ZAC des Bergeres Flux

Marchés publics : A Puteaux, les bonnes affaires d'une petite entreprise de BTP

30374063622_5038e27fe8_kLes travaux vont bon train sur le haut de Puteaux. A la limite de Suresnes et de Nanterre, la ville réalise un tout nouveau quartier. La ZAC des Bergères représente des centaines de millions d'euros d'investissement pour la ville et les promoteurs : 2.000 logements vont être construits, ainsi que 10.000 m2 de commerces, des milliers de m2 de bureaux et plusieurs grands équipements publics. Une petite entreprise de BTP, la CERP, déjà bien connue à Puteaux, et sa nouvelle maison mère NCN, y ont obtenu plusieurs marchés : un vaste groupe scolaire et un immeuble de 73 logements, en attendant plus.

Un très heureux hasard a voulu que ces 2 premiers chantiers se trouvent sur des parcelles voisines séparées par une simple palissade, comme on peut le voir sur cette photo :

Ncn-cerp-bergeres

A gauche, le terrain de la future école, chantier confié à NCN ; Et à droite, un immeuble du promoteur Nexity dont le gros oeuvre a été confié à la CERP.

Appréciée par la municipalité comme aucune autre entreprise de BTP, la CERP a réalisé ces dernières années de nombreux équipements publics pour notre commune, comme la synagogue de la rue Roque de Fillol, le parking souterrain de la résidence HLM Lorilleux (celui qui a valu 1 million d'euros d'amende à l'office HLM), le palais de la piscine sur l'ile, ou bien encore la rénovation du parking de l'Hôtel-de-Ville où une sortie handicapés a été oubliée, entre autres marchés publics.

Cerp-logoMais c'est la première fois que cette société de 15 millions d'euros de CA annuel, installée à Cormeilles en Parisis dans le Val d'Oise, obtient à Puteaux un marché important d'un promoteur privé, dans le cadre d'une ZAC dont les terrains appartiennent (et son revendus aux promoteurs) par la ville.

Avec son programme "Parc Allure", Nexity promet des "appartements d'exception et des maisons sur le toit, avec balcons, terrasses et solariums" :

Nexity-puteaux

A côté de cet immeuble, NCN, qui a eu la bonne idée de racheter la CERP en décembre 2015, obtient son premier contrat public avec la commune de Puteaux :

Ecole

Il s'agit de la construction d'un groupe scolaire. L'Ecole des Bergères est un immense chantier de 27 millions d'euros !

 Les 2 chantiers confiés à la CERP et à NCN signalés dans le magazine municipal "Puteaux infos" de mai 2016 : 

Bergeres-plan


La CERP et maintenant sa maison mère NCN obtiennent de nombreux marchés à Puteaux. Cela représente des dizaines de millions d'euros d'argent public. Nos impôts. Et, par rapport à toutes les autres entreprises de BTP (Spie Batignolles, Bouygues, Eiffage...), cette modeste société d'une cinquantaine d'employés est certainement celle qui réalise les meilleurs travaux pour le prix le plus raisonnable, dans les délais fixés, avec les techniques les plus fiables et sans pépins. Oui, vraiment, il n'y a pas à douter de cela, puisque la maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi, connue pour sa parfaite honnêteté, nous l'assure.

Affaire(s) à  suivre...


La maire LR de Puteaux veut réduire le nombre de HLM pour les familles pauvres

5085627413_32331c2807_b

Lors du conseil municipal de Puteaux du 8 avril 2016,  je suis intervenu pour souligner que le projet de nouvelle ZAC des Bergères, sur le haut de la ville, ne comportait que 20% de logements sociaux, dont une très faible proportion de logements véritablement sociaux : les PLAI. Au lieu de le regretter, la majorité municipale Les Républicains a menacé en séance de baisser encore plus cette catégorie de logements HLM destinés aux familles en situation de précarité !

Comme le taux de HLM est actuellement de 28% à Puteaux, j'explique en séance (vidéo 1) que ce projet de ZAC tel que la majorité LR l'envisage, va, par dilution, entraîner une baisse notable de la part des logements sociaux dans notre ville.

Dans sa réponse (vidéo 2), Vincent Franchi, le fils du maire, adjoint à l'urbanisme, me répond avec cynisme que la construction des PLAI pourrait encore être réduite dans notre ville, si l'Etat baisse ses dotations au budget de la ville (ce qui n'a rien à voir !). Sa déclaration provoque les applaudissements des élus Les Républicains, dont la moitié d'entre eux profite pourtant de HLM de la commune, comme j'ai pu le démontrer lors d'un énième procès du maire ! "On va y réfléchir", déclare Joëlle Ceccaldi-Raynaud à la suite de la déclaration de son fils. La solidarité, oui, mais pour eux seulement ! 

Je suis pour ma part favorable au maintien du taux actuel de logements sociaux à Puteaux, afin - en priorité - de résorber le logement indigne encore présent dans notre commune. Ce qui est une véritable honte quand on considère tous les gaspillages produits par l'actuelle majorité.


Le quartier des Bergères à Puteaux : une densification déjà visible

2015-04-24-17-32-30L'association citoyenne Puteaux pour vous a publié sur son site un article sur le lancement des constructions ZAC des Bergères sur le haut de la commune : 

"Plusieurs immeubles sont en construction à l’angle de la rue des Bas-Rogers et de la rue des Fusillés de la Résistance. Ces constructions assez hautes donnent un avant-goût de ce qui nous attend pour la future ZAC des Bergères située non loin de là. En effet, coupoles et rotondes sont bien au rendez-vous !"

LA SUITE A LIRE SUR PUTEAUXPOURVOUS.COM


Eco-quartier des Bergères à Puteaux : les propriétaires auront l'obligation de se chauffer au fioul

B8BSBz5CUAAgyMmLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité a adopté une convention de délégation avec le Sicudef, syndicat du chauffage de la Défense, pour assurer le chauffage urbain sur la ZAC des Bergères (Question 16 de l'ordre du jour).

Ce nouveau quartier, sur le haut de Puteaux, est présenté comme un "éco-quartier". Or, le Sicudef prévoit de faire appel à la société "Enertherm" pour produire le chauffage avec... du fioul.

Et contrairement à ce qui est promis dans la convention, les futurs propriétaires des Bergères n'auront en réalité pas la liberté de choisir leur réseau de chauffe : ils n'auront de fait pas d'autre choix que de se raccorder aux tuyaux du Sicudef et d'Enertherm, comme l'ont découvert les élus de l'opposition en interrogeant en séance le directeur du syndicat de chauffage (voir la vidéo ci-dessous). Seule alternative éventuellement possible : un chauffage individuel électrique, tout aussi peu écologique et plus cher !

"Nous faisons le choix des économies", justifie le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Autrement dit, en rendant de fait obligatoire le raccordement au réseau urbain au fioul, l'élue UMP impose aux futurs habitants de la ZAC des Bergères un mode de chauffage non-écologique. Même l'argument économique n'est pas recevable : si le mazout est moins cher aujourd'hui, qu'en sera-t-il dans 10 ou 20 ans ? Un investissement immobilier se calcule sur le long terme ! Les propriétaires n'auront pas la liberté de changer : ils dépendront du Sidudef pour se chauffer. 

Cette décision prise à 10 mois de la tenue à Paris de la conférence mondiale sur le climat est un non sens environnemental. Aucune énergie renouvelable ne sera utilisée dans cet "éco-quartier", dont les ventes, semble-t-il, s'effectuent par ailleurs difficilement.

Ecoutez l'intervention en séance d'Olivier Kalousdian, élu EELV du groupe d'opposition Puteaux pour vous, et les réponses du maire et du directeur du Sicudef :

EN LIRE PLUS SUR LA ZAC DES BERGÈRES ET SON SYSTEME DE CHAUFFAGE AU FIOUL

 


Une école à 27 millions d'euros à Puteaux... sans énergie renouvelable

Zac_bergere_vuearchi_referenceLors du conseil municipal du 19 décembre 2014, la majorité municipale de Puteaux a voté la construction sur la ZAC des Bergères d’un double établissement scolaire -maternelle et élémentaire - pouvant accueillir 600 élèves, auquel sera adjoint un gymnase (Délibération 8 de l'ordre du jour).

Cette nouvelle école sera intégralement chauffée aux énergies fossiles : gaz et fioul lourd !

Le démarrage des travaux est envisagé en 2016, pour une ouverture de l’établissement promise en septembre 2017, soit dans 3 ans. Le montant programmé des travaux est énorme : 27 millions d’euros. Pour ce prix là, rien n'est prévu pour assurer au moins partiellement l'autonomie énergétique des bâtiments. C'est pourtant la règle désormais pour ce type de construction.

En séance, le groupe d'opposition "Puteaux pour vous", par la voix de Bouchra Sirsalane, a déposé l'amendement suivant : 

“Ce nouveau groupe scolaire sera énergiquement auto-suffisant. Et son coût prévisionnel envisagé de 27 milllions d’euros sera réduit à 20 millions d’euros, ce qui correspond aux coûts constatés dans les autres communes de la région parisienne. L’argent ainsi non dépensés permettra de réduire les impôts des Putéoliens”.

Cet amendement a été rejeté par les élus de la majorité (UMP et ceccaldistes). Nous nous sommes donc abstenus sur cette délibération : le projet présenté est mauvais, il ne correspondant pas à ce qui se fait aujourd'hui en matière d'établissement scolaire. 

Nous sommes en effet allés voir les réalisations d'autres communes de la région :

- 8 millions HT à la Courneuve pour 16 classes + cantine + accueil de loisirs de 6 classes + 5 bureaux pour l’inspection académique. Le groupe scolaire Joséphine-Baker est remarquable par son architecture contemporaine : http://www.archicontemporaine.org/RMA/p-8-lg0-Construction-du-groupe-scolaire-Josephine-Baker-a-La-Courneuve.htm?fiche_id=2159

- 5 millions HT à Limeil-Brévannes, pour l’accueil de 330 enfants. Caractéristique du Groupe scolaire Jean-Louis Marquèze : il est zéro énergie. Une pompe à chaleur (COP=3,5) puise son énergie dans la chaleur des nappes phréatiques : on pompe l'eau chaude des nappes phréatiques en profondeur afin de chauffer à moindre coût les salles de classes. 800 m2 de cellules photovoltaïques sont installées en toiture et en façade pour subvenir aux besoins énergétiques de fonctionnement. Des capteurs solaires sur la toiture permettront le chauffage d'une partie de l'eau chaude sanitaire :  http://www.constructiondurable.com/pages/batimentdurable.php?id=64

- 12 millions HT pour le groupe scolaire Louise Michel à Issy-les-Moulineaux comprenant 14 classes, avec chaufferie géothermique et chaufferie gaz de secours, pompes à chaleur, puits canadien, ventilations double-flux pour en faire une école écologique : http://www.ekopolis.fr/realisations/groupe-scolaire-louise-michel-ecole-maternelle-et-primaire

Il est par ailleurs à craindre que comme d'habitude, Puteaux explosera le coût programmé de 27 millions, et qu'au final cet établissement scolaire, construit sur un modèle dépassé, reviendra à 40 ou 50 millions d'euros.

(photo : projet Zac des Bergères, mairie de Puteaux)


Rond-Point des Bergères à Puteaux : Des immeubles au ras des pavillons (Nadine Jeanne)

Publié sur le site de Nadine Jeanne :

10411252_10205164991352520_5802176293395307251_nLa vague d'expropriations qui a touché le rond-point des Bergères à Puteaux a fort heureusement épargné quelques rues pavillonnaires comme la rue Pasteur.
Mais rien n'a été fait pour empêcher les promoteurs de construire à ras des pavillons !

Les habitants peuvent ainsi assister depuis leur jardin à la montée de murs impressionnants... Charmant !

Photo prise depuis la cour d'une maison de la rue Pasteur