Ne privons pas les enfants d'activités culturelles durant Noël à Puteaux

Passerelle François Coty de Puteaux, un admirateur du fascisme

IMG_2761

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 février 2019, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud et sa majorité ont décidé de baptiser "François Coty" la nouvelle passerelle piétonne qui relie la ville à l'île de Puteaux.

François Coty (1874-1934) est un industriel et ancien sénateur corse aux idées d'extrême-droite.

Il a fondé, à la fin des années 20, l'Ami du Peuple, journal xénophobe et antisémite. Ce journal, qui tirait à un million d'exemplaires, a mené des campagnes violentes contre les juifs et contre les étrangers. Certains membres de son équipe ont fini par collaborer avec l'occupant allemand, note l'historien Laurent Joly. Celui-ci a écrit un article sur la convergence entre fascisme et antisémitisme dans la France des années 30 dans lequel il est question de François Coty.

En Corse, François Coty fonde le journal L’Eveil qui multiplie les phrases admiratives pour les réussites du fascisme et du nazisme.  Dans un article publié dans ce journal en mars 1933, à propos des allemands antinazis ayant trouvé refuge en France, il propose de les "parquer dans un camp de concentration où l’on pourrait surveiller de près cette vermine".

EMQFTM6XUAs5j6NUN "MUSSOLINI FRANÇAIS"

François Coty vouait une admiration sans bornes pour Mussolini qu’il finançait et auquel il aimait se comparer. Il est reçu chez le "Duce" en mars 2023. "Chez Mussolini", titre Le Figaro, dont il était propriétaire.

En 1933, il fonde un parti politique "Solidarité française", dont les militants portent chemises bleues, short gris, bottes, ceinturons et font le salut fasciste. Ce mouvement est dirigé par Jean Renaud, admirateur d'Hitler (photo ci-contre).

Les positions antisémites de ses journaux valent à François Coty de devoir émigrer à New York, écrit Le Monde.

A lire aussi : Un Portrait de François Coty dans Les Echos

Il n'est pas compréhensible que la municipalité de Puteaux ait choisi ce personnage controversé pour dénommer la passerelle piétonne

Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous avons refusé de voter cette délibération défendue devant le conseil municipal de Puteaux par l'UDI Robert Bernasconi :Capture d’écran 2019-12-14 à 10.06.14

Capture d’écran 2019-12-17 à 15.30.01

Commentaires