Tribunes Flux

Puteaux au futur : nos propositions font bouger les lignes (Tribune)

Grebert-sirsalanePUTEAUX AU FUTUR (Tribune à paraître dans le Puteaux infos de janvier 2018)

A Puteaux, l’opposition est vigilante et constructive. Ces dernières années, nos propositions ont fait bouger les lignes : 

Education : 
Pour le respect de l’enfant et de son bien-être, en 2015 nous avons proposé la baisse des tarifs des cantines scolaires, ainsi qu’une alimentation bio et végétarienne, des activités accessibles à tous et un plan canicule dans les établissements, 

Sécurité : 
Suite à une série de cambriolages, nous réclamons la création d'un poste permanent de la police municipale sur l’avenue Charles de Gaulle. Nous avons pour cela lancé une pétition (voir notre tribune de novembre 2017),

Cadre de vie : 
En 2016, le projet de création de passerelle piétonne pour relier le centre ville à l'île est voté par le conseil.... Cette idées avait été portée par l’opposition en 2014. Nos propositions pour développer des liaisons douces ont aussi été reprises, quelques rues sont désormais piétonnes,

Patrimoine : 
Comme nous avons défendu la vieille église, nous n’acceptons pas la disparition du vieux cinéma. Nous proposons de le transformer en lieu culturel et artistique dédié aux enfants, dans le cadre des classes CHAM (musique et danse) et PAC (projet artistique et culturel),

Environnement : 
Nous défendons la nature en ville : laisser les arbres s’épanouir sans les couper en boules tous les 6 mois, moins imperméabiliser les sols pour faciliter l’infiltration et limiter le ruissellement… et ne plus fermer tous les espaces verts par des hautes grilles. 

Nous continuerons de faire des propositions chaque mois sur WWW.PUTEAUXFUTUR.COM

Très bonne année 2018 : paix, bonheur et santé !
Bouchra Sirsalane
Christophe Grébert


Tribune : une alimentation bio dans les cantines scolaires à Puteaux

Fruit_and_vegetablesVoici la tribune de l'opposition qui sera publiée dans le magazine municipal "Puteaux infos" du mois de novembre. Nous réclamons que plus d'aliments bio soient servis dans les cantines scolaires de la ville :

Sur les 7 millions de repas servis chaque jour en France dans les cantines scolaires, seuls 3% des aliments sont issus de l'agriculture bio.

Manger Bio, c’est :


• Favoriser la qualité alimentaire, en mangeant des produits de saison, frais et peu transformés,


• Manger des produits sans pesticides, sans additifs de synthèse et qui sont plus riches en nutriment,


• Encourager les filières agroalimentaires biologiques et paysannes


• Aider à la biodiversité en choisissant un approvisionnement de proximité,


• Réduire l’impact écologique en favorisant la consommation de produits issus de circuits courts, diminuant leurs transports.

L’association Agir pour l'Environnement, la fédération de parents d'élèves FCPE, la Fédération nationale d'agriculture biologique et la Ligue de l'Enseignement ont lancé une campagne  appelée "Des cantines bio, j'en veux !" pour réclamer plus d'aliments bio, au moins 20%, dans les cantines scolaires : 
http://cantinesbio.agirpourlenvironnement.org

Considérant que les pesticides sont mauvais pour la santé, que les plus jeunes sont très fragiles face à leur exposition et que le nombre de producteurs bio ne cessent d'augmenter, nous souhaitons atteindre rapidement puis dépasser 20% d’aliments bio dans nos cantines scolaires.


11913017156_1b4520c924_oBouchra Sirsalane 


&


Christophe Grébert


Tribune Puteaux au futur : la nature en ville

Saulnier3

Voici la tribune de l'opposition à paraître dans le journal "Puteaux infos" d'octobre 2017. Elle est consacrée à la nature en ville : 

La municipalité n’arrête pas de faire, défaire et refaire un morceau de la rue Saulnier dans le vieux Puteaux (photo ci-contre). Pourquoi ces travaux inutiles ? Les explications du maire ne sont pas convaincantes. Si au moins ces réaménagements étaient ce qu’il fallait faire… 

Minéralisées, bétonnées et goudronnées, nos villes sont de véritables puits de chaleurs, aux surfaces imperméables et à l’air non renouvelé. Elles deviendront de moins en moins vivables avec le changement climatique. 

Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, l’Etat ne peut pas tout faire. Les communes ont aussi une responsabilité et les moyens d’agir.

Nous devons reverdir les espaces publics de Puteaux, recréer un maximum de surfaces en pleine terre, y faire pousser des arbres et des plantes. En reconstituant des continuités vertes, la biodiversité sera augmentée et la ville rafraîchie en été. La végétation, plus présente, atténuera la pollution et les bruits. 
Nous devons également gérer l’eau de manière écologique, notamment en récupérant les eaux de pluie pour l’arrosage.
Il nous faut aussi encourager la création de toits végétalisés.
La nature en ville n’est pas un concept théorique, c’est la condition de notre bien être futur.

11913017156_1b4520c924_oPensons Puteaux au futur !  
Rejoignez-nous : 
Christophe Grebert (grebert@gmail.com)
Bouchra Sirsalane (bouchra_sirsalane@hotmail.com)


Tribune : La maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud visée par une enquête pour fraude fiscale

6a00d8341c339153ef01b8d15984f3970c-800wi

Voici la tribune du groupe d'opposition Le Rassemblement qui doit être publiée dans le mensuel municipal "Puteaux infos" du mois de mai 2017. A moins que ce texte soit censuré par le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, comme elle a autrefois censuré la Presse dans les bibliothèques de la ville ou bien encore racheté tous les exemplaires du Canard Enchaîné.

Le parquet de Nanterre a annoncé l’ouverture d’une enquête pour fraude fiscale visant la fille de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Emilie Franchi est soupçonnée d'avoir touché de sa mère des fonds non déclarés au fisc.

A la recherche de cet argent, les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales ont perquisitionné début mars les domiciles de la maire et de sa fille à Puteaux.

Les soupçons de fraude ont éclaté en 2015 après la publication d'un article de Mediapart qui faisait état d'un retrait de 102 kilos d'or (3,8 millions d’euros au cours actuel) et de 865.000 euros en liquide sur un compte secret au Luxembourg ouvert par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, puis transféré à son fils Vincent Franchi et ensuite à sa fille Emilie.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toujours démenti avoir possédé ces lingots. Pourtant, selon Mediapart, elle a reconnu l’existence de cet argent devant le juge d’instruction chargé de l’enquête pour corruption du chauffage de la Défense. La maire affirme qu’il s’agit de l’héritage de sa grand-mère paternelle, qui était institutrice en Corse.

Nous espérons que la justice mène son enquête jusqu’au bout, afin que la vérité soit établie.

Le Rassemblement
contact@rassemblement-puteaux.fr