Les questions qui seront posées au maire de Puteaux lors du conseil municipal vendredi 19 décembre
Eric Césari, mise en examen dans l'affaire Bygmalion, me dénonce au procureur de la République

Pour l'accès libre et gratuit de l'île de Puteaux (voeu de l'opposition au conseil municipal)

15648005981_335dda49aa_z

Lors du conseil municipal de Puteaux, vendredi 19 décembre 2014, l'opposition présentera un voeu pour réclamer un accès libre et gratuit au parc de l'île de Puteaux, fermé depuis fin octobre sur décision du maire.

Voici ce voeu commun qui sera soumis au vote de l'assemblée communale vendredi :

"Fin octobre, le maire de Puteaux a décidé sans avertissement de fermer la grille d’accès à l’île de Puteaux depuis le pont de Neuilly, privant ainsi  promeneurs, sportifs et salariés de l'accès direct au Pont de Puteaux et à l'Ile

Cette décision est justifiée par des dégradations de l'espace public. Ces dégradations semblant ne pas avoir fait l'objet de plaintes écrites, ni par conséquence d'enquêtes, en leur absence, nous ne pouvons à ce stade prendre ces allégations au sérieux.

Le préjudice de circulation est si grand que les riverains et usagers se sont mobilisés, allant même jusqu'à interpeller le Préfet. Devant l'ensemble de ces protestations, le maire de Puteaux a décidé de rouvrir cet espace à partir du mois de janvier, mais en en faisant payer l’accès.

Nous protestons devant l'incohérence de cette décision, qui ne manquera de générer d'autres gênes pour les usagers. Parce que l’île de Puteaux est un espace naturel de loisirs et de promenade dont l’ensemble de la population doit pouvoir le plus librement possible profiter, nous invitons la ville de Puteaux à revenir à un accès libre et gratuit, et à renforcer la surveillance de l'île.

Utiliser les agents locaux à faire respecter le patrimoine commun nous parait plus responsable et plus éducatif que d'affecter les mêmes agents à la perception d'un droit de passage, qui ne manquera pas d'être contesté.

Nous invitons aussi la ville de Puteaux, si elle estime qu'il y a partage légitime de responsabilité sur son île, à engager une discussion avec les villes voisines plutôt que de procéder par la politique du fait accompli".

Commentaires