Previous month:
janvier 2009
Next month:
mars 2009

février 2009

L'étrange histoire d'une association de Puteaux : "Femmes en Avant"

Femmesenavant

C'est l'histoire d'une association baptisée "Femmes en Avant" animée par des personnes proches du maire de Puteaux. Créée le 21 octobre 2003, son but est de promouvoir le "rôle de la femme dans la société, la défense de ses intérêts et la lutte contre les préjugés et les atteintes aux droits des femmes". Noble cause au demeurant.

Alors que la majorité municipale a plusieurs fois refusé d'accorder des subventions à des associations arguant du fait qu'elles avaient moins d'un an d'existence,  "Femmes en avant" reçoit la somme de 2.000 euros le 19 décembre 2003, soit moins de 2 mois après sa déclaration en préfecture !
Cet argent doit notamment servir, nous dit-on, à la création d'un site internet.
Pourtant, entre 2003 et 2005, personne n'entend parler de cette association. En 2005, un site est effectivement ouvert... sur over-blog, une plateforme gratuite (sic). N'y seront au bout du compte publiés qu'une dizaine d'articles, de simples copier/coller d'autres sites web !
Coût  de réalisation de ce site : 0 euro. Temps consacré à sa réalisation : peut-être 1 heure ?
C'est la seule action connue de cette association subventionnée à hauteur de 2.000 euros d'argent public.
Finalement, le 14 décembre 2007, 4 ans après sa création, une déclaration de dissolution de l'association est déposée à la préfecture des Hauts-de-Seine (dissolution publiée le 5 janvier 2008 au Journal Officiel).

A nouveau, je pose la question : qu'est-ce qui a été fait de ces 2.000 euros ?
Christophe Grébert

(pour les personnes que cette affaire intéresse, les documents de déclaration -avec les noms des membres du bureau de l'association- et de dissolution sont à disposition en préfecture. Il suffit d'envoyer une enveloppe timbrée au services des associations pour en obtenir une copie)


Décès d'Hermann Deza, un jeune photographe de la scène soul parisienne habitant à Puteaux

N683571385_1642776_2809 Hermann Deza avait mystérieusement disparu le 26 décembre dernier. Je vous en avais parlé début janvier.
Malheureusement, ce qu'on pouvait craindre est arrivé : son corps sans vie a été retrouvé le week-end dernier à Asnières. Je ne connais pas les circonstances de son décès. Une enquête est en cours.

Hermann avait 33 ans. Vous pouvez voir son travail photographique sur son compte Flickr.

Un dernier hommage lui sera rendu cet après-midi (JEUDI 19 FÉVRIER) à 15h30 au Nouveau Cimetière d'Asnières, 19 avenue de l’Egalité.

J'adresse mes sincères condoléances aux membres de sa famille, ainsi qu'à ses amis qui durant toutes ces semaines se sont très fortement mobilisés pour le retrouver.
Christophe Grébert


Un cinéma ouvre à Puteaux : Le Central

CentralComme plusieurs communes des Hauts-de-Seine, Puteaux a désormais son cinéma municipal : "Le Central" ouvre ce mercredi au "palais" de la médiathèque.
Les plus anciens s'en rappelleront : "Le Central" était le nom du dernier ciné de la ville. Situé à côté de l'église, il a fermé au début des années 70 comme beaucoup d'autres salles de quartier.

Puteaux renoue avec un long passé cinématographique : la première salle ouvre rue Gerhard en 1896 !

Exploité par la famille de l'ex-Central, le nouveau cinéma proposera des films en version française. La programmation se veut "éclectique, afin qu'il y en ait pour tous les goûts", précise la mairie.
En semaine, il y aura 4 séances quotidiennes à 14h, 16h, 19h et 21h, et une de plus le week-end à 11h.
Le prix de la séance sera de 7,50 euros. Tarif réduit : 6 euros. Enfant : 5,50 euros. Abonnement : 5 euros. Séance de 11h : 4,50 euros.

A l'affiche pour cette semaine d'ouverture (du 18 au 24 février) :
- TWILIGHT : CHAPITRE 1 FASCINATION
- SLUMDOG MILLIONAIRE
- VOLT STAR MALGRE LUI

Je n'étais pas favorable à la construction de la Médiathèque à cet endroit de Puteaux. La majorité ceccaldiste a en effet concentré autour de l'Hôtel-de-ville une série d'équipements ("palais des congrès", "palais de la culture" et "palais de la médiathèque" !) qu'il aurait été plus intelligent de répartir dans différents quartiers de la commune.
Sur la création d'un cinéma de proximité, on peut trouver cela très bien. Tout le monde en effet ne va pas au ciné à La Défense ou à Paris. Il est pratique de disposer d'une salle près de chez soi, où l'on peut aller à pied avec des enfants. Par ailleurs, les tarifs y sont plus intéressants que dans les complexes, même si un effort supplémentaire aurait pu être fait : les Lumières à Nanterre et le Capitole à Suresnes sont un peu moins chers. Certains pourront regretter une première programmation avec 3 films américains et uniquement en VF. Mais on comprend qu'il s'agit de s'adresser au public le plus large.

Christophe Grébert

Conseiller municipal Modem de Puteaux