Troublant : quand la ville de Puteaux achète 2 fois le même terrain !
Le maire UMP de Puteaux veut faire interdire le film "Tout ce qui brille"

Des artistes des Rencontres Musicales de Puteaux attendent toujours d'être payés

Publié sur le site de Sylvie Cancelloni :

14443_210892518941_210887278941_4066820_3163783_n

Des informations nous parviennent faisant état d’un défaut de paiement des artistes qui se sont produits à l’occasion des Rencontres musicales de Puteaux, en décembre dernier. Près de 4 mois après la manifestation culturelle, plusieurs interprètes n’ont pas été payés, malgré plusieurs relances auprès du maître d’œuvre de la ville, l’association Musicarte.

Figure ainsi dans les rangs une personnalité telle que Maître Gabriel Bacquier, qui avait accepté, de bonne grâce et sans négocier, de remplacer au pied levé Madame June Anderson pour l’animation d’une Master Class. Quand il demande à Musicarte le règlement dû, il lui est répondu qu’il y a eu erreur sur le montant : c’est une somme substantiellement allégée qu’il accepte, en grand seigneur… mais qu’il attend toujours. Il en est de même pour les artistes qui ont participé au concert du 11 décembre, hormis le très socialement talentueux chef d’orchestre Marco Guidarini, ami de Madame Musicarte, et Smaïn.

L'affaire concerne directement les contribuables putéoliens, puisque cette association Musicarte est très largement financée par la ville et que les modes d’enchaînement administratif font que lorsque Puteaux subventionne, le Conseil général et la Caisse des Dépôts s’y mettent aussi. Musicarte a ainsi collecté 160.000 euros d'argent public en 2009. De quoi, par conséquent, payer les artistes.

Nous avions déjà pointé l'opacité de Musicarte qui existait autrefois sous la forme d’une société de production confidentielle et qui s’est reconvertie en association, recevant des subventions publiques. Ce type de structure culturelle à la recherche d’effets d’aubaines n'est pas rare : on croit y voir une grande activité, de magnifiques distributions, des carnets d’adresses très mondains. Mais le tout se perd souvent dans des dédales manquant de transparence.

Que notre ville achète des spectacles, des prestations culturelles, façon Musicarte, des tableaux ou des portes du 21e siècle, l'argent public doit être utilisé à bon escient, avec un souci de responsabilité et dans le respect des contrats passés. La façon dont nous travaillons avec nos prestataires, culturels ou autres, dit quelque chose de ce que nous sommes. Un caprice, une impulsion, un « coup d’amour » pour Madame Musicarte, ne suffisent pas à conduire une politique culturelle exemplaire.

Nous en appelons donc au maire de Puteaux pour que les artistes, qui ont honoré notre ville de leur confiance et ont contribué au rayonnement d’une manifestation portée par la municipalité, soient réglés pour leurs prestations.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale MoDem de Puteaux

Commentaires