Pour l'accès libre et gratuit de l'île de Puteaux (voeu de l'opposition au conseil municipal)
Conseil communautaire de Puteaux-Courbevoie : le discours lénifiant d'Eric Cesari (1ère partie)

Eric Césari, mise en examen dans l'affaire Bygmalion, me dénonce au procureur de la République

ProcureurLors du conseil communautaire de Puteaux-Courbevoie d'octobre dernier, j'ai filmé la séance. Le président UMP Eric Césari, mis en examen dans l'affaire Bygmalion, a essayé de me l'interdire. J'ai refusé de céder à son injonction. Celui-ci m'a dénoncé au procureur de la République !

Le procureur de la République de Nanterre vient de m'envoyer un courrier (cliquez sur l'image pour la voir en grand). Visiblement, il fait le service minimum : "Votre qualité d'élu me paraît peu compatible avec un tel comportement".

Mais en réalité... ce message s'adresse-t-il à moi ou à l'ancien directeur de l'UMP licencié pour faute grave... Son comportement est-il digne d'un président d'une communauté de 120.000 habitants ?

Selon un article de Marianne à paraître demain, la trésorière de l'UMP a confirmé à la justice la double facturation des frais de campagne de Nicolas Sarkozy et le rôle crucial dans ce montage frauduleux d’Eric Cesari :  "il avait un pouvoir administratif de décision, a-t-elle dit aux enquêteurs. Il vérifiait les devis et me demandait régulièrement les justifications des dépenses. Je précise que j’avais affaire hiérarchiquement à Eric Cesari." D’après elle, il n’ignorait rien des factures de la société Event & Cie – la filiale de Bygmalion chargée de l’organisation des meetings. Rien non plus des dépassements considérables des coûts de la campagne et de leur règlement par l’UMP". 

C'est peut-être plus grave tout cela que de brancher une caméra pour enregistrer une réunion publique ? Non ?

Commentaires