Financement de l'UMP de Puteaux : Charles Ceccaldi pose de nouvelles questions
Puteaux 2008 : à la rencontre des Putéoliens, de Carré Vert aux Rosiers

Le sport à Puteaux : quand la ville a détruit son équipe de rugby

1387934140_ff647a8454"La ville de Puteaux soutient l'équipe de France de rugby", proclame des bandéroles déployées dans nos rues. Que ne l'a-t-elle pas fait de sa propre équipe de rugby ! En juin 2003, les dirigeants du club putéolien se réunissent pour dissoudre une association sportive vieille de 48 ans et organisent un enterrement symbolique devant la mairie.
A l'origine de cette disparition ? La décision du maire, Charles Ceccaldi-Raynaud, d'interdire aux clubs sportifs d'accueillir des "non putéoliens". Les équipes sont décimées. L'encadrement doit s'en aller.

"Nous sommes bénévoles. Nous payons une cotisation. Nous faisons du rugby avec notre coeur, pas avec de l'argent", explique un dirigeant, qui était licencié à Puteaux depuis 35 ans !
"A la mairie, ils font n'importe quoi ! On est là pour leur montrer. Même si ça sert pas à grand chose... parce qu'on va s'en aller", témoigne une joueuse de l'équipe féminine de Puteaux. Les championnes de France portent depuis les couleurs de Nanterre !
"Le maire est en train de saborder les sections sportives de Puteaux. C'est de la dictature, ni plus, ni moins. Contrairement à ce qu'il dit, les clubs n'ont jamais refusé d'intégrer un Putéolien dans leurs rangs" témoigne un "extra-Puteaux". Licencié depuis 17 ans à Puteaux, il a signé à Rueil. "Ca me fait vraiment mal au coeur".

L'année suivante, en 2004, Joëlle Cecaldi-Raynaud succède à son père à la tête de la mairie. Elle mène exactement la même politique vis à vis des clubs sportifs. Résultat, malgré ses millions, Puteaux ne compte aucune équipe dans les championnats nationaux. Les clubs sont vides. Les jeunes vont jouer ailleurs.

Avec mon équipe, nous nous engageons à mener une nouvelle politique en faveur du sport, à redonner leur liberté aux clubs, à encourager les initiatives, à favoriser la compétition principal moteur du "sport pour tous", à ouvrir notre ville sur l'extérieur et à favoriser l'intercommunalité pour donner plus de moyens à nos compétiteurs. Faisons de Puteaux une ville sportive et ayons des champions dont nous soyons fiers.
Christophe Grébert

(photo : Christophe Grébert sur Flickr)

Commentaires