Previous month:
novembre 2019
Next month:
janvier 2020

décembre 2019

La maire de Puteaux dépense 130.000 euros pour sa carte de voeux 2020

Capture d’écran 2019-12-24 à 22.35.27

Lors du conseil municipal de Puteaux du 18 décembre 2019, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a annoncé que sa carte de voeux 2020 coûterait 130.000 euros.

Cette carte sera imprimée à 26.000 exemplaires, ce qui fait 5 euros l'unité. Interrogée sur l'opportunité d'une dépense aussi importante, Joëlle Ceccaldi-Raynaud n'a pas voulu répondre.

Face à ce gaspillage et en ce jour de Noël, nous avons une pensée pour Marie, cette dame âgée qui dort depuis 1 an dans sa voiture. Marie sera-t-elle soulagée de sa peine en recevant cette "très très jolie" carte ? Nous en doutons.


Ne privons pas les enfants d'activités culturelles durant Noël à Puteaux

6a00d8341c339153ef017ee5efab49970d-800wi

Pourquoi tous les équipements de la commune destinés aux enfants sont fermés pendant les vacances scolaires ? Les élus de Puteaux Bouchra Sirsalane et Christophe Grébert regrettent ce choix de la municipalité, alors que justement, pendant cette période de fête, enfants et parents pourraient profiter ensemble de ces nombreux équipements.

Voici un texte publié sur la page Puteaux Futur

PUTEAUX : NE PRIVONS PAS LES ENFANTS D’ACTIVITÉS CULTURELLES DURANT NOËL

A Puteaux, les équipements publics fréquentés par les jeunes putéoliens seront fermés pendant toutes les vacances scolaires.

La ludothèque, le palais de la médiathèque, la médiathèque Jules Verne, la halte culturelle Bellini, le naturoscope, le palais de la culture et le conservatoire resteront portes closes entre ce week-end et la rentrée scolaire, début janvier.

En cette période de fin d’année, beaucoup de jeunes putéoliens ne partent pas en vacances. Or, la ville leur offre pour seule activité une fête foraine payante (!) sur le parvis de l’Hôtel-de-Ville.

PortraitsCette décision est très regrettable. Notre ville a la chance de posséder de nombreux équipements culturels, mais ils sont souvent fermés au moment où les enfants n’ont pas école et que leurs parents et grands-parents pourraient profiter de ces équipements avec eux.

Nous appelons la municipalité à ne pas priver les enfants d’activités épanouissantes durant Noël, en ouvrant les équipements et les espaces culturels qui leurs sont destinés.

Les élus Bouchra Sirsalane (Modem) et Christophe Grébert (sans étiquette)

Puteaux au futur


Passerelle François Coty de Puteaux, un admirateur du fascisme

IMG_2761

Lors du conseil municipal de Puteaux du 21 février 2019, la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud et sa majorité ont décidé de baptiser "François Coty" la nouvelle passerelle piétonne qui relie la ville à l'île de Puteaux.

François Coty (1874-1934) est un industriel et ancien sénateur corse aux idées d'extrême-droite.

Il a fondé, à la fin des années 20, l'Ami du Peuple, journal xénophobe et antisémite. Ce journal, qui tirait à un million d'exemplaires, a mené des campagnes violentes contre les juifs et contre les étrangers. Certains membres de son équipe ont fini par collaborer avec l'occupant allemand, note l'historien Laurent Joly. Celui-ci a écrit un article sur la convergence entre fascisme et antisémitisme dans la France des années 30 dans lequel il est question de François Coty.

En Corse, François Coty fonde le journal L’Eveil qui multiplie les phrases admiratives pour les réussites du fascisme et du nazisme.  Dans un article publié dans ce journal en mars 1933, à propos des allemands antinazis ayant trouvé refuge en France, il propose de les "parquer dans un camp de concentration où l’on pourrait surveiller de près cette vermine".

EMQFTM6XUAs5j6NUN "MUSSOLINI FRANÇAIS"

François Coty vouait une admiration sans bornes pour Mussolini qu’il finançait et auquel il aimait se comparer. Il est reçu chez le "Duce" en mars 2023. "Chez Mussolini", titre Le Figaro, dont il était propriétaire.

En 1933, il fonde un parti politique "Solidarité française", dont les militants portent chemises bleues, short gris, bottes, ceinturons et font le salut fasciste. Ce mouvement est dirigé par Jean Renaud, admirateur d'Hitler (photo ci-contre).

Les positions antisémites de ses journaux valent à François Coty de devoir émigrer à New York, écrit Le Monde.

A lire aussi : Un Portrait de François Coty dans Les Echos

Il n'est pas compréhensible que la municipalité de Puteaux ait choisi ce personnage controversé pour dénommer la passerelle piétonne

Avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous avons refusé de voter cette délibération défendue devant le conseil municipal de Puteaux par l'UDI Robert Bernasconi :Capture d’écran 2019-12-14 à 10.06.14

Capture d’écran 2019-12-17 à 15.30.01


Pour une rue Georges Dardel à Puteaux

6a00d8341c339153ef016301225fdf970d-800wi

Lors du conseil municipal de Puteaux du mercredi 18 décembre 2019, avec ma collègue Bouchra Sirsalane, nous présenterons un voeu pour baptiser une rue, une place, un jardin ou un bâtiment public de Puteaux du nom de l’ancien maire Georges Dardel.

Né il y a 1 siècle, en 1919, et mort en 1982 à Puteaux, Georges Dardel a été maire de notre commune pendant 21 ans, entre 1948 et 1969. Aucun lieu de notre commune ne porte pourtant encore son nom. Nous proposons de lui rendre enfin cet hommage.

Il y a quelques années, j'avais contacté sa veuve. Voici ce que Chantal Dardel m'écrivait : "Mes enfants et moi sommes parfaitement d'accord pour un tel hommage. Nous le souhaitons même ardemment. Georges Dardel a apporté beaucoup à la ville de Puteaux. Il a mis Puteaux à plusieurs reprises à l'avant de la modernité. Tous les Putéoliens qui en ont profité seront, je le pense, d'accord".

Ancien cheminot, Georges Dardel s'engage très jeune en politique. Il est élu maire de Puteaux au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1948. Il occupe ensuite plusieurs autres mandats : sénateur de la Seine et membre du conseil de l'Europe.

Sur son initiative, en 1955, Puteaux se jumelle avec une ville allemande, Offenbach, située près de Francfort, ainsi qu'une ville britannique Tower Hamlets, située dans la banlieue de Londres. 10 ans seulement après la fin de la guerre, c'était un acte fort et très symbolique.

Européen convaincu, Georges Dardel avait organisé 1 an plus tôt, en 1954, à Puteaux, une grande exposition internationale sur "l'Europe à travers la commune". Les commerçants et les industriels de la ville étaient invités à présenter plusieurs pays européens autour de 3 thèmes : la culture, l'industrie et les écoles professionnelles.

Les années suivantes, les jumelages entre Puteaux et d'autres communes européennes vont se succéder : Esch-sur-Alzette (Luxembourg) , Mödling (Autriche) et Zemun (République fédérale de Yougoslavie) en 1956, Velletri (Italie) en 1958...
Par la volonté de son maire, Puteaux va s'investir pleinement dans ce mouvement du Jumelage dont le but premier était de promouvoir la paix entre les peuples européens.

Georges Dardel est resté maire de Puteaux jusqu’en 1969. Un très grave accident de la route, où il a failli perdre la vie, l’éloigne ensuite de cette fonction.

A l'occasion du centenaire de sa naissance, nous proposons qu'une rue, une place, un jardin ou un bâtiment public de Puteaux porte son nom. 

(Ce pourrait être le palais de la médiathèque situé en face de l'Hôtel-de-Ville. Mais un autre lieu pourrait être choisi).

Christophe Grébert