Conseil municipal de Puteaux : les dossiers de la séance du vendredi 26 février 2010
Le MoDem de Puteaux dans la campagne régionale

Budget 2010 à Puteaux : Joëlle Ceccaldi-Raynaud continue ses dépenses

Publié sur le blog de Christophe Grébert :

3449002995_6f4782532b Vendredi 26 février, s'est tenu un conseil municipal à Puteaux. Le maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud a présenté ses orientations budgétaires pour 2010. En séance, je lui ai rappelé ses promesses faites lors des élections municipales de mars 2008, car elle ne les respecte pas ! Un simple constat qui lui a fortement déplu. Voici le compte rendu de mon intervention : 

"Ce budget 2010 est particulier à plus d’un titre.

D'abord, il se fait dans une double incertitude : un contexte économique difficile et une réforme de la fiscalité locale dont on ne cerne pas encore tous les effets à moyen et long termes. On sait juste que cela va être très difficile pour notre commune autrefois si riche et qui pouvait se permettre de dépenser sans compter. Le « zéro euro de dette » que votre père et vous ont claironné tant d’années appartiendra bientôt au passé.

D’ailleurs, c’est votre père, Charles Ceccaldi-Raynaud, maire avant vous pendant 35 ans (on suppose donc qu’il sait ce qu’il dit), qui l’écrit : « l’Etat supprime la taxe professionnelle ; la péréquation va être majorée : les experts prévoient que la ville devra payer 50 millions d’euros par an ». Où allons-nous trouver ces 50 millions, sinon en augmentant les prélèvements ?

Ce budget 2010 est aussi particulier parce que c’est le 3e depuis votre élection. Nous sommes à votre mi-mandat. A mi-mandat, un maire peut déjà faire le bilan de ce qu’il a accompli, par rapport à ses promesses de campagne. Au 3e budget, et compte tenu des délais administratifs, réglementaires ou bien tout simplement matériels, ce sur quoi la majorité s’était engagée devrait être achevé, ou bien être en cours de réalisation, ou au pire être programmé. Nous allons voir que nous en sommes loin.

1 / Vous exposez dans votre rapport un contexte financier difficile.

C'est celui que les français connaissent tous : nous devons nous serrer la ceinture ; les revenus sont moindres, tout augmente, c’est la crise.

Cette situation ne semble pourtant pas vous inquiéter : les concours de l’Etat sont stables, dites-vous. La taxe professionnelle est supprimée, mais elle est intégralement compensée. « Le dispositif de réforme sera neutre pour les collectités », écrivez-vous.
Pourtant si 2010 et son régime transitoire permet encore à la ville de poursuivre une gestion insouciante, 2011 et 2012 voient s’annoncer de lourds changements.

Parmi ceux-ci, à un nouveau prélèvement dit de « péréquation » qui pèsera lourdement sur les comptes d’une ville gâtée par la présence d’entreprises de services, viendra s’ajouter celui prévu en faveur des « villes pauvres ». Et surtout l’échéance de l’intercommunalité, qui aura elle aussi une influence sur les recettes de la ville, s’approche à grands pas.

Avec, en plus de tous ces changements qui concernent toutes les communes de France, notre situation particulière de commune de La Défense : nous participons désormais à la gestion, et donc aux charges, du parvis, à hauteur programmée de 2 millions d’euros pour 2010. Mais combien de plus sur les prochaines années ?

« Puteaux entre dans une période de fin d’état de grâce », avons-nous écrit dans notre tribune de février dans « Puteaux infos ». Tout cela est programmé. C’est pour l’année prochaine et l’année suivante.

Pourtant, vous continuez à dépenser, comme si de rien n’était, en ne dégageant, ici ou là, que quelques millions pour permettre de poursuivre votre politique clientéliste.

Comment dégagez-vous ces millions ?

Sur le dos du personnel communal. Cela n’apparaît pas dans ce rapport, mais vous avez supprimé des dizaines de postes de contractuels. Vous parlez d’externalisation pour les structures petite enfance, pour ne pas parler de privatisation.

Sur le dos des locataires HLM ensuite. Aucun plan important de réhabilitation n’est engagé. Vous consacrez 2 lignes au logement dans votre rapport, en expliquant que la subvention à l’office HLM sera réglementairement appliquée.

Sur le dos des contribuables, vous créez et multipliez les nouvelles taxes, comme la taxe de séjour, 600.000 euros cette année, qui affectera essentiellement les entreprises. Rappelons aussi l'ubuesque taxe sur les déménagements.

Pour les autres taxes, certes le taux ne bougent pas, mais les bases augmentent. La facture augmente donc pour ceux qui payent des impôts, nous tous, directement ou indirectement.

Evoquons aussi l'augmentation des tarifs municipaux, qui sont un prélèvement déguisé.

Ces augmentations se cumulent avec des coupes dans les dépenses indispensables, pour pouvoir sauvegarder votre système clientéliste ou sécuritaire.

Vous prévoyez ainsi de construire un nouveau « palais », le nouveau conservatoire, et d’étendre encore le réseau de vidéosurveillance, qui nous a déjà coûté plus de 7 millions d’euros, soit 350 euros par foyer fiscal.

Vous annoncez également la création de nouveaux espaces verts, le fleurissement et l’embellissement du cadre de vie des Putéoliens. Nous ne doutons pas de votre passion pour ce sujet. Vous avez ainsi dépensé plus de 3 millions d'euros pour des fontaines depuis votre arrivée à la mairie !

Mais ce qui est choquant dans ce rapport d’orientations budgétaires, c’est l’absence d’orientations justement. J’ai lu ce que faisaient les autres majorités, à Courbevoie, Neuilly ou Suresnes (3 villes UMP) : elles affichent des directions, elles exposent leur politique : « voilà ce que nous voulons faire dans le domaine social, pour la petite enfance, pour les personnes agées, pour le développement économique, pour l’aménagement et l’environnement, pour le sport et la culture ». Vous, rien !

L’analyse est difficile : on essaye de deviner ce que vous voulez faire, dans quelle direction vous voulez aller. Vaine recherche.


2 / C’est d’autant plus important que nous sommes à mi-parcours de votre mandat 

et que je m’inquiète pour vous et pour ceux qui ont cru en vos promesses et ont voté pour vous : en effet, la presque totalité de votre programme n’est pas réalisée, ni même évoquée dans ce 3e budget.

- Vous aviez promis la « création de 2 maisons de retraites médicalises », rue Voltaire et aux Bergères. Pour ce type de structures, il faut 4 ou 5 ans pour les réaliser. Il aurait fallu donc lancer les projets dès 2009 ou cette année au plus tard si vous vouliez les inaugurer en 2013, dernière année de votre mandat. Vous ne pourrez donc pas respecter cette importante promesse.

- Vous aviez promis l’installation d’escalators dans les quartiers dénivelés. Les habitants les attendront.

- Vous aviez promis 4 parkings souterrains dans le centre-ville : les habitants et les commerçants les attendent. Et les attendront.

- Vous aviez promis de rendre l’île de Puteaux énergiquement indépendante. Pour un parc, c’est original. En attendant, vous avez créé un parking !

- Vous aviez promis d’installer des accès Wifi en libre service dans tous les parcs et jardins de la ville. Il n’en est rien.

- Vous aviez promis de "doter chaque élève de CM2 d’un ordinateur portable avec accès à internet". Or nous avons vu que Puteaux était loin derrière les autres communes sur le taux d’équipement informatique de ses écoles, malgré notre incroyable richesse. Ce soir, vous annoncez que vous ne respecterez pas cette promesse ! Vos électeurs peuvent se sentir floués.

- Vous aviez promis d’ouvrir une halte culturelle rue Gérhard. Là, c’est raté, en décembre, vous avez vendu le bâtiment qui devait l’occuper : une promesse que vous ne pourrez pas remplir. Dommage pour les habitants du quartier qui ont voté pour vous sur cette promesse. Ils ont été trahis.

- Là où vous n'avez pas trompé vos électeurs, c’est sur la ville en fête : « nous poursuivrons notre politique d’événements festifs… ». Effectivement, vous pousuivez ce gaspillage incensé, alors que les revenus de La Défense s'épuisent.

Madame le maire, menez une politique budgétaire plus rigoureuse, plus sérieuse, éliminez les dépenses fastueuses, réduisez le « bling bling », vous pourrez peut-être respecter certaines de vos promesses électorales réellement utiles aux putéoliens.

« Il y a encore de grandes et belles choses à faire pour notre ville », disiez-vous dans vos tracts électoraux en 2008. Et bien, dépêchez-vous, car il ne vous reste plus que 3 ans pour les faire ! Et pour cela, il faudra très rapidement que vous appreniez à compter".

Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux

Commentaires