Previous month:
août 2010
Next month:
octobre 2010

septembre 2010

Les 3 questions orales du groupe Alternance Puteaux pour le conseil du jeudi 30 septembre 2010

Publié sur le site de Christophe Grébert :

6a00d8341c339153ef013484b85b95970c-800wi Voici ci-dessous les QUESTIONS ORALES qu'"Alternance Puteaux", le groupe des élus MoDem et Verts,  posera au maire lors de la séance du conseil municipal du jeudi 30 septembre 2010. Ces questions sont celles de Putéoliens. En tant que groupe d'opposition, nous avons en effet fait le choix de donner la parole aux citoyens pendant le conseil. C'est le moyen que nous avons trouvé, à notre niveau, d'introduire un peu de démocratie participative. Vous pouvez nous envoyer vos questions à notre adresse : alternanceputeaux@gmail.com

Voici les 3 questions :

- De 2 putéoliens demeurant boulevard Richard WALLACE :

Cet été, des travaux de rénovation des rues du « Vieux Puteaux » ont été réalisés (rue Colin, rue Saulnier, rue Pitois, etc). De beaux trottoirs bien larges ont été faits. Mais en contrepartie environ 60 places de parking ont été supprimées.
C'est un supplice de devoir utiliser la voiture, car c’est toujours la même question : "Comment vais-je faire pour me garer à mon retour et combien de temps vais-je mettre" ? En effet, on met souvent une heure pour se garer dans notre zone de stationnement résidentiel !
Qu'est ce que vous proposez Mme le maire comme solution de stationnement pour les résidents du secteur « Vieux Puteaux » et pourquoi vous n'autorisez pas les habitants du quartier à se garer dans le parking « Mars et Roty » au tarif résidentiel ?

- De Claudine :

Des escaliers permettent de passer sous le boulevard circulaire pour rejoindre le parvis de la Défense depuis le centre de Puteaux, en passant par le cours du Maréchal Leclerc et (ou) la rue E. Vaillant. Implantés entre le collège Anatole France et un atelier municipal, ils sont très empruntés par ceux qui vont de la Défense vers le centre de Puteaux et inversement. On peut penser qu'ils seront encore plus utilisés lorsque le groupe d'immeubles d'habitation en cours de construction le long du cours Leclerc et de la rue Vaillant seront achevés. Ce cheminement piétonnier est une réussite.
Cependant il pourrait être nettement amélioré s'il était  accompagné d'un escalier roulant, voire d'une rampe inclinée. Un investissement de ce type permettrait notamment à ceux qui se déplacent avec un caddy rempli ou avec une poussette d'utiliser également ce trajet (penser aux mamans de plusieurs enfants, qui vont avec un petit chercher un aîné à l'école de la République que fréquentent notamment les enfants de la tout Eve). Or c'est impossible actuellement en raison de la pente. Aujourd'hui, pour ces usagers, il est nécessaire de faire un détour et d'emprunter la voirie routière passant sous le périphérique, laquelle est peu agréable et de surcroît dangereuse, car les automobilistes ont tendance à y circuler trop rapidement.
Est-il question d' aménager  un escalier roulant ou un plan incliné ? Si non, cet investissement pourrait il être réalisé ? A quelle échéance ?

- De Karine :

Ancienne habitante de Puteaux, je vous écris car j'ai toujours une amie, mère de 2 enfants qui habitent Puteaux. Son aînée va effectivement sa première rentrée scolaire à l'école maternelle, et on lui a dit qu'elle ne pouvait pas inscrire sa fille à la cantine car elle ne travaille pas. Je trouve ce refus injuste, la mairie en a t-elle réellement le droit ?
Comment les mères au foyer qui souhaitent retrouver une vie active, font-elles ?
Je trouve que ce refus est une forte discrimination pour les femmes, car bien sûr plus rares sont les hommes qui iront chercher les enfants pour les faire manger à la maison.
Le prétexte de "manque de place" a été invoqué. La mairie ne doit-elle prendre les dispositions nécessaires pour répondre au besoin des enfants et des parents ?
Dans ma commune, les mères au foyer peuvent inscrire leurs enfants à la cantine. Si la famille en a les moyens financiers, il n'y a aucune barrière...
Je vous remercie d'aider les familles et mères putéoliennes dans cette situation.


Le MoDem des Hauts-de-Seine en force à l'Université de rentrée de Giens

Publié sur le site de Christophe Grébert :

5026592241_92d1c5d0d8_b

Ce week-end, avec d'autres militants du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine, j'ai participé à l'Université de rentrée du MoDem sur la Presqu'ile de Giens, dans le Var. 3 jours de débats et de rencontres d'une qualité exceptionnelle.
J'ai trouvé le parti centriste rassemblé et des militants démocrates concentrés sur un objectif : "tirer vers le haut la politique", pour reprendre une expression de François Bayrou.
Dans son discours de clôture
, le président du MoDem a appelé de ses voeux "3 révolutions" pour changer la société française en 2012 : " Vérité, simplicité et démocratie".
"La vérité n'est pas une vertu, a-t-il dit, c'est une politique". "Nous avons choisi d'être du côté de la vérité et de considérer les citoyens comme des égaux", a-t-il ajouté. J'approuve !

Vous pouvez retrouver l'ensemble des plénières de l'#URMODEM 2010 sur le site du Mouvement Démocrate.

(photo : Flickr)


Un rapport sur les HLM de Puteaux dénonce des irrégularités dans l'attribution des logements

34506499_0e5d5ae6bf Malgré une "situation financière confortable", l'Office public de l'habitat de Puteaux, présidé par le député-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud, "n'assure pas pleinement son rôle de bailleur social", son conseil d'administration "n'a pas délibéré sur sa politique d'attribution depuis 1995" et le contrôle de ses loyers "révèle plusieurs imperfections".

Voici quelques uns des constats de la Mission interministérielle d'inspection du logement social (La Miilos), organisme de contrôle dépendant du Ministère du logement, dans un rapport sur le point d'être rendu public.

(Mise à jour : téléchargez le  Rapport-Miilos-Puteaux-HLM-2010.pdf)

Un Office HLM pas si social

Les inspecteurs de la Miilos soulignent que l'Office "ne loge pas une population aux caractéristiques sociales très prononcées". L'OPH de Puteaux, écrivent-ils, s'est en effet retiré "volontairement des politiques de prises en charges des publics prioritaires", notamment par le déconventionnement des logements. Seules 17,4% des personnes hébergées dans les HLM de Puteaux touchent une aide au logement, contre une moyenne nationale de 49,4% ! La part des locataires ayant des revenus ne dépassant pas 60% des plafonds est de 42% contre 66% au niveau national.

Des relations difficiles entre l'Office HLM de Puteaux et le préfet des Hauts-de-Seine

"De nombreuses irrégularités ont été constatées dans le processus d'attribution des logements et dans les relations avec le représentant de l'Etat", constate le rapport. Le préfet des Hauts-de-Seine devrait disposer d'un contingent de près de 900 logements, dans le cadre des politiques en faveur des mal-logés. Or, dans les faits, il n'en dispose que de 592 sur le parc de Puteaux. "L'Office a ôté 320 logements du contingent préfectoral", écrivent les inspecteurs du ministère du logement. Dans son précédent rapport, en 2006, la Miilos avait déjà dénoncé un "non respect du contingent préfectoral et de l'accord collectif départemental en faveur du relogement des personnes défavorisées".

De nombreuses irrégularités et un flou total dans l'attribution des logements

En 2006, les inspecteurs avaient également constatés que des logements étaient "illégalement loués à des personnes morales" et que certains logements de fonction étaient "indus". Ces éléments n'ont été qu'en partie rectifiés, selon le rapport 2010. "Le conseil d'administration n'a pas délibéré sur sa politique d'attribution depuis 1995" (sic), constatent les inspecteurs. Le compte rendu annuel de la commission d'attribution "se limite à 3 lignes de chiffres sans commentaires". Il "ne permet pas aux membres du conseil de se faire une idée de la population nouvellement accueillie ni du rôle social joué par l'office", notent avec candeur les inspecteurs.

"Les procès-verbaux sont renseignés à minima : ils ne comportent bien souvent que le nom de famille de l'attributaire (sans prénom)". Un PV ne comporte que le nom sans état civil ni prénom, et les inspecteurs de souligner : "l'office logeant beaucoup de membres d'une même famille, cette pratique ne permet pas d'identifier clairement ce candidat". Ailleurs, les inspecteurs notent qu'une attribution de logement a été faite "sans passer par la commission d'attribution". Plus loin, ils constatent une attribution d'un logement HLMO à un couple dépassant de 50% les plafonds de ressources.

"L'étude des attributions sur plusieurs années montre que l'office ne respecte pas pleinement les critères généraux de priorité pour l'attribution des logements (..). L'office ne se met pas en situation, contrairement à sa mission d'intérêt général, d'accueillir les populations les plus fragiles", écrit la Miilos.

Des attestations illégales demandées aux nouveaux locataires

Les nouveaux locataires, ont constaté les inspecteurs de la Miilos, devaient signer une attestation sur l'honneur qu'ils n'avaient pas obtenu leur logement "en contre-partie de gratification ou de pourboire" (sic ! On se demande pourquoi un tel papier ????). Ils devaient aussi signer un document par lequel ils s'engagent à "prendre le logement dans l'état où il se trouve, sans réclamer à aucun moment, le remboursement des frais qu'il faudra engager pour des réparations ou améliorations". "Le bailleur social ne peut s'exonérer des obligations qui lui incombent en la matière", protestent la Miilos. L'office s'est engagé à supprimer la 1ère attestation et à "corriger" la seconde.

Des hausses de loyers supérieures aux recommandations gouvernementales

L'Office a procédé a des augmentations de loyers en 2006 (+2,3%), 2008 (+1,81%) et 2009 (+2%). En 2006, l'augmentation a dépassé la recommandation gouvernementale (+1,8%). "Compte tenu de la bonne situation financière de l'office, une telle augmentation ne se justifiait pas", écrit la Miilos.

Non respect du nombre de gardiens

La loi oblige à ce qu'il y ait 1 gardien pour 100 logements collectifs. L'Office de Puteaux, note la Miilos, ne respecte pas cette obligation. Avec 37 gardiens pour 5.237 logements, il manque une quinzaine d'agents. L'Office a répondu à la Miilos qu'il réfléchissait à confier des missions de gardiennage aux employé(e)s de ménage !

L'Office HLM de Puteaux ne construit plus

L'Office "n'a pas de stratégie patrimoniale, hors la gestion et l'entretien courant", constate la Miilos. Les HLM de Puteaux n'ont en effet construit aucun logement depuis 10 ans et a même procédé à la destruction d'un foyer de 30 places ou à des regroupements de logements. L'organisme doit se "projeter d'une façon plus dynamique dans son rôle de bailleur social, pour dépasser celui de simple gestionnaire de logements (..). Il présente une situation financière confortable qui devrait lui permettre de proposer une offre nouvelles de logements", écrivent les inspecteurs de la Miilos.

Les HLM de Puteaux en chiffres

Puteaux compte 11 bailleurs sociaux, qui gèrent au total 6.700 logements. Soit un taux de logements sociaux de 28% en fort recul depuis une décennie : ce taux était de 31,5% en 2006 et dépassait les 35% dans les années 90.
A lui tout seul, l'Office Public de l'Habitat (OPH) contrôle 78% de l'ensemble du parc social de la commune, avec 5.237 logements sur 29 résidences.
Sur la période 2006-2009, il y avait 1.300 demandes de logements en attente. 18%, soit presque 1 sur 5, ont été satisfaites.

Baisse continue du pourcentage de la part du logement social à Puteaux (De 35 à 28% en une dizaine d'années), absence de toute politique de construction nouvelle, flou total sur les attributions de logement, refus de participer aux politiques en faveur des mal-logés jusqu'à engager un bras de fer avec le préfet, hausse des loyers (et nous ne parlons même pas des charges !) malgré une situation financière confortable... Nous voyons bien, à travers ces quelques éléments, quelle est la politique du président de l'Office, par ailleurs député-maire UMP de Puteaux. Il s'agit d'une gestion très idéologique. Et, refusant de faire du logement véritablement social, Madame le maire ne fait plus que du clientélisme.
Christophe Grébert


Posez une question au député-maire UMP de Puteaux

1495163529_ca7dc23000 Un conseil municipal aura lieu à Puteaux jeudi prochain (30 septembre 2010). A la fin de la séance, les élus du groupe d'opposition "Alternance Puteaux" ont le droit de poser 3 questions orales au maire. Celui-ci est tenu d'y répondre publiquement.
C'est un principe qui nous avons adopté dès le début de notre mandat : ces 3 questions sont celles de Putéoliens. Notre objectif est de faire entendre les citoyens au conseil municipal. Ou comment faire de la démocratie participative dans une commune où la majorité municipale décide de tout, tout le temps et toute seule.

Envoyez votre question à : alternanceputeaux@gmail.com

ou directement à mon adresse : christophe@grebert.net

(photo : Flickr)