Présidence de l'EPAD : le MoDem dénonce la mainmise de l'Etat UMP sur La Défense
Pas encore élue présidente de l'EPAD, Joëlle Ceccaldi fait une première bourde !

Présidence de l'EPAD : l'UMP se ridiculise en soutenant la candidature de Joëlle Ceccaldi-Raynaud

6a01116850d554970c011168683c9f970c-800wiDans Le Monde, cet après-midi, le député-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, annonce qu'elle est candidate à la présidence de l'EPAD, l'établissement public chargé de l'aménagement de La Défense.

"Je ne cherche rien, ni l'argent ni les honneurs (..) Tout ce qui est bon pour la Défense est bon pour Puteaux", déclare-t-elle notamment.

En soutenant cette candidature, l'UMP se ridiculise : à peine sortie de la polémique Jean Sarkozy, nous voici replongés dans le népotisme et ce qu'il y a de pire dans le "système UMP" des Hauts-de-Seine.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est aussi une "fille de...". Elue maire grâce au nom de son père, Charles Ceccaldi-Raynaud, à la tête de Puteaux pendant 35 ans et ancien président de l'EPAD (sic), elle lui fait aujourd'hui la guerre. Attaques et insultes pleuvent... dans des tracts, sur des blogs et jusqu'au conseil municipal. Le père et la fille se disputent indignement le pouvoir.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est aussi une "mère de..." : elle a imposé son fils Vincent lors de la dernière élection municipale. Ce dernier est maire-adjoint et président du groupe UMP au conseil de Puteaux. Le fils de Joëlle est surtout actif en séance pour insulter l'opposition.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est une élue UMP condamnée pour diffamation homophobe : en mai 2004, elle signe un arrêté municipal interdisant de prendre des photos des enfants dans les parcs considérant qu'il s'agit d'un "moyen d'approche", puis diffuse un texte pour expliquer que je suis connu des services de police pour photographier les enfants. Pure invention et terrible attaque ! L'objectif est simple : m'éliminer politiquement.
Malgré sa condamnation confirmée en appel et par la cour de cassation, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toujours refusé de s'excuser et à plusieurs fois redit qu'elle agirait de la même façon contre moi. Elle ne trouve d'ailleurs jamais rien à redire aux insultes homophobes lancées régulièrement en conseil municipal.

La justice s'intéresse aussi à la mairie de Puteaux à propos de l'attribution du marché du chauffage de La Défense. Un dossier d'instruction est en cours, dans lequel Charles Ceccaldi-Raynaud est mis en examen pour "favoritisme, recel d'abus de biens sociaux et corruption passive".

Joëlle Ceccaldi-Raynaud était la suppléante de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci était député. En 2005, elle refuse de démissionner pour lui laisser à nouveau la place. Nicolas Sarkoy voit rouge. Elle acceptera finalement contre un siège au Conseil Economique et social.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est redevenue députée ; un député classé dans la catégorie fantôme. Un siège désormais convoité par... Jean Sarkozy !

etc... etc...

Voilà donc une bien belle candidature ! Cela montre bien la volonté de mainmise de l'UMP sur le quartier d'affaires de La Défense. Peu importe le candidat (même le pire), pourvu qu'il ait la carte et que les comptes soient bien tenus.

Commentaires