Comment la mairie de Puteaux a placé sous surveillance ma page sur Facebook !
Conseil de Puteaux du 16 octobre 2008 (4) : sur l'utilisation de notre Hôtel à La Clusaz

Conseil de Puteaux du 16 octobre 2008 (3) : toujours aucune évaluation sur la vidéosurveillance

Publié sur www.grebert.net :

2558412620_d1708651d4Lors du conseil municipal du jeudi 16 octobre 2008, le maire UMP de Puteaux a annoncé une extension du réseau local de vidéosurveillance, à l'occasion de la signature d'une convention entre la ville et l'Office HLM (Question 7 de l'ordre du jour).

J'ai fait l'intervention suivante :

La majorité municipale a décidé de créer à Puteaux un important réseau de vidéosurveillance qui nous a déjà coûté plus de 3.000.000 euros en investissement, sans compter les coûts de fonctionnement. Avant d’envisager son extension et d’engager de nouveaux investissements, nous souhaiterions qu’un bilan sur l’efficacité du réseau existant soit réalisé.

Le but de cette extension de la vidéosurveillance est, affirme la majorité, d’« améliorer la prévention contre l’insécurité urbaine » . Sur quels éléments s'appuie-t-elle pour dire que la vidéosurveillance améliore la prévention ? Jusqu’alors dans les exemples donnés par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, il était question de constats d’actes délictueux, pas de prévention de ces actes : la caméra n’empêche pas l’agression ; elle ne l’alerte même pas - car il faudrait en permanence des policiers derrière des écrans, ce qui est impossible - ; elle permet éventuellement –après coup- de constater quelques méfaits.
Les différentes études sérieuses sur la vidéosurveillance le disent : à elle seule, la caméra ne fait pas baisser le taux de criminalité.

Je suis favorable à l'utilisation des différents outils mis à notre disposition pour améliorer la qualité de vie des Putéoliens. La vidéosurveillance est un outil parmi d’autres qui a son utilité. Il est en particulier efficace dans les espaces publics fermés : les parkings, les souterrains (le quartier de La Défense est largement équipé de caméras avec raison). Mais encore une fois, la vidéosurveillance n’est pas la réponse à tous les problèmes. On pourra mettre des caméras partout, dépenser des millions d’euros pour cela, sans répondre au sujet qui nous préoccupe : assurer la tranquillité dans nos différents quartiers.
Pour cela, il faut aussi de la présence humaine. Nous sommes favorables à la réouverture d’un poste de police municipale rue Berthelot. Nous sommes aussi pour des tournées plus fréquentes de la police (municipale et nationale) en journée, comme en soirée.

Nous demandons donc, avant tout nouvel investissement, la réalisation d’une étude qui fasse le bilan du réseau de surveillance actuel et détermine avec précision les besoins supplémentaires. En attendant une communication publique de cette indispensable évaluation, nous nous abstiendrons sur tout nouvel engagement financier dont on ne nous aura pas démontré l’utilité.

Pour information, la ville a déjà dépensé pour son réseau de vidéosurveillance (Question 8 de l'ordre du jour) :
2.103.215 euros pour l’installation d’un réseau de fibre optique reliant les caméras au poste de surveillance
et 1.028.853 euros pour les caméras et le poste de surveillance.
Soit plus de 3 millions d'euros d'argent public... engagés pour quelle efficacité ? Nul ne le sait.

Christophe Grébert
Conseiller municipal MoDem de Puteaux

(photo : Christophe Grébert sur Flickr)

Commentaires