Censure de la maire Les Républicains de Puteaux : j'alerte le préfet des Hauts-de-Seine

6a00d8341c339153ef022ad3a68f68200d-800wi

Suite à la nouvelle censure dont j'ai été victime lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 13 décembre, j'ai alerté le préfet des Hauts-de-Seine pour lui demander l'annulation du conseil : 

Monsieur le Préfet,
Je vous alerte d'un nouvel incident survenu lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 13 décembre.
Madame la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud a une fois de plus refusé de répondre à mes questions orales et à soumettre au vote nos voeux.
Cette fois, le prétexte a été que je n'ai pas envoyé ces questions et ces voeux à la bonne adresse électronique. J'ai pourtant utilisé la même adresse que j'utilise depuis 10 ans pour communiquer avec la mairie et transmettre questions, voeux et amendements pour les séances du conseil municipal.
Ce n'est pas la première fois que la maire de Puteaux ne respecte pas l'opposition.
Notre expression est rendue impossible au conseil municipal.
C'est pourquoi, je vous demande d'agir et de décider l'annulation de la séance du conseil municipal du 13 décembre 2018.
Merci de m'informer des suites que vous entendez mener à ce signalement.
Respectueusement,
Christophe Grébert
Conseiller municipal de Puteaux


Nouvelle censure de l'opposition au conseil municipal de Puteaux

IMG_0726

Le conseil municipal de Puteaux était réuni ce matin à l'Hôtel-de-ville. J'ai décidé de le quitter, après avoir été encore une fois censuré.

La maire Joëlle Ceccaldi a en effet annoncé en séance qu’elle ne répondrait à aucune de mes questions, ni à mes voeux, sous le faux prétexte que je ne lui ai pas transmis préalablement ces questions et voeux sur la bonne adresse mail : celle de la mairie au lieu de son secrétariat (sic).

Je suis encore une fois censuré 🤬.

Il n'y aura donc aucune discussion sur le sort de Marie qui dort dans sa voiture ou sur les hausses incompréhensibles des taxes locales.

Aucune réponse sur les étranges attributions de HLM à des amis de la maire.

Il n'y aura pas non plus de réponse du maire à vos questions.

La démocratie représentative va à sa perte avec des élus comme cela. Ils détournent l’argent public. Ils méprisent l’opposition et donc les citoyens. Et la justice les laisse faire et même les protège.
Pourquoi se battre et faire comme si nous étions en République ?

Christophe Grébert


STOP aux augmentations systématiques des taxes et des impôts locaux à Puteaux

IMG_9420Lors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 13 décembre, je demanderai à la majorité d'arrêter d'augmenter systématiquement chaque année les taxes et impôts locaux. Je demanderai aussi que les tarifs des services municipaux (piscine, palais de la culture, conservatoire...) restent stables en 2019.

Voici le texte de mon intervention :

En avril dernier, nous avons alerté sur le fait que la taxe d’habitation et la taxe foncière de Puteaux allaient encore augmenter de 500.000 euros cette année, soit une hausse moyenne des prélèvements de 23 euros par famille putéolienne.
Ce mois-ci (en décembre), nous avons demandé aux Putéoliens, qui ont reçu leurs avis d’impôts, comment avait effectivement évolué leurs taxes locale cette année. Plusieurs nous disent qu’ils doivent payer 5 euros, 15 euros, 50 euros et même l’un nous dit payer 250 euros de plus, pour la seule taxe d’habitation.
Il n’est pas normal que dans une ville aussi riche que Puteaux qui dépense sans compter, qui gaspille tant, on demande en même temps aux habitants - mais pas seulement : les commerçants, les artisans, les entrepreneurs sont aussi frappés - de supporter année après année des augmentations systématiques des impôts et des taxes locales.
A l’approche du vote du budget 2019 de la ville de Puteaux, nous appelons la majorité municipale à cesser cette politique d’augmentation systématiques des taxes et des impôts.
Pour 2019, nous appelons à une baisse de toutes les taxes locales fixées par la municipalité. Nous appelons aussi à ce qu’aucun tarif (comme à la piscine, au palais de la culture ou au conservatoire de Puteaux) n’augmente.
Si des économies doivent être faites, nous proposons de réduire d’autant le budget du service communication de la ville et celui du cabinet du maire, ce qui représente une marge de plusieurs millions d’euros.

Christophe Grébert