Videosurveillance Flux

3 caméras du réseau de vidéosurveillance de Puteaux installées devant la maison de la fille du maire

21199890454_9be3c56f02_zLa ville de Puteaux a développé un important réseau de vidéosurveillance avec plus de 500 caméras pour 45.000 habitants, soit 1 caméra pour 90 habitants. L'investissement est conséquent : 8 millions d'euros. Comment les caméras sont-elles réparties ? Selon quels critères ? Tous les quartiers bénéficient-ils de la même attention ? J'ai remarqué cette installation dans une rue du bas de Puteaux (photo ci-contre).

Pas moins de 3 caméras infrarouge (à vision nocturne) ont été posées cet été sur un seul poteau situé au pied d'une maison individuelle. Elles ont été peintes en vert pour un peu plus de discrétion. Raté...

Mais que faut-il protéger ici de jour comme de nuit ? Ce n'est pas un lieu à priori "sensible" : pas d'école, pas d'équipement public. L'endroit n'est pas isolé. Ce n'est pas non plus un croisement routier et il n'y a pas de passage pour piétons à proximité. Il s'agit juste d'un trottoir le long duquel il y a des maisons protégées par des hauts murs et des petits immeubles.

Qu'est-ce qui motive cette concentration de caméras à cet endroit ? 

La mairie a certainement étudié la répartition des caméras sur l'ensemble de la commune en fonction de critères objectifs de sécurisation. Le fait que ces 3 caméras soient installées au pied de la maison individuelle de la fille du maire n'est donc sans doute qu'un hasard. 

Toutefois en tant qu'élu soucieux de l'utilisation de nos impôts, je souhaiterais en avoir l'assurance. Cela fait des années que je réclame très régulièrement au maire une étude sur notre réseau de vidéosurveillance. Je n'ai jamais eu de réponse. Je relancerai le sujet lors du prochain conseil municipal.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA VIDÉOSURVEILLANCE A PUTEAUX


La mairie de Puteaux derrière une grille et 507 caméras de surveillance installées

16998122835_82f2b804c8_zCe n'est malheureusement pas un poisson d'avril : la maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a commencé à faire installer des grilles autour du parvis de l'Hôtel-de-ville.

Par ailleurs, le nombre de caméras de vidéosurveillance sous responsabilité de la police municipale va depasser cette année les 500, soit une caméra pour 90 habitants. Un taux record !

A ce niveau là, il n'y a plus que la psychiatrie qui pourrait éventuellement expliquer la politique locale. Moi, je renonce à commenter.

A lire sur le site de Nadine Jeanne

(photo : Flickr)


L'insécurité explose, selon le maire UMP de Puteaux

IMG_6608Le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, lance sa campagne électorale avec un tract sur l'insécurité en France à la tonalité très FRONTISTE : selon l'élue UMP, les "chiffres de la délinquances explosent" en France.

Elle souligne notamment que les attentats à l'explosif auraient augmenté de 31 % (sic). Dans un bel enchaînement tout en finesse, Joëlle Ceccaldi assure que l'opposition putéolienne "rejette les mesures pour (la) sécurité" des habitants.

Téléchargement Tract JCR sécurité et mensonges.pdf

Voilà un tract très vindicatif et carrément excessif ! Le Front national n'aurait pas fait mieux, je pense ! Les chiffres sont manipulés et les affirmations fausses : l'opposition n'a jamais été contre le développement de la police municipale, comme elle n'a jamais été "virulente" contre la vidéosurveillance.
Ne pas voter un budget 10 fois supérieur aux villes voisines pour un même service, ce n'est pas être contre ce service. C'est être contre le prix payé à des fournisseurs qui savent qu'à Puteaux le maire aime avant tout "tout ce qui brille". C'est ainsi que nous avons déboursé plus de 8 millions d'euros pour des caméras dont on ne sait pas si elles fonctionnent, puisqu'aucune enquête de résultats n'a jamais été publiée. Nous demandons en vain depuis 6 ans qu'un audit sur l'efficacité de notre réseau de vidéosurveillance soit réalisé. Pourquoi le maire a toujours refusé cette simple décision de bonne gestion ?
Par ailleurs, en 6 ans de mandat, c'est la 1ère fois que le maire s'exprime dans un tract sur la sécurité... pour nous sortir de soit-disant chiffres nationaux, mais sans citer ceux de Puteaux. Est-ce bien ce dont nous attendons d'un maire ?
Sans doute que Joëlle Ceccaldi-Raynaud se voit perdre Puteaux et que sa campagne consistera à taper sur le gouvernement pour rassembler les mécontents. Mais rappelons que l'élection municipale est locale... et qu'il s'agit de juger le bilan... du maire !

PENDANT CE TEMPS, LA LISTE PUTEAUX POUR VOUS SORT UNE CONTRIBUTION SUR LA SÉCURITÉ AVEC DU CONTENU !


Vidéoverbalisation : Puteaux dans l'illégalité

8127541144_aff0355030La ville de Puteaux dispose d'un réseau de vidéosurveillance important : 292 caméras assurant la protection des habitants et des biens sur la voie publique et dans les parkings souterrains. Mais l'an dernier, la municipalité a aussi décidé d'utiliser ces caméras pour verbaliser à distance les automobilistes mal garés. Pour établir les PV, des photos des véhicules en infraction sont prises par des opérateurs municipaux. Or, ce mode opératoire est dénoncé par la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) : la prise et la conservation de photographies pour la verbalisation par caméra est illégale.

Depuis le 1er janvier 2013, 5 zones de la commune sont concernées par la vidéoverbalisation : autour de l'Hôtel-de-Ville, rue Godefroy, boulevard Richard Wallace, rue de la République et rue Jean Jaurès entre la place Stalingrad et Bellini. Ce sont les stationnements gênants et dangereux qui sont visés.

Depuis la salle de visionnage des caméras, située dans les locaux de la police municipale, des opérateurs relèvent les infractions. Pour cela, ils effectuent 2 clichés photographiques du véhicule : un gros plan sur la plaque d'immatriculation et un plan large du véhicule dans l'environnement. 5 minutes plus tard, 1 nouvelle série de 2 photographies est réalisée pour démontrer que le véhicule est bien stationné et pas seulement à l'arrêt. Le PV est établi à partir de ces 4 clichés photographiques horodatés par un agent assermentés et transmis au représentant du Ministère public.

Sur les 2 premiers mois de la phase opérationnelle, entre le 1er janvier 2013 et le 28 février 2013, 189 PV ont ainsi été établi : 59 rue Jean Jaurès, 49 autour de l'Hôtel-de-ville, 45 sur la rue de la République, 19 rue Godefroy et 17 boulevard Richard Wallace.

La loi sur la vidéosurveillance autorise bien "la constatation des infractions aux règles de la circulation" mais sans prise de photos.

Un arrêté du 14 avril 2009 autorise "la mise en œuvre de traitements automatisés dans les communes ayant pour objet la recherche et la constatation des infractions pénales par leurs fonctionnaires et agents habilités". Cependant la CNIL, qui face au développement de la vidéoverbalisation s'est penchée sur la question, souligne que cet arrêté "exclut explicitement les photographies". Les photographies de véhicules mal stationnés "ne peuvent pas être collectées et conservées en application de ce texte réglementaire", affirme la CNIL. "La conservation d’images ne pourra être autorisée qu’après la modification par le ministère de l’intérieur du dit arrêté", conclue-t-elle.

Le maire de Puteaux aime décidément les photographies !

Depuis janvier, plusieurs centaines d'automobiles ont donc été photographiées en toute illégalité dans les rues de Puteaux. Que sont devenues les photos prises par les opérateurs de la mairie de Puteaux ? Je poserai la question au maire lors du prochain conseil municipal et je lui demanderai ce qu'elle compte faire pour se mettre en conformité avec la Code de procédure pénale. La sécurité des Putéoliens doit être assurée, mais dans un cadre légal.


Puteaux et Courbevoie envisagent de relier leurs réseaux de vidéosurveillance

8127539666_a39731033bAprès la vidéoverbalisation, voici que Puteaux et Courbevoie envisagent d'interconnecter leurs réseaux de vidéosurveillance. La question sera discutée lundi 13 mai 2013 lors de la réunion du conseil communautaire des 2 villes.

"Sous quel contrôle et dans quel but ? Quel est le plus sécuritaire attendu ? Sur quelles études reposent ce projet ? Quel coût supplémentaire cela va engendrer (car n'imaginons pas que dans ce domaine des économies d'échelle sont réalisables) ? Sur toutes ces questions, aucune réponse, puisque tout cela est décidé sans débat et sans même la présence d'une opposition locale représentant pourtant quasiment 1 électeur sur 2", remarque Christophe Grébert, conseiller municipal Modem de Puteaux.

(photo : Flickr)


La vidéosurveillance à Puteaux sert désormais à verbaliser les automobilistes

8127541144_aff0355030Comment rentabiliser notre important réseau de vidéosurveillance, déployé, nous disait-on, pour nous protéger des délinquants ? La municipalité de Puteaux a trouvé la solution : elle va désormais se servir des caméras pour... verbaliser les automobilistes.

Ces derniers jours, les Putéoliens ont en effet découvert de nouveaux panneaux dans leurs rues qui indiquent "Vous entrez dans une zone de verbalisation par caméras" (photo ci-contre prise boulevard Richard Wallace). Visés : les automobilistes qui se stationnent mal, en double file notamment.

Comment cela fonctionne ? Les policiers municipaux n'ont plus besoin de se déplacer. A distance, derrière leurs moniteurs de télévision, ils peuvent dresser directement des PV. Il leur suffit pour cela d'identifier la plaque d'immatriculation de l'auto mal stationnée. Son propriétaire recevra l'amende par la poste. S'il la conteste, la ville pourra produire les images de son infraction. Ces images peuvent être légalement conservées 1 an.

Plusieurs municipalités utilisent déjà ce système, notamment Asnières-sur-Seine (PS). Elles ont observé une baisse des incivilités, et donc une circulation plus fluide. Un point positif donc... Mais il aurait été plus honnête de la part des maires de dire toute la vérité sur l'objectif final de la vidéosurveillance. Jamais Joëlle Ceccaldi-Raynaud n'avait évoqué cette louable intention.

Les honnêtes gens "qui n'ont rien à se reprocher", favorables à la vidésourveillance, devront être des automobilistes sans aucun reproche. Je ne suis pas certain qu'ils avaient pensé à cela.

(photo : Flickr)