Le festival d'Art urbain "Rue Stick" à Puteaux déménagé durant le week-end... sur un parking
Le Programme local de l'habitat de Puteaux et Courbevoie : les mairies pensent aux promoteurs immobiliers plutôt qu'à la population locale

Eric Césari, président de l'interco de Puteaux-Courbevoie, porte plainte contre moi pour avoir filmé le conseil communautaire

Cesari-ceccaldiJe sors du commissariat de police, où j'ai été entendu suite à une plainte déposée par Eric Césari, le président de l'intercommunalité de Puteaux-Courbevoie. Celui-ci me reproche d'avoir filmé le conseil communautaire, ce qui est pourtant parfaitement légal !

Le policier m'explique que le procureur de la République de Nanterre a été saisi par le président de l'intercommunalité et que je pourrais être condamné à une amende pour non respect d'un arrêté signé en octobre 2014 par Eric Césari interdisant aux élus de l'assemblée communautaire de filmer les séances du conseil depuis leurs sièges.

Cet arrêté signé par Eric Césari est contraire à la loi

L’article L2121-18 du Code Général des Collectivités Territoriales est en effet très clair : « Les séances des conseils municipaux sont publiques ». Chacun peut donc assister mais aussi librement enregistrer les débats. Cette liberté de filmer vaut pour le public comme pour les élus. Et aucun règlement ou arrêté ne peut venir limiter cette règle de transparence démocratique.

J'imagine que ce sont avant tout mes articles qui déplaisent à Monsieur Césari et que c'est peut-être ce qui me vaut cette procédure judiciaire :

Eric Césari, mis en examen dans l'affaire Bygmalion, me dénonce au procureur de la République

VIDÉO : Comme à Puteaux, Eric Césari ne veut pas de caméra au conseil communautaire

Eric Césari, le président UMP de l'interco de Puteaux-Courbevoie, veut limiter les caméras au conseil communautaire

Mise en examen d'Eric Césari : "Il doit se mettre en retrait de ses mandats politiques"

Eric Césari, le président UMP de l'agglomération de Puteaux-Courbevoie, mis en examen dans l'affaire Bygmalion

Eric Césari, le président UMP de l'Interco de Puteaux-Courbevoie, placé en garde à vue dans l'affaire Bygmalion

Eric Césari, président de l'interco Puteaux-Courbevoie, licencié de l'UMP pour "faute grave"

Commentaires