Rencontre entre Albert Jacquard et Jean Peyrelevade à Boulogne-Billancourt : l'économie peut-elle être humaniste ?
Le groupe "Alternance Puteaux" appelle à une modération des dépenses en 2009 - Conseil municipal du 13 décembre 2008 (2)

Retour sur la soirée Roberto Alagna au Théâtre de Puteaux

Publié sur www.sylviecancelloni.net :

274160994_3a0e2cae3c Les soirées musicales de Puteaux ont pris fin samedi soir sous le signe du show : le meilleur ténor français (il parait d’ailleurs que nous n’en avons qu’un), Roberto Alagna, en personne, est venu participer de tous ses feux à l’immense fête qu’est Puteaux tout entier au moment de Noël.
Dans une ambiance de kermesse, où les retardataires, nombreux, venaient lever des rangs entiers déjà abîmés dans le spectacle, la salle était pourtant loin d’être pleine. Etonnant puisque la France entière, par la voix des radios, était invitée aux festivités musicales de la ville.

Fringuant et comme « en famille », notre chanteur lyrique national nous a d’abord régalé de quelques poèmes musicaux : un texte déclamé par son pianiste, une reprise par l’artiste avec accompagnement au piano. Une partie un peu terne et longuette, où Victor Hugo, Lamartine et Verlaine peinaient à donner de la magie au talent de l’artiste.

La chansonnette sicilienne de la seconde partie est venue réveiller et donner un entrain nouveau au spectacle. Pourquoi pas ? Pavarotti s’est bien essayé lui-même, avec succès, à la chanson napolitaine populaire… Accompagné d’une bande de musiciens chevronnés de la mandoline, Roberto Alagna s’est lancé, avec un enthousiasme qu’il faisait partager à la salle, dans des roucoulades, pas de danse et boutades qui témoignent de ses grandes qualités d’animateur de revue musicale. La salle ne boudait pas son plaisir : applaudissements scandant les rythmes mélodiques, rires, acclamations. A tel point qu’on en perdait le fil du spectacle. A tel point que le ténor lui-même demandait à plusieurs reprises qu’on « enlève les moquettes du théâtre » pour en favoriser l’acoustique…

Un bon point aux musiciens qui l’accompagnaient, parmi lesquels deux putéoliens : un sans faute irréprochable pour le pianiste et le violoncelliste, un vrai savoir-faire pour le siciliano-corsico band.

Sur Roberto Alagna, je m’interroge : il est frais, charmant, drôle, bon enfant… Il est probablement une grande voix… Mais la durée du spectacle (une heure) et les choix musicaux de la soirée n’ont incontestablement pas permis d’en prendre la mesure. A 80 euros la place pour la moitié des sièges du THS, il y a peut être eu quelques désenchantements en fin de représentation…

Le clou du spectacle était encore à venir : avec l’entrain d’une meneuse de revue (il lui manquait l’escalier de Mistinguett et le « truc en plumes » de Zizi), Madame le Maire est montée sur scène et, dans un tableau très familial, a distribué avec générosité congratulations pour une manifestation inoubliable, médailles de la ville et accolades à tout un petit peuple artistique sorti des coulisses. Nul doute que le public étranger à Puteaux a dû s’en frotter les yeux d’étonnement. A-t-il répondu à l’invitation du Maire à la salle de venir terminer la soirée à la Mairie autour d’une coupe de champagne ? Je laisse à ceux qui y étaient le soin de nous le raconter…

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)

Commentaires