Vincent Franchi Flux

Vincent Franchi perd son poste de président de la SEM 92, mais pas ses indemnités

Franchi

Dans la perspective de fusion entre les Hauts-de-Seine et les Yvelines, les SEM (sociétés d'économie mixte spécialisées dans l'aménagement) des deux départements ont fusionné. Vincent Franchi, qui était le président de la SEM92, est désormais vice-président du nouvel établissement CITALLIOS dont la présidence a été confiée à Pierre Bédier, le président du conseil départemental des Yvelines.

Dans un communiqué de presse annonçant la création de CITALLIOS, on fait s'exprimer ainsi Vincent Franchi : "Cette mise en synergie dessine un potentiel de développement considérable en dépit du contexte difficile. Nous bénéficions d’un excellent ancrage local dans nos deux départements historiques, notre rayonnement dépasse largement notre territoire et la qualité de nos réalisations encourage la fidélité de clients".

Voir le communiqué de presse : http://www.citallios.fr/PDF/CP_SEM92_CITALLIOS_0619.pdf

La fusion des 2 départements les plus riches d'Ile-de-France a été décidée sans aucune consultation citoyenne par leurs majorités Lr-Udi. On perçoit mal les avantages pour la population. Aucun engagement sur la baisse des dépenses et donc des impôts n'a par exemple été fait. En revanche, on comprend bien que les élus du 78 et du 92 se regroupent pour protéger leurs pouvoirs locaux face à la nouvelle Métropole du Grand Paris. Ainsi, le fils du maire de Puteaux, Vincent Franchi, invisible à la Sem92, le sera tout autant à Citallios, mais il y conservera ses indemnités, voire elles seront augmentées puisque l'entité est plus grande. Ainsi va le jeu politique en France...
Christophe Grébert


Vincent Franchi au conseil municipal de Puteaux : "non j'ai pas envie" (Nadine Jeanne)

6a00d83451b9bc69e201b8d1ac1d7f970cPublié sur le site de Nadine Jeanne

Mercredi soir s'est déroulé à Puteaux un conseil municipal particulièrement agité (insultes, début de bagarre, intervention de la police municipale, suspension de séance...). Quelques témoins non habitués des conseils putéoliens en ont été sidérés... Pour ma part, ce qui m'a le plus intéressée ce sont les interventions de M. Franchi, fils de Mme Ceccaldi, maire de Puteaux, telles que relayées sur twitter par les conseillers municipaux d'opposition MM. Grébert et Poézévara.

"La maire #‎LR de #‎puteaux demande à son fils adjoint aux finances de lire le rapport sur le budget : "non j'ai pas envie" répond-il !"

"JCR demande à V. Franchi, représentant à la métropole, de présenter les impacts de la loi NOTRe. "Non, pas envie""

Question : Est-ce que lorsqu'il reçoit ses multiples indemnités, ce gentil garçon répond là aussi "Pas envie!"

Photo (C. Grébert) : Salle du conseil municipal le 09/03/2016 - Au 1er plan, la casserole Anticor gagnée par Mme Ceccaldi


Selon le fils du maire LR de Puteaux, "l'opposition, ça ne sert à rien"

21465843904_d5d29e4aff_zLors du conseil municipal de Puteaux, jeudi 8 octobre 2015, j'interviens pour demander plus de concertation citoyenne dans les décisions d'aménagement.

Je prends l'exemple du projet de passerelle piétonne entre la ville et l'île de Puteaux. La majorité en a déjà choisi l'emplacement, sans aucune discussion avec la population, ni même avec l'opposition.

"Le débat est terminé. Nous avons gagné l'élection. L'opposition, ça ne sert à rien", martèle l'adjoint à l'urbanisme Vincent Franchi, devant sa maman Joëlle Ceccaldi qui tente par des gestes de le calmer.

Quelle médiocrité ! Pauvre démocratie !


40.000 euros en espèces versés sur le compte du fils du maire de Puteaux

IMG_0317C'est l'une des révélations de Médiapart. Les enquêteurs de la police judiciaire ne se sont pas intéressés qu'à Joëlle Ceccaldi-Raynaud et à son compte caché au Luxembourg, Dans le dossier toujours en cours d'instruction à Nanterre, son fils Vincent Franchi, conseiller général de Puteaux et adjoint aux finances, à la culture, à l'éducation, au logement et à l'urbanisme, apparaitrait aussi.

Selon Médiapart, suite aux différentes perquisitions lancées en 2004 aux domiciles des Ceccaldi, Joëlle aurait transféré son magot sur deux comptes aux noms de ses enfants, Vincent et Émilie Franchi. "Les documents bancaires récupérés par la juge indiquent que le 14 janvier 2004, 5 jours après la première perquisition, le maire de Puteaux effectuait devant un notaire belge une donation de ses avoirs cachés à ses enfants. Le lendemain, le compte était fermé et l’argent transféré vers un second compte à la banque Rothschild, ouvert au nom d’une coquille des îles Vierges, Laverna Finance, toujours détenue par Vincent et Émilie Franchi".

En 2005, selon Médiapart, il y avait 4 millions d’euros sur ce compte.

Joëlle puis son fils Vincent seraient allés directement prélever du cash au Luxembourg, pour un total de 480.000 euros entre 2001 et 2007.

Un an plus tard, selon Médiapart, "Vincent Franchi aurait décidé de renoncer à sa part, soit tout près de deux millions d’euros, au profit de sa sœur Émilie, qui devient la seule propriétaire du compte. « Il ne voulait pas être concerné par cela », expliquera Joëlle Ceccaldi au juge. Vincent Franchi a coupé ses liens avec le compte le 3 mars 2008, une semaine avant le scrutin qui allait lui offrir son premier mandat de conseiller municipal".

Enfin, toujours selon Médiapart, les policiers auraient repéré un dépôt de 40.000 euros en espèces sur le compte de Vincent Franchi. Ce dernier a assuré qu'il s'agissait des « bénéfices tirés de la vente saisonnière de textiles à Porto Vecchio à l'été 2003 ». Mais selon l'enquête judiciaire citée par Médiapart, "il n'aurait déclaré que 16.303 euros au fisc au titre des bénéfices de sa micro-entreprise".

Ces extraits sont tirés de l'enquête mise en ligne sur le site de Médiapart

(photo : ville de Puteaux)