Previous month:
janvier 2010
Next month:
mars 2010

février 2010

Au conseil municipal de Puteaux : "On va te mettre un manche dans le cul"

9n1ij La députée-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a fixé un conseil municipal vendredi soir, en pleines vacances scolaires. Il était facile de deviner que ce n'était pas la date idéale. Les élus de l'opposition, convoqués au dernier moment, étaient là malgré tout. En revanche, beaucoup d'élus de la majorité UMP, pourtant prévenus largement avant, étaient eux absents !  Si bien que le quorum n'a été atteint que grâce à l'opposition. Si nous avions quitté la salle, le conseil n'aurait pas pu avoir lieu.

Fébrile, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été contrainte de saluer la responsabilité de l'opposition. Cela ne changea pas son attitude sur le reste : elle m'a coupé le micro dès la première question de l'ordre du jour !  Il faut dire que je venais de signaler le fort absentéisme de l'UMP.

Le débat d'orientation budgétaire n'a pas pu aller jusqu'au bout : à ma remarque sur le fait que la majorité ne respectait pas son propre programme (elle s''était engagée à "doter chaque élève de CM2 d'un ordinateur portable avec accès internet", mais ne le fera pas), le maire décide soudainement de lever la séance.

Avec mon collègue vert, Bruno Lelièvre, nous nous retrouvons encerclés par des élus UMP vociférant. "On va te mettre un manche dans le cul", me lance Jean-Pierre Descroix, un UMP de Puteaux déjà connu pour d'autres propos homophobes.

Cette fois nous ne sommes plus simplement dans l'insulte, mais aussi dans la menace. Une main courante a été déposée au commissariat de police.

Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux


Les 3 questions orales d'Alternance Puteaux pour le conseil du 26 février 2010

Publié sur le blog de Christophe Grébert :

Voici ci-dessous les QUESTIONS ORALES qu'"Alternance Puteaux", le groupe des élus MoDem et Verts,  posera au maire lors de la séance du conseil municipal du vendredi 26 février 2010. Ces questions sont celles de Putéoliens. En tant que groupe d'opposition, nous avons en effet fait le choix de donner la parole aux citoyens pendant le conseil. C'est le moyen que nous avons trouvé, à notre petit niveau, d'introduire un peu de démocratie participative dans ces séances. Vous pouvez nous envoyer vos questions à notre adresse : alternanceputeaux@gmail.com

- De Khedidja :

Que propose le maire pour des personnes âgées, comme moi, en situation de précarité, vu le faible niveau de ma retraite actuelle, et qui ne peuvent plus assumer le montant exorbitant des loyers du parc privé. J'ai bien multiplié les demandes pour un studio en HLM, sans succès. J'habite Puteaux depuis 20 ans.

-  De Cédric :

J'ai une question simple concernant le "jardin des vignes", qui se trouve à côté de la gare SNCF : que signifie un jardin public qui n'est jamais ouvert au public ?

- De Sandrine :

J'habite rue Voltaire, coté rue Godefroy. J'ai une question concernant les poubelles de tri jaunes : pourrions-nous en avoir plus ? Par ailleurs, nous ne sommes pas entièrement convaincu du fait qu'elles soient "prises" à part des poubelles ménagères ?
Concernant le verre, pourrions-nous avoir un conteneur papier et verre, rue voltaire, mais coté Godefroy justement ? il y en a un sur le parking du théâtre, et rue voltaire côté Suresnes, mais ils restent loin pour le poids que cela fait.
Au début de la rue voltaire, un coin "déchetterie" s'est créé de lui même, faute de conteneurs poubelles adéquates. Cela prouve qu'il existe un besoin.

Alain Dolium propose de faire de La Défense (92) le plus grand éco-quartier d'Europe

Publié sur MaDefense.info :

4379672749_30cfe63eb3 Jeudi 25 février, Alain Dolium, tête de liste Modem en Ile-de-France, vient défendre les habitants des "Damiers", à Courbevoie, menacés d'expulsion par le Plan de Renouveau de La Défense. Le candidat démocrate propose un projet de rénovation beaucoup plus ambitieux pour La Défense, afin d'en faire le plus grand éco-quartier d’Europe.

Le cas des habitants des Damiers, locataires de Logis Transports, filiale de la RATP, qu’on cherche à faire partir d’un site exceptionnel au profit d’un promoteur privé (le groupe Hermitage), est emblématique du développement de La Défense : du logement social et intermédiaire détruit au profit de bureaux, d'hôtels et de logements de luxe ; un délogement qui ne profite qu’aux promoteurs, sans contreparties sérieuses, ni plan de relogement clair. Le gouvernement laisse agir l’EPAD (Etablissement Public d'Aménagement de la Défense) et Logis Transport est complice de ces méthodes.

Les Damiers, aujourd’hui... et qui d'autre demain ? La résidence Lorraine, place des Corolles, la résidence de l’Ancre ? Les immeubles d’habitation du quartier Gambetta intégré dans le périmètre de l’OIN (extension envisagée de La Défense, jusqu’aux rues de l’Abreuvoir et de Strasbourg à Courbevoie) ?

La rénovation du quartier d’affaires est nécessaire, mais l’extension actuelle n’est pas maîtrisée et ne construit pas une ville durable. Elle accentue le déséquilibre de la région et la dégradation de la qualité de la vie en Ile-de-France. Elle maltraite les habitants.

La Défense doit cesser d’être seulement un quartier d’affaires, surplombant les villes alentours et générant de longs trajets pendulaires. Ce territoire doit devenir un bassin de vie, pôle d’équilibre au sein de la Région.

Alain Dolium propose donc une rénovation de La Défense beaucoup plus ambitieuse, afin de faire de ce territoire de l'Ouest parisien le plus grand éco-quartier d’Europe.

Un tel projet nécessite une vraie mixité sociale, culturelle et générationnelle. Une mixité des usages, également. Il nécessite encore, et surtout, une gouvernance différente, impliquant les habitants.

Ce projet doit être porté par une véritable intercommunalité, associant l'ensemble des communes de La Défense, sur un projet urbain équilibré, co-construit et partagé. Un projet de vie respectueux des habitants, et non un projet de tours.

La Région pourra soutenir cette intercommunalité par un "contrat de territoire".

(photo : flickr)