Compte rendu du conseil municipal de Puteaux du mercredi 9 juillet 2008
Gestion de La Défense : Joëlle Ceccaldi-Raynaud entendue par la commission des finances du Sénat

Quand Le Parisien dénonce la "claque" du maire au conseil municipal de Puteaux

Dans un article publié ce matin, Le Parisien des Hauts-de-Seine dénonce l'ambiance dans la tribune du public au conseil municipal de Puteaux. Insultes... allusions homophobes... Triste image donnée à notre ville par les supporters du député-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud :

«OCCUPE-TOI de ta femme plutôt ! » Rouge d'excitation, l'homme qui vient de proférer ces paroles est debout, au 3 e gradin des tribunes du conseil municipal de Puteaux, mercredi soir. Le message s'adresse à l'élu d'opposition Christophe Grébert (MoDem de Puteaux) qui vient de demander à la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud des précisions quant au montant élevé des poteaux installés sur les trottoirs, acquis par la municipalité pour empêcher les voitures de se garer. Dans les tribunes du public, situées en mezzanine et occupées dans leur totalité par une quarantaine de spectateurs qui ne perdent pas une miette du conseil, l'interpellation, loin de soulever l'indignation, provoque l'approbation et des rires en cascade.
« C'est la bande à Joëlle » Au premier rang, une femme se retourne vers le perturbateur, l'oeil complice et affectueux. En contrebas, séparés du public par une vitre étanche, les élus continuent de débattre comme si de rien n'était. « Vous me faites penser à la mouche du coche, monsieur Grébert », attaque la maire. Tonnerre de rires et d'applaudissements dans le public. « Elle est géniale ! » s'emporte une fan. La réponse de Christophe Grébert est inaudible. A Puteaux, cette scène, édifiante, n'a rien d'extraordinaire. A chaque conseil municipal, la même claque monopolise les places du public. Son but : applaudir à tout rompre dès que la maire prend la parole, hurler ou siffler dès qu'un élu d'opposition veut se faire entendre. Par moments, des insultes fusent, immédiatement suivies par des ricanements intempestifs. « C'est la bande à Joëlle, souffle une habitante à la sortie du conseil. A chaque séance, c'est le même topo. » Plus divertissant qu'un one-man-show, le conseil municipal de Puteaux.

Je vais alerter le préfet des Hauts-de-Seine sur cette situation inadmissible, en accompagnant mon courrier de ce compte rendu du Parisien : le maire de Puteaux est incapable de faire régner l'ordre dans la tribune du public, laissant ses supporters proférer des insultes homophobes contre un élu, mais le désire-t-elle et n'encourage-t-elle pas plutôt ces comportements ? Le passé ne plaide pas en sa faveur.
Christophe Grébert

Commentaires