Previous month:
novembre 2009
Next month:
janvier 2010

décembre 2009

MoDem et Verts de Puteaux défendent le commerce local face au manque d'ambition du maire

Publié sur le blog de Sylvie Cancelloni :

51555398_8a08303ab1Lors du conseil municipal du jeudi 10 décembre 2009, le maire de Puteaux a présenté (Question 21 de l'ordre du jour) un plan de redynamisation du commerce de proximité et de l'artisanat. L'incroyable indigence de ce plan et le manque d'ambition de la majorité ont conduit le groupe Alternance Puteaux (MoDem et Vert) a voter CONTRE ce dossier.

Voici le texte de l'intervention de Sylvie Cancelloni prononcée en séance qui explique notre position :

Quelle différence entre l’intitulé de ce dossier et la réalité de ce qui nous est proposé ! Quel manque d’ambition pour Puteaux !

Nous avons ici un dossier FISAC dont la caractéristique est qu’il permet de lever un financement public pour dynamiser le commerce de centre ville sur un plan de 3 ans. Il faut mettre le paquet, car, une fois tiré, le financement n’est plus accessible pendant deux ans. Le plan que vous nous proposez a donc une durée de vie de 5 ans. Sur cette durée, vous lancez un projet indigent circonscrit à la rénovation de la Cité artisanale et à un itinéraire balisé entre le théâtre et la Cité ! Il y a franchement de quoi désespérer…

Les financements FISAC proviennent d’une taxe prélevée sur les hyper et les grands centres commerciaux. Aucune ville ne mérite davantage l’aide FISAC que Puteaux, touchée depuis si longtemps par la concurrence de La Défense. Puteaux est particulièrement bien placée pour demander une aide maximale, elle qui a sacrifié son commerce de centre ville pour permettre le développement régional de celui de la Défense.

Vous aviez là une occasion inespérée. Comme d’habitude, plutôt que de penser le commerce et l’artisanat globalement à Puteaux, vous choisissez une approche sectorielle qui ne permet de dégager aucune stratégie commerciale  à l’échelle d’une commune, aucune politique de proximité, aucun gisement d’innovation.

Une véritable politique de dynamisation de centre ville ne consiste pas à racheter, ici et là, quelques fonds de commerce, à règlementer la vitrine de commerces déjà morts ou à créer une promenade balisée dans des zones de no man’s land.

Une véritable politique de dynamisation de centre ville intègre aujourd’hui les nouvelles technologies et se met à créer des plate-formes de service : un centre de commande par internet, un système de portage à domicile, des politiques de valorisation de la fidélité des clients, un rapport fluide entre trottoirs et rues (à la différence de ce que vous avez créé), des plans de formation des commerçants, une organisation croisée de parkings gratuits, de voiturier, de petits véhicules…

Une véritable politique de dynamisation de centre-ville s’intéresse aux besoins des personnes : âgées, seules et invalides ; aux personnes qui rentrent tard chez elles, ; aux jeunes et à leurs loisirs ; aux familles… Elle cherche à créer une proximité de services en rapport avec la vie des habitants et les caractéristiques de leurs quartiers. Elle s’inscrit dans la durée, et non la fantaisie d’un jour, faisant se succéder sans cesse des décisions contradictoires. Elle élabore une politique d’animation diurne et nocturne, entremêlant le commerce à la culture et à la vie des quartiers. Elle préfère à l’esthétique glacée ou aux évènements convenus décidés en mairie la vie tout court ! A quand enfin un vrai pub à Puteaux pour les jeunes et moins jeunes le soir ?

Il n’y a rien de tout cela dans ce rapport. Et pourtant vous nous dites avoir fait faire une étude… que nous n'avons d’ailleurs jamais vue. Si c’est pour aboutir à cela, vous auriez mieux fait de lire le programme Puteaux Ensemble, vous auriez fait au moins l’économie de l’étude !

Vous n’évoquez aucun élan, aucune concertation, aucun chantier. Savez-vous qu’il existe aujourd’hui des structures de gestion, des sortes de GIE qui mêlent, aux côtés de la ville et des commerçants (sont-ils même consultés ?) des acteurs aussi divers que  la Chambre de commerce, la Chambre des métiers, les associations des commerçants ? Vous n’envisagez rien qui puisse interrompre le face à face immuable entre le centre ville de Puteaux et La défense, pour créer un dialogue et  trouver les bonnes complémentarités. Quand on les cherche, on trouve ces complémentarités ! Vous êtes passée à côté de toute une série d’opportunités de financements par les Quatre Temps parce que vous avez manqué d’audace, de créativité et, disons-le aussi, de modestie. Car le fait que vous « pensiez » seule le développement de Puteaux est une véritable pauvreté pour la ville.

Vous mentionnez un animateur FISAC. Mais, avec un complément de salaire de la ville, c’est un "manager de centre ville" que vous pourriez avoir. Cela existe déjà dans une dizaine de villes des Hauts-de-Seine. Toutes les villes qui ont su dynamiser leurs centres sont passées par la création de cette fonction. Regardez Montrouge qui a su ressusciter son commerce de centre-ville en quelques années. Dans tous ces cas, les maires ne prétendent pas savoir tout faire et tout connaître. Ils font confiance, ils délèguent à de bons experts.

Vous faites une charte des commerces qui cherche à homogénéiser les devantures et enseignes à Puteaux. C’est gentil, mais ça ne va pas très loin. Vous ripolinez des devantures, vos agents harcèlent les commerces pour règlementer leurs vitrines. Mais je ne vois nulle part une politique de communication capable de construire une  identité visuelle du commerce à Puteaux. La signalétique, c’est bien, mais l’identité visuelle, c’est quand même drôlement plus intelligent !

Je trouve extrêmement regrettable votre absence de réflexion sur tous ces sujets. Je regrette aussi, puisque vous ne savez pas penser le développement commercial d’une ville, que vous ne le fassiez pas penser par quelqu’un d’autre. A Nanterre, juste dans la ville d’à côté, je vous signale pourtant l’existence d’une association très en pointe, Centre Ville en mouvement, qui est aujourd’hui la référence du développement commercial urbain et qui est, de plus, partenaire officiel de plusieurs ministères de l'actuel gouvernement.

Résultat : dans une ville endormie sur le plan commercial, vous stérilisez avec une opération timorée 5 ans de ce qui aurait pu être un véritable plan de reconversion. Et cela avec une grande légèreté puisque vous n’obtiendrez plus d’aide FISAC jusqu’en 2014 !

Je trouve cela impardonnable. C’est vraiment une occasion ratée

A qui profite l’indigence de ce plan ? On reprochait déjà dans le temps à votre père de soutenir le commerce de La Défense…

L’équipe d’Alternance Puteaux votera contre cette proposition. Et je vous demande de publier mon intervention dans le procès verbal de cette séance. Il serait en effet inadmissible que vous présentiez notre vote comme un « contre » au commerce de proximité, alors que c’est précisément vous qui faites le choix délibéré de le tuer.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)


La Croix-Rouge de Puteaux emménage dans ses nouveaux locaux

4178579517_6a9d12c979

4179343394_a2dd8bbe34 La délégation putéolienne de la Croix-Rouge française était installée depuis sa création, en 1943, dans les sous-sols de la mairie. Ces locaux sombres ne répondaient plus depuis très longtemps aux besoins de l'association.
Enfin une solution a été trouvée : 250 m2 au rez-de-chaussée de l'immeuble HLM du 2 route des Fusillés de la Résistance, à côté du rond-point des Bergères.

Les nouveaux locaux, mis à la disposition par la commune, ont été inaugurés samedi après-midi par la députée-maire, en présence des responsables départementaux de la Croix-Rouge et bien entendu des bénévoles - ils sont une cinquantaine à Puteaux - qui oeuvrent tous les jours en faveur des accidentés et des déshérités.

Un "espace Bébé-Maman" y sera lancé en janvier : des mamans en situation difficile seront reçues 2 fois par mois pour obtenir des conseils pratiques sur la manière, par exemple, de nourrir leur bébé... Elles recevront aussi, moyennant une participation symbolique, des aliments, des habits et des couches pour leur jeune enfant. C'est le 2e espace de ce type créé dans le département, après Boulogne-Billancourt, en partenariat avec Nestlé.

La délégation de Puteaux de la Croix-Rouge participera également à l'épicerie sociale qui doit être lancée dans notre ville. Joëlle Ceccaldi-Raynaud a annoncé que celle-ci sera ouverte d'ici 3 mois.

Vous avez quelques heures par semaine à offrir aux autres ? La Croix-rouge cherche des bénévoles. Rendez-vous sur le site de Puteaux : http://puteaux.croix-rouge.fr/

(photos : Flickr)


Les brèves du conseil municipal de #Puteaux (séance du jeudi 10 décembre 2009)

4154760699_320cc9586b Choses entendues lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 10 décembre 2009 :

- 25.000 cartes de voeux vont être imprimées par la mairie, à 3,48 euros HT l'unité, soit une dépense de 87.000 euros HT (plus de 100.000 euros TTC). "Chaque habitant aura la sienne", nous déclare Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

- Les élus du conseil municipal ne sont pas oubliés par le député-maire UMP : les dames auront droit à une statuette Lalique en cristal (à 160 euros) et les hommes à une carafe en cristal. Chacun reçoit également une boite de chocolat Chapon et un agenda. Au total, les cadeaux "de fin d'année" des élus se montent à près de 250 euros par personne payés bien sur le budget de la commune.

- La ville achète 1.500 exemplaires d'un livre « La Saga des automobiles » écrit par Gaston Garino, maire-adjoint UMP. Montant de la commande : 48.341 euros, soit 32 euros l’unité. "Ils seront donnés à des personnes qui s'intéressent au sujet", me répond Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

- La société Inexia Menighetti est chargée d'une "mission de programmation" du futur conservatoire municipal qui doit être construit Zac de Pressencé. Montant du marché : 50.740 euros. "Elle devra établir un projet culturel. Nous ne sommes pas capable de faire cela", admet Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Le maire construit des bâtiments et demande ensuite à une société extérieure de lui dire à quoi ils pourront servir !

- Le maire achète encore plusieurs "oeuvres d'art", dont une statuette en marbre représentant une "bergère". Prix : 9.000 euros. Nous demandons la mise en place d'une commission d'experts pour ces achats. "Chacun son goût", déclare Joëlle Ceccaldi. Oui, malheureusement...

- Joëlle Ceccaldi-Raynaud nous annonce que la prochaine édition de "Puteaux en neige" coutera 450.000 euros, alors que le montant dépassait 1 million d'euros les années précédentes. Comment a-t-elle fait ? "Nous avons obtenu du fournisseur un effort sur les prix", explique le maire. Ah bon ? Elle reconnait donc que la ville a gaspillé des millions d'euros pour rien les années précédentes ! Il suffisait d'obtenir le bon prix auprès du fournisseur.

- On nous soumet une liste de livres désaffectés des bibliothèques municipales. Le « Que sais-je » sur l’informatique et le droit est jeté au motif qu’il est "périmé". Je comprends maintenant pourquoi le maire a perdu tous ses procès contre les blogueurs ! :)

(photo : décorations de noël 2009, mairie de Puteaux, flickr)


Impossible débat au conseil municipal de Puteaux (séance du 10 décembre 2009)

4154760897_6926be28be

Le conseil municipal de Puteaux jeudi soir s'est à nouveau déroulé dans une ambiance houleuse : difficile pour l'opposition de pouvoir s'exprimer sans être interrompue par le maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud et/ou  les élus de sa majorité... Les vulgarités et les attaques personnelles fusent.
Le maire m'accuse par exemple de ne pas avoir participer au Téléthon le week-end dernier à Puteaux. Honte à moi ! Tout est bon pour salir et discréditer. Quitte à utiliser pour cela une opération de solidarité. J'ai participé au Téléthon, Madame le maire. Je ne vous ai pas attendu et vous n'avez aucune leçon à donner aux autres.
A la sortie, des personnes du public, venues pour la première fois assister au conseil, me font part de leur étonnement. Des jeunes étudiants sont choqués. Un Putéolien qui n'était pas venu depuis 3 ans me dit que rien n'a changé et salue notre "courage" ! Ainsi chaque mois, des Putéoliens découvrent le triste visage du "système ceccaldiste" : derrière l'air affable de Joëlle Ceccaldi, sorte de "petite mère du peuple" distribuant les cadeaux et organisant des fêtes, il y a une femme qui ne supporte aucune opposition et qui n'a qu'une vague idée de ce qu'est la démocratie. "J'ai été élu, je fais ce que je veux" (sic), nous assène-t-elle régulièrement. Nous (l'opposition) sommes de trop. Si elle pouvait, nous serions sans doute jetés hors des frontières de la ville !
A Puteaux, le fonctionnement à minima d'un semblant de démocratie est un combat de chaque instant. Les élus de l'opposition -bénévoles, rappelons-le- tiennent leur rôle, malgré tout. Déterminés.

(photo : décoration de Noël 2009, mairie de Puteaux, Flickr)