Puteaux et Asnières : même combat... Manuel Aeschlimann multiplie les actes d'huissiers contre les blogs
Il y a 3 ans à Puteaux : le maire m'empêche d'assister à la seule réunion publique organisée sur le PLU

Condamnés pour diffamation, Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud font appel

Condamnés le 5 septembre dernier par le tribunal correctionnel de Nanterre pour diffamation et complicité de diffamation, Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud ont décidé de faire appel. Un autre procès aura donc lieu dans quelques mois devant la cour d'appel de Versailles.

Rappel de l'affaire :

La députée-maire UMP de Puteaux et le conseiller général UMP de Puteaux sont poursuivis pour avoir publié sur le site municipal de Puteaux un courrier adressé au préfet des Hauts-de-Seine laissant entendre que j'avais des penchants pédophiles.
En première instance, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été condamnée à 2.500 euros d'amende pour diffamation. Charles Ceccaldi-Raynaud a aussi été condamné à 2.500 euros d'amende pour complicité de diffamation. Ils ont par ailleurs été solidairement condamnés à me verser 3.000 euros de dommages et interêts. Le tribunal correctionnel de Nanterre a aussi décidé la parution, à leurs frais, d'un communiqué judiciaire sur le site municipal de la ville, ainsi que dans Le Parisien et le Journal du Dimanche.
Cette condamnation est suspendue, jusqu'au nouveau procès dont la date sera fixée prochainement.

L'appel des Ceccaldi-Raynaud, toujours défendus par Maître Jean-Marc Fédida, n'est pas une surprise. Ils ont aussi fait appel après ma relaxe en mars dernier dans l'affaire "mairie de Puteaux contre MonPuteaux et Le Parisien".
Cette affaire-ci sera rejugée le 15 novembre devant la cour d'appel de Paris.

Mon combat pour la liberté d'expression à Puteaux et sur le web continue...
Christophe Grébert

Commentaires