Previous month:
décembre 2010
Next month:
février 2011

janvier 2011

Cinéma "Le Central" de Puteaux : un nouveau gouffre financier pour la ville

4980226812_9bcb33a1b2 Lors du conseil municipal de Puteaux du 14 décembvre 2010, le maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud a communiqué aux élus le bilan des délégations de service public pour l'année 2009 (Question 57 de l'ordre du jour). Je me suis penché sur la délégation du cinéma "Le Central". Ce cinéma communal est largement subventionné. Au total, pour chaque place vendue, la ville supporte une vingtaine d'euros de subventions directes et indirectes ! D'où un bilan nécessaire en effet.

Lire le texte de mon intervention en séance sur www.grebert.net


Un casse à la mairie de Puteaux

3449817284_6f4161a935 La police enquête sur un vol commis dans la nuit de vendredi à samedi à l'Hôtel-de-Ville de Puteaux. Des inconnus ont pénétré dans des bureaux et ont notamment dérobé les appareils photos numériques du service de l'état-civil, ainsi qu'un ordinateur du service petite enfance.

Mise à jour 18 janvier : Le Parisien des Hauts-de-Seine a publié ce matin un article sur ce "Cambriolage à l’hôtel de ville de Puteaux" :

"Des appareils photo numériques et des ordinateurs ont été dérobés, vendredi dans la soirée, à l’hôtel de ville de Puteaux, notamment au service de l’état civil. Les enquêteurs n’ont constaté aucune effraction. Et pour cause... Les cambrioleurs ont apparemment profité de la cérémonie des vœux donnée ce soir-là devant quelque mille cinq cents invités, pour s’introduire dans les lieux sans être inquiétés. L’histoire ne dit pas si les appareils contenaient des cartes numériques avec des photos d’identité, ni ce que contenaient les ordinateurs".

Il est tout à fait incompréhensible que les appareils numériques qui servent à l'état-civil et donc susceptibles de contenir des données confidentielles ne soient pas mieux protégés !

(photo : Flickr)


Le savez-vous ? Depuis le 1er janvier, les villes de Puteaux et de Courbevoie sont réunies en communauté d'agglomération

Epad Voici le texte de la tribune du groupe Alternance Puteaux qui sera publiée dans le numéro de février 2011 de "Puteaux infos", le magazine municipal :

Le savez-vous ? Depuis le 1er janvier, les villes de Puteaux et de Courbevoie sont réunies en communauté d'agglomération.

lire la suite sur www.grebert.net


Revue de Presse : "Puteaux va armer ses policiers municipaux" (Le Parisien)

11 Le Parisien, dans son édition des Hauts-de-Seine, annonce que "Puteaux va armer ses policiers municipaux". Le journal reprend une information publiée la semaine dernière sur MonPuteaux : "La ville de Puteaux achète 64 revolvers 38 special".

Dans l'article, Le Parisien me cite : j'explique que le maire de Puteaux n'a organisé aucun débat en conseil municipal sur ce sujet. "Faux" fait-elle répondre au journal, affirmant que la question avait été abordée dans le mensuel de la ville de novembre. Mais un article dans "Puteaux infos" ne suffit pas ! C'est lors du conseil municipal que le sujet aurait du être débattu. "La maire n’a aucune obligation à inscrire un débat sur l’armement de la police à l’ordre du jour du conseil", fait répondre Joëlle Ceccaldi au Parisien. Aucune obligation ? Le maire fait alors tout ce qu'il veut ? Ce n'est pas ma conception de la démocratie locale. Sur un sujet aussi important, les élus du conseil municipal auraient du être informés et consultés. Ce qui n'a pas été le cas. "La maire rendra compte au conseil, dans une communication, quand le marché sera signé", fait encore savoir Joëlle Ceccaldi au Parisien. Une simple "communication" une fois le marché signé... quelle déconsidération pour le conseil municipal ! Joëlle Ceccaldi-Raynaud est dans la "communication", pas dans l'action politique. Elle l'avoue elle-même. Enfin, le maire explique avoir pris la décision d'armer la police municipale "après le drame de Villiers-sur-Marne". Elle agit ainsi comme son mentor Nicolas Sarkozy : sur l'émotion, pour faire un coup. Mais l'action politique demande de la réflexion. Cela exige de prendre du recul sur les choses, surtout sur un sujet aussi grave que d'introduire dans notre commune 64 revolvers "38 special".