Urbanisme Flux

Puteaux lance un appel d'offres pour 4 millions d'euros de mobilier urbain

24485350769_ec9bc7859d_zBornes, potelets, bacs à fleurs... La ville de Puteaux lance un appel d'offres pour acheter du mobilier urbain. La municipalité prévoit de dépenser pour ce seul marché 1 million d'euros par an jusqu'en 2019, soit un total de 4 millions.

Ce marché géant est décomposé en 5 lots :
- Bornes, potelets, barrières de protection, grilles d'arbres et supports de motos, pour 420.000 euros HT/an,
- Bancs et abris de jardin en bois, pour 100.000 euros HT/an, 
- Corbeilles de propreté, pour 100.000 euros HT/an,
- Bacs à végétaux en métal, pour 100.000 euros HT/an,
- Bacs à végétaux sur-mesure en bois vernis, pour 120.000 euros HT/an.

Total : 840.000 euros HT/an,
ou 1.008.000 euros TTC/an x 4 ans.

"Moins d'argent oblige à mieux dépenser" (via 5 pistes pour un urbanisme du quotidien). Malheureusement, ce concept n'est pas connu à Puteaux !

(photo : la chaussée a été détruite et refaite et des bacs à fleurs ont été installés rue Saulnier, alors que la rue avait été entièrement rénovée il y a moins de 5 ans).


La municipalité de Puteaux piétonnise une rue où la fille du maire vient d'acheter une maison

24735137182_8be0564735_kLa rue Saulnier, dans le vieux Puteaux, est encore en chantier. Après avoir été piétonnisée sans aucune consultation des riverains, voilà que des bacs y sont installés (photo).

On ne trouve ce type de bac que dans une seule autre rue de Puteaux : celle où la maire habite. La suppression de la circulation automobile et le réaménagement par la municipalité de ce morceau de la rue Saulnier survient alors que la fille du maire vient d'y acheter une vaste maison qui fait actuellement l'objet de travaux d'extension sur 4 niveaux.

IMG_0673

Mise à jour : jeudi 11 février, la rue Saulnier était barrée par un camion de chantier :

IMG_0688

IMG_0690


Le vieux Puteaux en voie de piétonnisation... sans consultation des habitants

PlanPlusieurs rues du quartier du vieux Puteaux viennent d'être fermées en partie à la circulation automobile par des bornes : rue Saulnier, rue de l'Appel du 18 juin, rue Henri Martin et rue Mars et Roty. Ces réaménagements ont été seulement annoncés dans le magazine municipal et par des circulaires distribuées dans les boites aux lettres du quartier, mais ils n'ont fait l'objet d'aucune consultation : pas de réunion avec les riverains pour présenter les projets, pas d'appel à idées, pas de choix alternatifs. Les habitants ont été placés devant le fait accompli.

Dans notre projet municipal "Puteaux pour vous" consacré à l'urbanisation, nous propositions le développement de liaisons douces entre les quartiers. Nous envisagions donc ce même type d'aménagement. Mais nous nous engagions aussi sur une "concertation systématique du public pour les projets urbains". 

Des chaussées toutes neuves détruites et refaites !

Par ailleurs ici, on peut s'étonner que la mairie détruise des chaussées qui venaient d'être refaites. Les nouveaux aménagements auraient du être anticipés. D'autre part, le choix des enrobés noirs pour des rues piétonnisées est vraiment discutable. Par exemple, l'aménagement de la rue Saulnier, au niveau de la maison des associations, est vraiment affreux.
La rue Henri Martin est mieux aménagée, mais dommage d'avoir gaspillé autant d'argent dans des premiers travaux pour tout détruire et refaire 2 ans après ! Un formidable gaspillage d'argent public... une fois encore à Puteaux.

Enfin, qu'en est-il de l'accès des riverains ? Ont-ils la possibilité de baisser les bornes afin d'accéder en voiture jusqu'à leur immeuble ?  D'après ce que j'ai constaté, il faut avoir une clé. Qui en dispose ? Selon quelle règle ? Si vous êtes concernés, merci de votre témoignage. 

Je note que le conseil municipal n'a pas été informé de ces aménagements. D'autres rues seront-elles fermées ? Je n'en sais rien. Le maire semble prendre ses décisions selon son humeur et en surprenant tout le monde jusqu'au service urbanisme de la ville incapable de nous dire ce qui se passera dans 6 mois.

Conclusion : il est bien de développer des circulations douces et de réaménager en conséquence les rues, mais pourquoi détruire des chaussées et des trottoirs qui venaient d'être refaits ? Pourquoi aucune consultation des riverains ? Pourquoi ces travaux improvisés et aucun plan global sur le réaménagement des circulations ?

Rue Saulnier, avant/après :

Saulnier

SaulnierAP

Rue Henri Martin, avant/après :

MartinAV

HmartinAP

Rue Appel du 18 juin, avant/après :

Rue18juinAP

Rue18juinAV

Rue Mars et Roty :

MarsetrotyAP

Puteaux, rue Saulnier fermée à la circulation

Environnement : Des panneaux publicitaires lumineux encombrent désormais les trottoirs de Puteaux

2015 - 1 (1)Une vingtaine de panneaux publicitaires lumineux en forme de "totem" viennent d'être installés sur les trottoirs du centre ville de Puteaux. Ils sont équipés de grands écrans vidéos sur les 2 faces qui diffusent quelques informations locales, mais surtout de la publicité.

S'il s'agit de promouvoir le commerce local, ce qui est à priori une bonne chose, il est à noter que les textes sur ces panneaux lumineux sont le plus souvent illisibles. Le plan du quartier, placé tout en haut de chaque "totem", ne peut être vu que par des piétons de grande taille. 
Outre le fait qu'ils prennent beaucoup de place sur les trottoirs, ces "totems" entraînent par ailleurs une forte pollution lumineuse de nuit (voir les photos ci-dessous).

A un moment où la planète cherche plutôt à trouver des solutions pour réduire sa consommation d'électricité, était-ce le bon support pour l'information locale ?

N'est-ce pas un gadget qui permet surtout à une entreprise de profiter de revenus publicitaires, mais sans réel service en retour pour les habitants ? 

Pour promouvoir le commerce local, nous avions d'autres propositions, notamment agrandir et dégager les trottoirs pour faciliter les circulations et permettre l'accès à tous des commerces de proximité. Ces "totems" - en plus de la pollution visuelle qu'ils entraînent -encombrent au contraire nos trottoirs. Nous aurions donc pu nous en passer.
A noter que tout cela n'a fait l'objet d'aucune discussion en conseil municipal. La maire a pris seule cette décision et nous sommes mis devant le fait accompli, comme le plus souvent.
Christophe Grébert

2015 - 1
POLLUTION LUMINEUSE

2015 - 2 2015 - 3

POLLUTION VISUELLE

(photos : Thomas H.)

puteaux, panneau publicitaire & pollution sonore

Une consultation à la va-vite sur le PLU (plan local d'urbanisme) de Puteaux

CadastreSuite au débat sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) en conseil municipal le 8 octobre 2015, les Putéoliens sont invités à donner leur avis sur la révision du Plan Local de l’urbanisme (PLU).

Jusqu'à mardi prochain, des agents du service urbanisme seront dans un minibus électrique et parcourront les différents quartiers de la ville pour "rencontrer les habitants afin d'échanger sur les nouvelles orientations retenues", indique la municipalité.

Les RDV : 
- Jeudi 15 : Marché Chantecoq de 9 à 12h et 28 rue Auguste Blanche de 14 à 18h,
- Vendredi 16 : 18-20 avenue Georges Pompidou de 9 à 12h et Place Stalingrad de 14 à 18h,
- Lundi 19 : Ecole rue Charles Lorilleux de 9 à 12h et Place de la Pergola / Place des marées de 14 à 18h,
- Mardi 20 : Ecole de la Rotonde de 9 à 12h et 12 rue Cartault / Square du Puits de 14 à 18h.

On regrette la faiblesse de ce dispositif de consultation. Il s'agit plus de présenter des prospectus que de recueillir l'avis des habitants. Les horaires ne sont pas adaptés aux personnes qui travaillent. Le bus n'est même pas visible le samedi !

LES DOCUMENTS DU PADD ET DU PLU SUR MON DRIVE


Puteaux : pas de piétonnisation de la rue Jean Jaurès, pas de passerelle piétonne rue Godefroy

6a00d8341c339153ef01a511e00a49970c-800wiLors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 8 octobre 2015, les élus devaient discuter du Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), un document qui doit fixer les grandes orientations urbanistiques de la commune pour les 10 ans à venir. Pas de surprise : il n'y a pas eu de débat. La majorité a présenté un document à prendre ou à laisser, certes plein de bonnes intentions affichées, mais a rejeté toutes les idées de l'opposition, notamment la piétonnisation de la rue Jean Jaurès ou bien encore la passerelle piétonne en bas de la rue Godefroy.

En effet, nous avons appris au cours de ce "débat" que la piétonnisation de la rue Jean Jaurès, un projet porté par l'opposition et que le maire avait pourtant repris dans son programme en 2014, était tout simplement abandonné. "Tous les commerçants sont contre", a affirmé de manière péremptoire Joëlle Ceccaldi, sans apporter le moindre début de preuve à cette affirmation. Comment enterrer un projet qu'on ne veut pas porter : affirmer qu'une partie ou une autre est contre. Il apparaît donc que le maire n'a repris cette idée à l'opposition que par opportunité électoraliste. C'était un mensonge. Elle n'avait aucune volonté de le mener à bien.

Voir la vidéo sur ce point : 


Autre sujet sur lequel le maire continue de balader les Putéoliens : la passerelle piétonne pour relier le centre ville à l'île de Puteaux. Ce projet porté par l'opposition a aussi été récupéré par Joëlle Ceccaldi dans son programme 2014. Depuis 1 an et demi, la maire a affirmé à plusieurs reprises que des "études étaient lancées", mais elle est incapable de nous les fournir ! Elle déclare que le Conseil départemental des Hauts-de-Seine co-financerait la passerelle, mais le Conseil départemental ne dispose à ce jour d'aucune demande en ce sens. Jeudi soir, le maire a évoqué à nouveau ces "études" selon lesquelles la réalisation de la passerelle serait impossible en contrebas de la rue Godefroy. On construit des tours immenses à la Défense entre 3 routes, 2 parkings et un tunnel de métro, mais les architectes seraient incapables de réaliser une passerelle sur les quais de Puteaux !!! Autant dire que le projet ne risque pas de se faire avec la majorité actuelle. Encore une fois, ce n'était pour la maire que de la récup' pour faire de la com'. Sans doute finira-t-elle par annoncer que le projet est abandonné pour des raisons d'"infaisabilité technique", ce qu'elle a commencé à évoquer jeudi soir.

Voici la vidéo sur ce point :

 

VOICI LE TEXTE DE MON INTERVENTION SUR LE PADD PRONONCÉE DEVANT LE CONSEIL MUNICIPAL (TEXTE PRÉPARÉ AVEC LES MEMBRES DU GROUPE URBANISME DE L'ASSOCIATION PUTEAUX POUR VOUS) :

Nous devons avoir ce soir un débat autour des grandes orientations de la politique de développement et d’urbanisme de la Ville. 38 points sont traités dans ce document que vous nous présentez. Un document qui nous a été transmis il y a seulement quelques jours. Or, comment débattre de 38 sujets, dont certains sont très importants pour l’avenir de notre commune, en quelques minutes d’une séance du conseil municipal ?

Dans une ville gérée par une équipe démocrate, moderne, efficace, le débat est préparé, les documents sont mis à disposition des acteurs de façon anticipée. Il y a beaucoup de choses à dire sur la façon dont cette municipalité piétine la démocratie, tout en se gargarisant de labels et d’opérations de communications.

Mais jouons le jeu du débat.

Nous adressons nos observations et questions en priorité à M. Franchi, en sa qualité d’adjoint délégué à l’urbanisme et au logement. M. Franchi, vous vous êtes trop peu exprimés sur ces sujets, alors même que vous avez en charge ce pan important de la politique locale. Votre avis compte, d’autant plus que vous avez désormais des responsabilités importantes dans le monde de l’aménagement, à travers votre récente nomination comme Président de la SEM 92, l’une des sociétés d’aménagement les plus importantes en Ile­-de-­France. Donc, c’est un sujet que vous connaissez parfaitement (en plus des finances, de la culture, de l’éducation... qui sont vos autres délégations).

Abordons le thème de la concertation,​que nous avons commencé à esquisser avec la manière particulière dont ce débat est engagé.

La concertation se limite­-t-­elle à des réunions publiques ou visent-­elles à co-­construire les projets d'urbanisme par les habitants et futurs usagers ?

Vos objectifs semblent très limités dans ce domaine. Il est uniquement question dans ce document d’échanges sur les gabarits et hauteurs des projets d'immeubles... Un sujet il est vrai sensible. Mais on est là davantage dans une optique de désamorçage des oppositions de la part des riverains, plus que dans une démarche d’implication.

Aujourd'hui, les outils d'implication des habitants dans la construction, l’aménagement des projets sont rodés, efficaces. Ils sont à la portée d'une ville comme Puteaux. Seule la volonté politique manque.

6a00d8341c339153ef01a5115e078d970c-800wiExemple : le projet de passerelle piétonne pour l’île de Puteaux. C’est un projet porté par l’opposition depuis de nombreuses années et que vous avez eu la bonne idée de reprendre dans votre programme, après l’avoir moqué. Le choix de l'implantation de cette passerelle mériterait d'être réalisé avec les habitants. Ce qui ne semble pas être le cas pour le moment. On est toujours sur un mode descendant et non participatif. On est dans l’ancienne politique.

Tout cela nous ramène à la façon dont ce “débat” autour du ​Plan d’Aménagement et de Développement Durable​est mené. Nous pourrons rapporter aux Putéoliens que le débat sur l’avenir de leur ville n’a pas réellement eu lieu. Les décisions qui intéressent les Putéoliens sont verrouillées, à l’image des espaces publics de la Ville que vous mettez tant de soin à fermer par des grilles voire des péages.

On parle de “pacifier les espaces publics et rendre la ville aux habitants”. ​Les intentions sont bonnes, mais pourquoi est ce qu’on ne les retrouve pas dans les faits : l’année dernière, avec la réfection de la rue Eichenberger et cette année celle de la rue Godefroy : où sont les pistes cyclables sur deux axes majeurs de notre ville ?

La qualité des aménagements urbains réalisés récemment est clairement décevante au regard de ces intentions : on retrouve des nappes d’enrobé (du goudron) partout, y compris sur les trottoir... C’est donc la généralisation d’un matériau au caractère routier sur les trottoirs et sur les chaussées ! Nous avons pourtant les moyens de réaliser des aménagements de meilleure qualité.

Puteaux devrait généraliser la création de secteurs à usage mixte traités avec des matériaux généralement destinés aux zones piétonnes comme les pavés, ou autres, afin de conforter les piétons dans leur caractère prioritaire face aux véhicules sur l’espace publics.

On ne trouve pas de trace dans ce document pourtant orienté sur des actions concrètes, de volonté de mettre en oeuvre un nouveau plan de circulation, qui permettrait de limiter le transit de flux en centre ville que l’on destinerait alors plus clairement aux liaisons douces. Ce plan de circulatuon est­-il malgré tout en préparation ?

Le PADD prévoit le “passage de toute la ville en zone 30”.​ Une décision de ce type doit être suivi d’effets. Quand le Boulevard Richard Wallace, par exemple, sera­-t-­il limité à 30 km/h ? Aujourd’hui, certains motards et automobilistes le dévalent bien au­-delà de 50 km/h. Les plateaux piétonniers devraient se multiplier, les rues piétonnes également. Nous rappelons le projet que nous avons porté, la piétonnisation de la rue Jean Jaurès. Vous aviez repris l’idée. Nous aurions souhaité davantage d’engagements dans ce domaine.

La passerelle reliant la ville à l’ile de Puteaux ​est un projet qui s’inscrit dans la logique de développer les cheminements “doux”, piétons et cycles.

Comme je l’ai déjà dit, sa localisation devrait faire l’objet d’un grand débat public citoyen. Le choix semble être fait de relier l’île directement à la Tour Bolloré et non au centre­ville. Ce choix est contestable. Il ne permet pas une connexion évidente avec le centre ancien et commerçant. C’est pourquoi nous posons toujours sur la table notre projet de passerelle au niveau de la rue Godefroy.

Le lien entre la ville et la Défense est un sujet important.​ Le renforcement des connections de ce quartier avec la métropole parisienne en fait un sujet prioritaire pour les années à venir. Le programme d’actions que vous avez intitulé “requalifier le boulevard circulaire” est faible. Au­-delà du projet Rose de Cherbourg, nous aurions aimé des engagement sur la requalification de la partie sud du circulaire notamment entre la tour Eve et Bellini : réduction du nombre de voie de circulation, création d’accès à la dalle par des escaliers monumentaux, ou en pan incliné tel que celui reliant le Pont de Sèvre à Boulogne.

Le développement durable (DD de PADD), ce sont aussi des actions à courts terme en attendant les travaux prévus à long terme : signalétique efficace entre entre la ville et la dalle, des parcours du type fil vert du Voyage à Nantes, nettoyage et sécurisation du dessous de la dalle où transitent de nombreux piétons pour accéder plus vite aux pôle de transport

Comme nous l’avons déjà dit lors des débats sur le PLH, nous restons opposés à votre exigence de voire construire 65% de T3 et + dans les opérations immobilières de la ville, opérations qui sont exclusivement de haut standing et qui démontrent votre la volonté de faire venir à Puteaux essentiellement des familles CSP+, au détriment de la mixité qui est pourtant l’essence de Puteaux.

Au sujet de la “trame verte et des continuité écologiques”,​ oui, c’est un objectif que nous appuyons, encore faut-­il ouvrir les parcs, encore faut­-il que les habitants puissent percevoir les parcs derrières les grilles, les haies et les murs... Nous voulons une nature moins maîtrisée à Puteaux, plus naturelle, moins artificielle : laisser les arbres s’épanouir sans les couper en boules tous les 6 mois, planter les pieds d’arbres, moins imperméabiliser les sols pour faciliter l’infiltration et limiter le ruissellement.

Voilà quelques sujets sur lesquels nous aurions aimé non pas un débat de quelques minutes en conseil entre élus, mais une véritable concertation citoyenne, qui n’a pas eu lieu.

Enfin, nous serons très attentifs à la traduction de ce PADD dans le règlement du PLU. ​C'est au niveau de la rédaction du règlement que des incohérences éventuelles entre les promesses et objectifs du PADD et la mise en oeuvre par le règlement risqueront d'apparaître.

CONSULTER LE DOCUMENT DU PADD PRÉSENTÉ AUX ÉLUS PAR LA MUNICIPALITÉ