2002 Flux

Il y a 4 ans : en novembre 2002, la mairie de Puteaux me menace d'un premier procès

En novembre 2002 (MonPuteaux.com n'existe que depuis 6 mois), un huissier frappe à ma porte. Il me remet une "mise en demeure" de la mairie de Puteaux. Celle-ci me reproche d'avoir diffusé sur mon site plusieurs couvertures des "Puteaux Infos" et des affiches de manifestations municipales (la "fête d'Halloween", "Puteaux Danse", la "fête du sport", etc...).

"Ces diffusions sont de nature à porter préjudice à la ville", est-il notamment écrit. La mairie exige que je retire ces images "sans délai". A défaut, elle menace de saisir le juge "aux fins d'exécution forcée et de réparation de préjudices subi". "Pour l'avenir et d'une façon générale, ajoute le courrier municipal, la ville de Puteaux ne vous donne pas l'autorisation de diffuser sur votre site une quelconque oeuvre dont elle serait l'auteur au sens de l'article L.112.2 du Code de la propriété intellectuelle".

Je publie alors la réaction suivante :

"Cette mise en demeure ne trompera personne. Qui va croire que je porte préjudice à ma ville en reprenant sur mon site des affiches de manifestations publiques diffusées partout ! Personne ! la majorité municipale cherche tout simplement et par tous les moyens à me faire taire. Mais en m'empêchant de vous informer librement, elle apparaît comme un censeur. Et finalement, en me prenant pour cible, elle m'accorde de la crédibilité, ce qui est inattendue de sa part !"

4 ans après, la majorité municipale ceccaldiste n'a toujours pas changé ses méthodes : j'ai rendez-vous le 15 novembre prochain devant la cour d'appel de de Paris dans l'affaire "Mairie de Puteaux contre MonPuteaux.com".


Il y a 4 ans à Puteaux : des grilles contre l'invasion barbare

75894510_c271a7ab0b

Petit retour en arrière : en octobre 2002, il y a tout juste 4 ans, j'écris une note sur la pose de nouvelles grilles autour du square Williams Lévy, en haut du boulevard Richard Wallace : "Il faudra qu'on nous explique un jour l'intérêt de toutes ces grilles. Elles ne sont pas spécialement jolies, elles doivent coûter très cher et elles nous empêchent de pouvoir profiter pleinement des espaces verts de notre ville". Le lendemain, le maire de Puteaux, Charles Ceccaldi, répond sur le site internet de la ville : "Les partisans de désordre s'attaquent depuis quelques temps, sans doute en vue des échéances, aux grilles de protection et d'ornement. Ils voudraient que les jardins publics soient livrés au saccage et à la destruction. Ce sont les attilas de l'idéologie. La sécurité est l'alliée de la beauté. Deux notions combattues chez nous avec un déchaînement extrême en vue de la suppression de toutes les grilles. Les rêveurs peuvent rêver".
Ainsi donc ce jour là, j'ai compris pourquoi la majorité municipale UMP mettait des grilles partout : c'est pour éviter l'invasion barbare... Les attilas de l'idéologie (sic) n'ont qu'à bien se tenir !!!! :o))))

(photo : les grilles autour du parc du Moulin, Puteaux, Christophe Grébert sur Flickr)


En septembre 2002 à Puteaux : Joëlle Ceccaldi-Raunaud apporte son soutien à Patrick Balkany

Régulièrement, je vous propose de faire un tour dans les archives de MonPuteaux.com.
Il y a tout juste 4 ans, en septembre 2002, je signalais la réélection de Patrick Balkany à la tête de la mairie de Levallois-Perret.
Dans un article publié la veille du 1er tour dans LIBERATION, celui-ci se félicitait de ses nombreux soutiens... et notamment celui de la députée de Puteaux-Neuilly, suppléante de Nicolas Sarkozy.
Quelques jours avant l'élection partielle de Levallois, Joëlle Ceccaldi avait en effet diffusé un message dans lequel elle écrivait sur Balkany :


"Son retour à la mairie sera aussi triomphal que le retour de l'île d'Elbe (sic!). Seul, il peut sauver Levallois de la régression. Seul, il peut écarter l'orage qui menace la ville. Balkany appartient à ce petit cercle des hommes d'exception".

Tout cela est tellement vrai... Voilà une citation de Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui restera certainement à la postérité :o) A l'époque, j'écrivais : "Qui se ressemble, s'assemble" (ce n'est pas de moi).


1er mai 2002 - 1er mai 2006 : MonPuteaux.com fête ses 4 ans, malgré les efforts de la droite putéolienne pour le faire fermer

Express020204_1
Le 1er mai, jour du muguet porte bonheur et de la fête du travail, est un jour anniversaire pour MonPuteaux.com. Ce site a en effet été créé le 1er mai 2002, il y a tout juste 4 ans. Parmi les premiers sujets traités, des travaux rue Jean Jaurès et l'installation de palmiers (déjà). Rien de bien polémique ! Pourtant, très rapidement, "Pressions, menaces et insultes" ont commencé. La majorité municipale à l'époque dirigée par Charles Ceccaldi a refusé qu'un citoyen puisse s'exprimer librement et critiquer ses décisions.
Toutes les infos publiées entre 2002 et 2004 sont toujours en ligne sur monputeaux.free.fr, ainsi que les premières réactions des visiteurs.
Début 2004, MonPuteaux.com est devenu un blog : en 2 ans, j'ai publié plus de 2.000 notes et vous m'avez laissé près de 8.000 commentaires.
Aujourd'hui, MonPuteaux.com reçoit plus de 1.500 visiteurs quotidiennement, pour plus de 3.000 pages vues.
Comme son père avant elle, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire UMP de Puteaux et suppléante de Nicolas Sarkozy à l'Assemblée, tente toujours de faire taire MonPuteaux.com : elle a fait voter par sa majorité plus de 44.000 euros sur le budget de la commune en frais d'huissier et d'avocat afin de m'attaquer.
Mais après 2 ans de procédure, j'ai été relaxé par la justice. Ces 44.000 euros -l'argent des contribuables putéoliens- ont été dépensés pour rien. Et pourtant, Joëlle Ceccaldi vient de faire appel !
Rendez-vous donc le 1er mai 2007, pour les 5 ans de MonPuteaux.com, toujours là pour vous informer et pour vous permettre de commenter l'actualité de Puteaux, malgré les tentatives répétées des Ceccaldi -père et fille- pour faire disparaître cet espace d'expression citoyenne.

Depuis le début, mon message est le même : Puteaux mérite mieux que ces gens.

Christophe

(photo : article paru dans l'Express le 2 février 2004)