soumettre ce voeu au vote des élus, car affirme-t-elle, la ville servirait déjà 30% de bio dans ses cantines. Bouchra Sirsalane lui a alors démontré que ce n'était pas le cas : le plus souvent, la ville se contente de proposer aux enfants un fruit bio, ce qui ne constitue pas la base d'un repas.

Suite à ce voeu de l'opposition, on constate qu'en ce début d'année 2018, la ville propose plus de bio dans ses cantines, sans atteindre 20% des repas et encore moins 30% comme a tenté de le faire croire la maire en séance.

Par ailleurs, dans l'enregistrement vidéo du conseil municipal, on constate que la maire de Puteaux, sans doute à bout d'argument, se montre très critique à l'égard de l'alimentation bio : "Le bio, c'est quinoa et tomate tous les jours" , se moque-t-elle. Elle affirme aussi que la viande bio ne serait pas saine (sic!).

On lui signalera que la cantine du CESE dont elle a été membre propose depuis longtemps 50% de bio et que c'est aussi l'objectif du gouvernement pour toutes les cantines scolaires de France.

C'est donc possible d'offrir de la nourriture de qualité, équilibrée et sans pesticide à nos enfants ... sauf à Puteaux, où nous restons encore, et malgré les efforts de l'opposition pour améliorer les choses, sous les 20% en moyenne mensuelle (en choix de plat, comme en calories). Nous continuerons à nous battre pour la santé et pour le bien-être de nos enfants, face à une équipe municipale aux vieilles idées et dépassée par le monde d'aujourd'hui.
Christophe Grébert