Législative à Puteaux-Neuilly : Nicolas Sarkozy fait faire un sondage
Transports en Ile-de-France : la cacophonie perdure (MaDefense.info)

Puteaux ou la fin d’un « paradis fiscal » !

Publié sur www.grebert.net :

3427431954_84b90fb39a_b-tiltshift Tribune du groupe "Alternance Puteaux" pour le numéro de mai 2009 de "Puteaux infos" :

Pendant longtemps, Puteaux a été un paradis fiscal. Grâce à la manne de la Défense,  nous avons pu financer tous nos investissements sans recourir à l’emprunt. Notre commune est l’une des seules en France à avoir zéro euro de dette. La majorité s’en approprie le mérite : elle n’y est pourtant pour rien. C’est le système fiscal, lié à la présence du quartier d'affaires sur notre territoire, qui a produit cette situation exceptionnelle.
Mais voilà, cet Eldorado disparait peu à peu : l’Etat cherche à se désengager de la Défense et envisage une réforme de la taxe professionnelle. Ces 2 décisions vont peser lourdement sur nos finances.
Au lieu d’anticiper cet avenir moins radieux par une modération de son train de vie, la majorité a décidé d’augmenter en 2009 toutes les dépenses, de fonctionnement comme d'investissement.
La maire a vu un beau conservatoire à Levallois-Perret ? Elle veut le même en mieux. Et hop, un « palais » de plus (12 millions d'euros) ! Elle veut assortir la ville à sa garde-robe ? Et hop, puits, fontaines et pots colorés pleuvent sur la ville ! Elle veut faire de notre vie une fête continue ? Et hop, cadeaux, réceptions et illuminations (3 millions d'euros) surgissent de son chapeau de bienfaitrice !
Pour payer tout cela, évidemment, il faut augmenter les impôts. La taxe foncière d’abord, qui va concerner les propriétaires, mais aussi les locataires, qui verront mécaniquement leurs loyers progresser. Ce n’est que le début…
Si nous ne voulons pas que Puteaux passe de statut de « paradis » à celui d’ « enfer fiscal », nous devons mener une autre politique fondée sur la transparence des décisions et la bonne gestion. Chaque euro dépensé doit l’être avec intelligence. Et là, il y a vraiment beaucoup à faire.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)

Commentaires